Votre compte

Mourir d’écrire ?


Peut-on mourir de dire ? Cet ouvrage décrit l'agonie qui peut s’emparer des survivants de traumatismes extrêmes et les conduire à la folie ou à la mort, au moment où une horreur à laquelle ils ont pourtant survécu, se trouve mise en mots. Confrontant les survivants à la prise de conscience d’une réalité qu’ils avaient réussi à nier, à éloigner, à déréaliser, à vider de sa dimension affective, cette mise en mots serait intolérable sans accompagnement. Elle peut avoir lieu dans le contexte du témoignage mais aussi dans celui de la cure et peut alors se résumer par un bref apologue : « Un chevalier traverse au galop le lac de Constance couvert d’une glace légère. Parvenu sur l’autre rive il fait le récit de sa traversée à un paysan sceptique. En achevant son récit le chevalier tombe foudroyé. Sa parole l’avise après-coup qu’il était déjà mort. » Ce livre fait appel à des études de cas rapportés par des analystes mais aussi à des témoignages d’écrivains survivants. Tous explorent la diversité des parades et des réponses à la rencontre explosive d’une souffrance et d’un récit.

Ce livre est classé dans les catégories :

18,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Mourir d’écrire ?”

Fiche technique

Résumé

Peut-on mourir de dire ? Cet ouvrage décrit l'agonie qui peut s’emparer des survivants de traumatismes extrêmes et les conduire à la folie ou à la mort, au moment où une horreur à laquelle ils ont pourtant survécu, se trouve mise en mots. Confrontant les survivants à la prise de conscience d’une réalité qu’ils avaient réussi à nier, à éloigner, à déréaliser, à vider de sa dimension affective, cette mise en mots serait intolérable sans accompagnement. Elle peut avoir lieu dans le contexte du témoignage mais aussi dans celui de la cure et peut alors se résumer par un bref apologue : « Un chevalier traverse au galop le lac de Constance couvert d’une glace légère. Parvenu sur l’autre rive il fait le récit de sa traversée à un paysan sceptique. En achevant son récit le chevalier tombe foudroyé. Sa parole l’avise après-coup qu’il était déjà mort. » Ce livre fait appel à des études de cas rapportés par des analystes mais aussi à des témoignages d’écrivains survivants. Tous explorent la diversité des parades et des réponses à la rencontre explosive d’une souffrance et d’un récit.

Biographie de Rachel Rosenblum

Peut-on mourir de dire ? Cet ouvrage décrit l'agonie qui peut s’emparer des survivants de traumatismes extrêmes et les conduire à la folie ou à la mort, au moment où une horreur à laquelle ils ont pourtant survécu, se trouve mise en mots. Confrontant les survivants à la prise de conscience d’une réalité qu’ils avaient réussi à nier, à éloigner, à déréaliser, à vider de sa dimension affective, cette mise en mots serait intolérable sans accompagnement. Elle peut avoir lieu dans le contexte du témoignage mais aussi dans celui de la cure et peut alors se résumer par un bref apologue : « Un chevalier traverse au galop le lac de Constance couvert d’une glace légère. Parvenu sur l’autre rive il fait le récit de sa traversée à un paysan sceptique. En achevant son récit le chevalier tombe foudroyé. Sa parole l’avise après-coup qu’il était déjà mort. » Ce livre fait appel à des études de cas rapportés par des analystes mais aussi à des témoignages d’écrivains survivants. Tous explorent la diversité des parades et des réponses à la rencontre explosive d’une souffrance et d’un récit.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire