Votre compte

Peut-être Esther


Comprendre d'où l'on vient, n'est-ce pas la première responsabilité de l'âge adulte ? Katja Petrowskaja a grandi dans une famille juive à Kiev, en Ukraine, dans les années soixante-dix. De son enfance, lui reste un étrange sentiment de manque. Qu'est-ce qui n'était pas dit autour de la grande table familiale ? Dans quelle béance de l'Histoire ces ancêtres dont on taisait les noms avaient-ils été happés ?

Peut-être Esther est le fruit de cette quête des origines. Pas à pas, une découverte après l'autre, Katja Petrowskaja raconte sa filiation. Un arrière-grand-oncle dont l'attentat contre un ambassadeur allemand pourrait avoir déclenché la Seconde Guerre mondiale ; un grand-père prisonnier de guerre réapparu quarante et un ans plus tard ; une arrière-grand-mère qui s'appelait peut-être Esther, qui à Kiev en 1941 s'est rendue d'elle-même au ravin de Babi Yar, où l'occupant éliminait alors en masse tous les habitants juifs de la ville.

Par le prisme de ces destins brisés, Katja Petrowskaja trace les contours d'une Mitteleuropa disparue et livre un récit du vingtième siècle où alternent le clair et l'obscur, la force et la fragilité, la gloire et la défaite.


Traduit de l'allemand par Barbara Fontaine


" Un récit saisissant, bouleversant, écrit sur le mode de la précaution, du doute et parfois du découragement. On a rarement lu une histoire familiale ¿ et Dieu sait si elles sont nombreuses ¿ à la fois aussi captivante et émouvante. De la grande littérature. " ¿ Der Spiegel


Katja Petrowskaja est née à Kiev en 1970. Après des études littéraires à Tartu en Estonie, puis à New York, Stanford et Moscou, elle s'est installée à Berlin, où elle est journaliste pour divers médias russes et allemands. Peut-être Esther, qu'elle a choisi d'écrire en allemand, est son premier livre. En cours de traduction dans dix-huit pays, il lui a valu en 2013 le prestigieux prix Ingeborg-Bachmann .


Barbara Fontaine traduit essentiellement des auteurs de fiction contemporains, parmi lesquels Ursula Krechel, Hans-Ulrich Treichel, Katja Lange-Müller, Robert Menasse, Klaus Hoffer. Elle est lauréate du prix André-Gide 2008 pour la traduction d'Un pays invisible de Stephan Wackwitz, et du prix Amphi 2010 pour la traduction de Près de Jedenew de Kevin Vennemann.


Ingeborg Bachmann Prize 2013

" Rares ont été les œuvres acclamées avec une telle émotion et un tel enthousiasme à la remise du prix Ingeborg Bachmann à Klagenfurt. " Frankfurter Allgemeine Zeitung


A spekte Literatur Prize 2014

prix du meilleur premier ouvrage, précédemment octroyé à Eugen Ruge, Teresa Präauer, Dorothee Elmiger, Ingo Schulze, Felicitas Hoppe, Herta Müller


Ernst Toller Prize 2015

précédemment octroyé à Albert Ostermaier, Biljana Srbljanovi¿, Felix Mitterer, Juli Zeh, Günter Grass, Gerhard Polt, Christoph Ransmayr

Ce livre est classé dans les catégories :

15,99 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Peut-être Esther”

Fiche technique

  • Auteur : Katja Petrowskaja
  • Éditeur : Le Seuil
  • Collection : Cadre vert
  • Date de parution : 08/01/15
  • EAN : 9782021182446
  • Format : PDF
  • Nombre de pages: 281
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

Comprendre d'où l'on vient, n'est-ce pas la première responsabilité de l'âge adulte ? Katja Petrowskaja a grandi dans une famille juive à Kiev, en Ukraine, dans les années soixante-dix. De son enfance, lui reste un étrange sentiment de manque. Qu'est-ce qui n'était pas dit autour de la grande table familiale ? Dans quelle béance de l'Histoire ces ancêtres dont on taisait les noms avaient-ils été happés ?

Peut-être Esther est le fruit de cette quête des origines. Pas à pas, une découverte après l'autre, Katja Petrowskaja raconte sa filiation. Un arrière-grand-oncle dont l'attentat contre un ambassadeur allemand pourrait avoir déclenché la Seconde Guerre mondiale ; un grand-père prisonnier de guerre réapparu quarante et un ans plus tard ; une arrière-grand-mère qui s'appelait peut-être Esther, qui à Kiev en 1941 s'est rendue d'elle-même au ravin de Babi Yar, où l'occupant éliminait alors en masse tous les habitants juifs de la ville.

Par le prisme de ces destins brisés, Katja Petrowskaja trace les contours d'une Mitteleuropa disparue et livre un récit du vingtième siècle où alternent le clair et l'obscur, la force et la fragilité, la gloire et la défaite.


Traduit de l'allemand par Barbara Fontaine


" Un récit saisissant, bouleversant, écrit sur le mode de la précaution, du doute et parfois du découragement. On a rarement lu une histoire familiale ¿ et Dieu sait si elles sont nombreuses ¿ à la fois aussi captivante et émouvante. De la grande littérature. " ¿ Der Spiegel


Katja Petrowskaja est née à Kiev en 1970. Après des études littéraires à Tartu en Estonie, puis à New York, Stanford et Moscou, elle s'est installée à Berlin, où elle est journaliste pour divers médias russes et allemands. Peut-être Esther, qu'elle a choisi d'écrire en allemand, est son premier livre. En cours de traduction dans dix-huit pays, il lui a valu en 2013 le prestigieux prix Ingeborg-Bachmann .


Barbara Fontaine traduit essentiellement des auteurs de fiction contemporains, parmi lesquels Ursula Krechel, Hans-Ulrich Treichel, Katja Lange-Müller, Robert Menasse, Klaus Hoffer. Elle est lauréate du prix André-Gide 2008 pour la traduction d'Un pays invisible de Stephan Wackwitz, et du prix Amphi 2010 pour la traduction de Près de Jedenew de Kevin Vennemann.


Ingeborg Bachmann Prize 2013

" Rares ont été les œuvres acclamées avec une telle émotion et un tel enthousiasme à la remise du prix Ingeborg Bachmann à Klagenfurt. " Frankfurter Allgemeine Zeitung


A spekte Literatur Prize 2014

prix du meilleur premier ouvrage, précédemment octroyé à Eugen Ruge, Teresa Präauer, Dorothee Elmiger, Ingo Schulze, Felicitas Hoppe, Herta Müller


Ernst Toller Prize 2015

précédemment octroyé à Albert Ostermaier, Biljana Srbljanovi¿, Felix Mitterer, Juli Zeh, Günter Grass, Gerhard Polt, Christoph Ransmayr

Biographie de Katja Petrowskaja

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire