Votre compte

Le coup d'État climatique


Il n’y a pas de crise climatique. Il y a une volonté politique pour que le climat soit en crise. Telle est la thèse provocante défendue par Mark Alizart dans ce petit ouvrage brillant et intempestif. Quand des États laissent non seulement brûler leurs forêts, mais qu’ils les mettent eux-mêmes à feu ; quand ils ne se contentent pas de ne pas appliquer les accords de Paris, mais qu’ils les déchirent en public ; quand ils ne se satisfont pas de douter des scientifiques mais qu’ils les intimident, – on ne peut plus simplement dire qu’ils n’en font pas assez pour sauver la planète : manifestement, ils font tout pour qu’elle soit détruite. Car le changement climatique va créer d’innombrables perdants, mais aussi quelques gagnants – quelques individus pariant sur l’effondrement du monde comme on parie, en Bourse, sur des valeurs à la baisse. S’il s’agit de se battre contre la crise climatique, il ne suffit donc pas de le faire en changeant seulement nos comportements individuels. Il faut déjouer le complot « carbofasciste » ourdi contre l’humanité. Comment ? En commençant par penser les conditions d’une révolution dans la pensée politique de l’écologie – une révolution en faveur d’un véritable « écosocialisme ».

Ce livre est classé dans les catégories :

7,49 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le coup d'État climatique”

Fiche technique

Résumé

Il n’y a pas de crise climatique. Il y a une volonté politique pour que le climat soit en crise. Telle est la thèse provocante défendue par Mark Alizart dans ce petit ouvrage brillant et intempestif. Quand des États laissent non seulement brûler leurs forêts, mais qu’ils les mettent eux-mêmes à feu ; quand ils ne se contentent pas de ne pas appliquer les accords de Paris, mais qu’ils les déchirent en public ; quand ils ne se satisfont pas de douter des scientifiques mais qu’ils les intimident, – on ne peut plus simplement dire qu’ils n’en font pas assez pour sauver la planète : manifestement, ils font tout pour qu’elle soit détruite. Car le changement climatique va créer d’innombrables perdants, mais aussi quelques gagnants – quelques individus pariant sur l’effondrement du monde comme on parie, en Bourse, sur des valeurs à la baisse. S’il s’agit de se battre contre la crise climatique, il ne suffit donc pas de le faire en changeant seulement nos comportements individuels. Il faut déjouer le complot « carbofasciste » ourdi contre l’humanité. Comment ? En commençant par penser les conditions d’une révolution dans la pensée politique de l’écologie – une révolution en faveur d’un véritable « écosocialisme ».

Biographie de Mark Alizart

Il n’y a pas de crise climatique. Il y a une volonté politique pour que le climat soit en crise. Telle est la thèse provocante défendue par Mark Alizart dans ce petit ouvrage brillant et intempestif. Quand des États laissent non seulement brûler leurs forêts, mais qu’ils les mettent eux-mêmes à feu ; quand ils ne se contentent pas de ne pas appliquer les accords de Paris, mais qu’ils les déchirent en public ; quand ils ne se satisfont pas de douter des scientifiques mais qu’ils les intimident, – on ne peut plus simplement dire qu’ils n’en font pas assez pour sauver la planète : manifestement, ils font tout pour qu’elle soit détruite. Car le changement climatique va créer d’innombrables perdants, mais aussi quelques gagnants – quelques individus pariant sur l’effondrement du monde comme on parie, en Bourse, sur des valeurs à la baisse. S’il s’agit de se battre contre la crise climatique, il ne suffit donc pas de le faire en changeant seulement nos comportements individuels. Il faut déjouer le complot « carbofasciste » ourdi contre l’humanité. Comment ? En commençant par penser les conditions d’une révolution dans la pensée politique de l’écologie – une révolution en faveur d’un véritable « écosocialisme ».

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire