Votre compte

Douglas W. Diamond - L’analyse contractuelle de l’intermédiation financière


Diamond est un auteur très constant dans sa manière d’aborder la recherche, qui s’appuie sur la modélisation mathématique pour construire une théorie bancaire. Il fonde la majorité de ses résultats sur la théorie des jeux non coopératifs en recourant à l’équilibre de Nash. Son début de carrière a été marqué par deux articles coécrits avec Verrecchia (Diamond et Verrecchia, 1981, 1987) qui traitent des prix d’équilibre sur les marchés financiers en présence d’information privée. Ils poursuivront leurs recherches en se concentrant sur la politique des firmes en matière de communication d’informations au marché boursier (Diamond et Verrecchia, 1982, 1991). Ils démontrent que la révélation d’informations visant à réduire l’asymétrie d’information sur le marché financier conduit également à abaisser le coût du capital des firmes en accroissant la demande des grands investisseurs en raison d’une plus grande liquidité. Cette voie de recherche sur la révélation d’informations sera abandonnée par Diamond, qui va désormais principalement concentrer ses travaux sur la théorie bancaire. Son article le plus influent est certainement celui de 1984 sur la surveillance déléguée (delegated monitoring) qui traite de l’efficacité du modèle économique des banques et marque clairement la transition entre ses premiers écrits et son évolution progressive vers l’étude du contrat d’allocation idéal qui permet d’analyser le rôle de la banque comme intermédiaire financier entre les déposants et les demandeurs de fonds. Diamond (1984) montre que le financement intermédié possède un avantage sur le financement direct. La production d’informations sur la qualité de l’emprunteur est laissée à un intermédiaire qui bénéficie d’un avantage important par le biais de la diversification des contrats au sein de son organisation. Il suffit alors de trouver le contrat incitatif qui conduit l’intermédiaire bancaire à surveiller efficacement l’emprunteur. Un contrat de dette permet d’apporter les incitations nécessaires pour que la compétence de diversification de l’intermédiaire réduise les coûts de surveillance. Ainsi, la banque apparaît comme le meilleur intermédiaire pour assurer le financement d’une économie par le crédit.

Nous organisons cette publication en trois parties. Les travaux portant sur la liquidité et la régulation forment le premier ensemble que nous analysons dans la première partie. Dans une deuxième partie, nous détaillons les résultats obtenus sur la maturité de la dette. Enfin, nous présentons les travaux qui se concentrent sur la réputation de la banque. Cette vision d’ensemble des articles de Diamond montre que la banque offre un modèle économique efficace de transformation de l’épargne des déposants en crédit, mais que ce modèle est très complexe à maîtriser sur l’ensemble de ces aspects.

Ce livre est classé dans les catégories :

3,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Douglas W. Diamond - L’analyse contractuelle de l’intermédiation financière”

Fiche technique

Résumé

Diamond est un auteur très constant dans sa manière d’aborder la recherche, qui s’appuie sur la modélisation mathématique pour construire une théorie bancaire. Il fonde la majorité de ses résultats sur la théorie des jeux non coopératifs en recourant à l’équilibre de Nash. Son début de carrière a été marqué par deux articles coécrits avec Verrecchia (Diamond et Verrecchia, 1981, 1987) qui traitent des prix d’équilibre sur les marchés financiers en présence d’information privée. Ils poursuivront leurs recherches en se concentrant sur la politique des firmes en matière de communication d’informations au marché boursier (Diamond et Verrecchia, 1982, 1991). Ils démontrent que la révélation d’informations visant à réduire l’asymétrie d’information sur le marché financier conduit également à abaisser le coût du capital des firmes en accroissant la demande des grands investisseurs en raison d’une plus grande liquidité. Cette voie de recherche sur la révélation d’informations sera abandonnée par Diamond, qui va désormais principalement concentrer ses travaux sur la théorie bancaire. Son article le plus influent est certainement celui de 1984 sur la surveillance déléguée (delegated monitoring) qui traite de l’efficacité du modèle économique des banques et marque clairement la transition entre ses premiers écrits et son évolution progressive vers l’étude du contrat d’allocation idéal qui permet d’analyser le rôle de la banque comme intermédiaire financier entre les déposants et les demandeurs de fonds. Diamond (1984) montre que le financement intermédié possède un avantage sur le financement direct. La production d’informations sur la qualité de l’emprunteur est laissée à un intermédiaire qui bénéficie d’un avantage important par le biais de la diversification des contrats au sein de son organisation. Il suffit alors de trouver le contrat incitatif qui conduit l’intermédiaire bancaire à surveiller efficacement l’emprunteur. Un contrat de dette permet d’apporter les incitations nécessaires pour que la compétence de diversification de l’intermédiaire réduise les coûts de surveillance. Ainsi, la banque apparaît comme le meilleur intermédiaire pour assurer le financement d’une économie par le crédit.

Nous organisons cette publication en trois parties. Les travaux portant sur la liquidité et la régulation forment le premier ensemble que nous analysons dans la première partie. Dans une deuxième partie, nous détaillons les résultats obtenus sur la maturité de la dette. Enfin, nous présentons les travaux qui se concentrent sur la réputation de la banque. Cette vision d’ensemble des articles de Diamond montre que la banque offre un modèle économique efficace de transformation de l’épargne des déposants en crédit, mais que ce modèle est très complexe à maîtriser sur l’ensemble de ces aspects.

Biographie de Sébastien Dereeper

Agrégé en sciences de gestion, il est professeur de finance à la faculté de Finance, banque et comptabilité de l’Université de Lille et à SKEMA Business School.

Titulaire d’une maîtrise de sciences économiques, il a soutenu sa thèse de doctorat nouveau régime, en 1999, à l’Université de Lille. Il est l’auteur d’articles et d’un ouvrage sur l’asymétrie d’information et le financement des entreprises par les marchés boursiers.

Il est professeur de finance à la faculté de finance, banque et comptabilité de l’Université de Lille, ainsi qu’à l’école d’ingénieur ISA-Yncréa Hauts de France. Diplômé d’une maîtrise de mathématiques pures de l’Université de Lille, il a obtenu un doctorat nouveau régime en sciences de gestion à l’Université de Lille. Il est l’auteur d’une dizaine d’articles traitant principalement des problèmes d’asymétrie d’information dans les relations banques-entreprises.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire