Votre compte

Encore carnivores demain ?


« Ne tuez plus d’animaux ! » Cette requête, Pythagore la lançait déjà il y a vingt-cinq siècles.

Entre interdire des pratiques telles que la vivisection, la corrida, la chasse ou l’abattage rituel et nous priver de bons rôtis, pour beaucoup il y a un fossé ! Pour d’autres, il faut bannir toute utilisation d’animaux, même pour se nourrir ; tel est le credo du véganisme, ce courant qui prend du poil de la bête.

Pourquoi cette mode végane, alors que les humains vivent depuis si longtemps avec les animaux ? Pour endiguer notre violence, empêcher nos cancers et sauver la planète, paraît-il. On le sait, les fermes-usines génèrent maintes pollutions et souffrances. Le leitmotiv du « bien-être animal » lève pourtant peu le voile jeté sur les opérateurs chargés d’engraisser ou de tuer sous des contraintes toujours accrues ; il peine aussi à rappeler que le véritable élevage est une relation de travail et d’affection, et que s’en passer aurait de graves conséquences sociales et environnementales.

Grâce au concours d’une douzaine d’experts, ce livre expose les problèmes et les bienfaits dont la domestication animale est la source. Il permet d’y voir clair dans la cacophonie des discours sur « l’élevage » et il esquisse des scénarios de changement dans notre alimentation et dans nos relations aux animaux.

Un ouvrage qui dépasse les clivages pour redonner toutes leurs « saveurs » à ces relations !

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Encore carnivores demain ?”

Fiche technique

Résumé

« Ne tuez plus d’animaux ! » Cette requête, Pythagore la lançait déjà il y a vingt-cinq siècles.

Entre interdire des pratiques telles que la vivisection, la corrida, la chasse ou l’abattage rituel et nous priver de bons rôtis, pour beaucoup il y a un fossé ! Pour d’autres, il faut bannir toute utilisation d’animaux, même pour se nourrir ; tel est le credo du véganisme, ce courant qui prend du poil de la bête.

Pourquoi cette mode végane, alors que les humains vivent depuis si longtemps avec les animaux ? Pour endiguer notre violence, empêcher nos cancers et sauver la planète, paraît-il. On le sait, les fermes-usines génèrent maintes pollutions et souffrances. Le leitmotiv du « bien-être animal » lève pourtant peu le voile jeté sur les opérateurs chargés d’engraisser ou de tuer sous des contraintes toujours accrues ; il peine aussi à rappeler que le véritable élevage est une relation de travail et d’affection, et que s’en passer aurait de graves conséquences sociales et environnementales.

Grâce au concours d’une douzaine d’experts, ce livre expose les problèmes et les bienfaits dont la domestication animale est la source. Il permet d’y voir clair dans la cacophonie des discours sur « l’élevage » et il esquisse des scénarios de changement dans notre alimentation et dans nos relations aux animaux.

Un ouvrage qui dépasse les clivages pour redonner toutes leurs « saveurs » à ces relations !

Biographie de Jocelyne Porcher

Jocelyne Porcher est chargée de recherches à l'Institut national de la recherche agro-nomique (INRA). Ses recherches iconoclastes sur la relation de travail entre humains et animaux ont fait date. Elle est notamment l'auteur de Éleveurs et animaux, réinventer le lien (PUF, 2002), Bien-être animal et travail en élevage (Educagri/INRA, 2004), Cochons d'or. L'industrie porcine en questions (Quae, 2010).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire