Votre compte

Balzac journaliste

Marie-Eve Thérenty (introduction_and_notes_by)


« Si la presse n’existait pas, écrit Balzac, il faudrait ne pas l’inventer. » Journaliste, pourtant, il le fut. Et de manière compulsive. De ses débuts jusqu’à sa mort, il écrivit quantité d’articles, collabora à de nombreux « petits journaux » – ces feuilles littéraires et satiriques très répandues sous la Restau¬ration –, fonda ses propres revues, dont la Revue parisienne, qu’il rédigea presque intégralement, de juin à août 1840…La présente anthologie, inédite, rend justice à cette production foisonnante. Dans ces pages, Balzac est tour à tour critique littéraire et chroniqueur : il recense les dernières parutions, exerce son droit de réponse, pourfend les tics de langage. Il croque le bourgeois avec le talent d’un caricaturiste chevronné et s’engage avec passion dans l’affaire Peytel, dont il aurait voulu faire son affaire Calas.Et si le fait divers l’attire tant, c’est qu’il le transforme en roman. Car par-dessus tout, Balzac journaliste reste romancier. Dès 1830, il publie des oeuvres narratives en plusieurs livraisons, inventant, avant l’heure, le roman-feuilleton. Il profite de l’écriture périodique pour esquisser des personnages, des psychologies, des décors, qui sont ceux de La Comédie humaine. Témoin l’article élogieux qu’il consacre à La Chartreuse de Parme, et qui n’est rien de moins que Stendhal récrit par Balzac…

Ce livre est classé dans les catégories :

9,49 €
?

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Balzac journaliste”

Fiche technique

Résumé

« Si la presse n’existait pas, écrit Balzac, il faudrait ne pas l’inventer. » Journaliste, pourtant, il le fut. Et de manière compulsive. De ses débuts jusqu’à sa mort, il écrivit quantité d’articles, collabora à de nombreux « petits journaux » – ces feuilles littéraires et satiriques très répandues sous la Restau¬ration –, fonda ses propres revues, dont la Revue parisienne, qu’il rédigea presque intégralement, de juin à août 1840…La présente anthologie, inédite, rend justice à cette production foisonnante. Dans ces pages, Balzac est tour à tour critique littéraire et chroniqueur : il recense les dernières parutions, exerce son droit de réponse, pourfend les tics de langage. Il croque le bourgeois avec le talent d’un caricaturiste chevronné et s’engage avec passion dans l’affaire Peytel, dont il aurait voulu faire son affaire Calas.Et si le fait divers l’attire tant, c’est qu’il le transforme en roman. Car par-dessus tout, Balzac journaliste reste romancier. Dès 1830, il publie des oeuvres narratives en plusieurs livraisons, inventant, avant l’heure, le roman-feuilleton. Il profite de l’écriture périodique pour esquisser des personnages, des psychologies, des décors, qui sont ceux de La Comédie humaine. Témoin l’article élogieux qu’il consacre à La Chartreuse de Parme, et qui n’est rien de moins que Stendhal récrit par Balzac…

Biographie d’Honoré de Balzac

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire