Votre compte

Christs pulvérisés


Luigi Di Ruscio tisse un roman protéiforme sur ses années de jeunesse dans l’Italie de la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux années 1960, entre fascisme, résistance et reconstruction. Poète autodidacte, il met en scène joies buissonnières et déboires scolaires, jeunesse vagabonde et furibonde avec son compagnon d’infortune Moscatritata, vendeur de christs en plâtre pulvérisés de faux bronze. Instituteurs et curés, éditeurs et critiques : toutes les autorités seront bafouées dans un texte qui se moque des règles, qui se joue de la langue et des mots ; le roman de formation du jeune écrivain se fait alors manifeste poétique et autobiographie littéraire. Né à Fermo dans les Marches en 1930 et mort à Oslo en 2011, Luigi Di Ruscio publie son premier recueil de poésie à 23 ans, Non possiamo abituarci a morire (Nous ne nous habituerons pas à mourir, préface de Franco Fortini). Son second recueil, Le streghe s’arrotano le dentiere (préfacé par Quasimodo), paraît 13 ans plus tard. Entre-temps, le poète a émigré à Oslo et trouvé un emploi dans une usine sidérurgique. Il a rencontré Mary Standberg, avec qui il aura quatre enfants. Employé à l’usine pendant près de quarante ans, Di Ruscio retrouvait sa machine à écrire chaque soir pour composer ses dix recueils de poésie et trois ouvrages en prose : Palmiro, Christs pulvérisés et La Neige noire d’Oslo.

Ce livre est classé dans les catégories :

14,99 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Christs pulvérisés”

Fiche technique

Résumé

Luigi Di Ruscio tisse un roman protéiforme sur ses années de jeunesse dans l’Italie de la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux années 1960, entre fascisme, résistance et reconstruction. Poète autodidacte, il met en scène joies buissonnières et déboires scolaires, jeunesse vagabonde et furibonde avec son compagnon d’infortune Moscatritata, vendeur de christs en plâtre pulvérisés de faux bronze. Instituteurs et curés, éditeurs et critiques : toutes les autorités seront bafouées dans un texte qui se moque des règles, qui se joue de la langue et des mots ; le roman de formation du jeune écrivain se fait alors manifeste poétique et autobiographie littéraire. Né à Fermo dans les Marches en 1930 et mort à Oslo en 2011, Luigi Di Ruscio publie son premier recueil de poésie à 23 ans, Non possiamo abituarci a morire (Nous ne nous habituerons pas à mourir, préface de Franco Fortini). Son second recueil, Le streghe s’arrotano le dentiere (préfacé par Quasimodo), paraît 13 ans plus tard. Entre-temps, le poète a émigré à Oslo et trouvé un emploi dans une usine sidérurgique. Il a rencontré Mary Standberg, avec qui il aura quatre enfants. Employé à l’usine pendant près de quarante ans, Di Ruscio retrouvait sa machine à écrire chaque soir pour composer ses dix recueils de poésie et trois ouvrages en prose : Palmiro, Christs pulvérisés et La Neige noire d’Oslo.

Biographie de Luigi Di Ruscio

Luigi Di Ruscio est né à Fermo dans les Marches en 1930. Issu d’une famille du sous-prolétariat, sa scolarité s’arrête à l’école primaire. En 1957 il décide d’émigrer à Oslo, où il fonde une famille. Ouvrier dans une fabrique de clous, il écrivit dix recueils de poésie et cinq ouvrages en prose, salués notamment par Italo Calvino et Salvatore Quasimodo. Il meurt le 23 février 2011 à Oslo.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire