Votre compte

L'interminable écriture de l'Extermination


« Une civilisation qui oublie son passé est condamnée à le revivre. C’est forte de cette maxime, énoncée au début du xxe siècle par le philosophe américain George Santayana, que notre civilisation a instauré et institutionnalisé la mémoire de l’extermination des Juifs d’Europe. Mais voici que surgit, pour cette civilisation, un problème inattendu : non pas l’oubli du crime, mais l’oubli de tout le reste. Hitler hante notre actualité, et du passé désormais personne d’autre, ou presque, ne surnage. Aujourd’hui le malfaiteur suprême est en passe de siéger seul sur le trône de la mémoire.
Dans cette société de l’accusation perpétuelle et de l’expiation tapageuse qui arraisonne à tour de bras les fameuses heuresles- plus-sombres-de-notre-histoire, je me prends parfois à rêver d’une mémoire sans oriflamme ni destrier, d’une mémoire pédestre, modeste, discrète, silencieuse ou qui ne fasse pas d’autre bruit que les pages que l’on tourne dans le colloque singulier de la lecture. 
Comment parler de la Shoah sans tout mélanger ni sacrifier les exigences du jour ? Quelles leçons tirer de cet événement proprement incroyable ? Comment penser le mal, la radicalité du mal, la banalité du mal, l’industrialisation du mal, sans abandonner au mal tout l’espace de l’immortalité ? Ces dialogues que voici sont nés de ces interrogations et de ce scrupule. »

Alain Finkielkraut

Ce livre est classé dans les catégories :

7,99 €
?

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “L'interminable écriture de l'Extermination”

Fiche technique

Résumé

« Une civilisation qui oublie son passé est condamnée à le revivre. C’est forte de cette maxime, énoncée au début du xxe siècle par le philosophe américain George Santayana, que notre civilisation a instauré et institutionnalisé la mémoire de l’extermination des Juifs d’Europe. Mais voici que surgit, pour cette civilisation, un problème inattendu : non pas l’oubli du crime, mais l’oubli de tout le reste. Hitler hante notre actualité, et du passé désormais personne d’autre, ou presque, ne surnage. Aujourd’hui le malfaiteur suprême est en passe de siéger seul sur le trône de la mémoire.
Dans cette société de l’accusation perpétuelle et de l’expiation tapageuse qui arraisonne à tour de bras les fameuses heuresles- plus-sombres-de-notre-histoire, je me prends parfois à rêver d’une mémoire sans oriflamme ni destrier, d’une mémoire pédestre, modeste, discrète, silencieuse ou qui ne fasse pas d’autre bruit que les pages que l’on tourne dans le colloque singulier de la lecture. 
Comment parler de la Shoah sans tout mélanger ni sacrifier les exigences du jour ? Quelles leçons tirer de cet événement proprement incroyable ? Comment penser le mal, la radicalité du mal, la banalité du mal, l’industrialisation du mal, sans abandonner au mal tout l’espace de l’immortalité ? Ces dialogues que voici sont nés de ces interrogations et de ce scrupule. »

Alain Finkielkraut

Biographie d’Alain Finkielkraut

Professeur émérite à l’École polytechnique, Alain Finkielkraut est notamment l’auteur d’Un coeur intelligent (2009), L’Identité malheureuse (2013), La Seule Exactitude (2015) et, avec Elisabeth de Fontenay, En terrain miné (2017) ; il anime depuis plus de trente ans l’émission « Répliques » sur France Culture. Il a été reçu à l’Académie française en 2016.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire