Votre compte

La Résistance intellectuelle

Étienne Bernard (other_primary_creator)

Pierre Biquard (other_primary_creator)

Jean Blanzat (other_primary_creator)

René Capitant (other_primary_creator)

Jacques Charpentier (other_primary_creator)

Louis Daquin (other_primary_creator)

Robert Debré (other_primary_creator)

Jean Guéhenno (other_primary_creator)

Joliot-Curie (other_primary_creator)


La Résistance intellectuelle évoquée ici par ceux qui l’ont faite, ce fut la lutte menée pour la liberté de l’esprit et la dignité de l’homme contre l’emprise nazie qui s’efforçait d’imposer aux peuples vaincus son « idéologie », sa Weltanschauung affirmant les privilèges et les droits absolus de « la race des seigneurs » sur « l’humanité végétative des esclaves ». Cette forme de la guerre clandestine, les intellectuels français l’entreprirent, parfois au sacrifice de leur vie, dans tous les domaines, lettres, droit, médecine, science, art, cinéma... Jacques Debû-Bridel, résistant de 1940, était tout désigné pour recueillir leur témoignage ayant d’abord, aux côtés de Jean Paulhan et de Pierre de Lescure, participé aux premières publications clandestines, puis à l’initiative de Jacques Decour, fondé le Conseil national des Écrivains (CNE), dont les Lettres françaises furent l’organe, et enfin collaboré au lancement des Éditions de Minuit avec Vercors et ses amis. Membre de l’OCM, puis du Front national, délégué au Conseil national de la Résistance (CNR) où il représentait la Fédération républicaine de Louis Marin il a participé jusqu’à la Libération avec François Mauriac, Joliot-Curie, Pierre Villon, Claude Morgan, Georges Adam, Édith Thomas et tant d’autres, à cette guerre de « l’esprit » où le Front national joua un rôle de premier plan.

Ce livre est classé dans les catégories :

8,49 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La Résistance intellectuelle”

Fiche technique

Résumé

La Résistance intellectuelle évoquée ici par ceux qui l’ont faite, ce fut la lutte menée pour la liberté de l’esprit et la dignité de l’homme contre l’emprise nazie qui s’efforçait d’imposer aux peuples vaincus son « idéologie », sa Weltanschauung affirmant les privilèges et les droits absolus de « la race des seigneurs » sur « l’humanité végétative des esclaves ». Cette forme de la guerre clandestine, les intellectuels français l’entreprirent, parfois au sacrifice de leur vie, dans tous les domaines, lettres, droit, médecine, science, art, cinéma... Jacques Debû-Bridel, résistant de 1940, était tout désigné pour recueillir leur témoignage ayant d’abord, aux côtés de Jean Paulhan et de Pierre de Lescure, participé aux premières publications clandestines, puis à l’initiative de Jacques Decour, fondé le Conseil national des Écrivains (CNE), dont les Lettres françaises furent l’organe, et enfin collaboré au lancement des Éditions de Minuit avec Vercors et ses amis. Membre de l’OCM, puis du Front national, délégué au Conseil national de la Résistance (CNR) où il représentait la Fédération républicaine de Louis Marin il a participé jusqu’à la Libération avec François Mauriac, Joliot-Curie, Pierre Villon, Claude Morgan, Georges Adam, Édith Thomas et tant d’autres, à cette guerre de « l’esprit » où le Front national joua un rôle de premier plan.

Biographie de Jacques Debu-Bridel

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire