Votre compte

Plaidoirie d'outre-tombe


« Écoutez-moi ! Je me nomme Pierre Victurien Vergniaud. Je vous parle d’outre-tombe. Je fus traduit  le 24 octobre 1793 devant le Tribunal révolutionnaire avec vingt autres députés de la Convention sous l’accusation d’une conspiration imaginaire contre l’unité et l’indivisibilité de la république, la liberté et la sûreté du peuple français ».
On les appelait les Girondins, et bien sûr Vergniaud, l’avocat qui était leur leader charismatique, n’eut pas l’occasion de proférer ces paroles, car au bout de deux séances houleuses qui tournèrent à leur avantage, le tribunal aux ordres de Robespierre décida de les envoyer directement à l’échafaud sans autre forme de procès. Ainsi périrent des élus qui avaient été parmi les premiers artisans de la révolution,  mais qui avaient eu le tort de s’opposer à la Terreur.
Michel Laval a retrouvé les notes que Vergniaud a prises en prison pour préparer son procès. Il lui donne ici, enfin, la parole dans un plaidoyer lucide et  émouvant  qui non seulement récuse les accusations absurdes portées contre les Girondins, mais fait la démonstration politique que le pire ennemi de la révolution fut la minorité extrémiste qui s’afficha comme son seul représentant légitime.  Et pose la question : toutes les révolutions sont-elles donc condamnées à finir en bain de sang ?
 

Ce livre est classé dans les catégories :

12,99 €
?

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Plaidoirie d'outre-tombe”

Fiche technique

Résumé

« Écoutez-moi ! Je me nomme Pierre Victurien Vergniaud. Je vous parle d’outre-tombe. Je fus traduit  le 24 octobre 1793 devant le Tribunal révolutionnaire avec vingt autres députés de la Convention sous l’accusation d’une conspiration imaginaire contre l’unité et l’indivisibilité de la république, la liberté et la sûreté du peuple français ».
On les appelait les Girondins, et bien sûr Vergniaud, l’avocat qui était leur leader charismatique, n’eut pas l’occasion de proférer ces paroles, car au bout de deux séances houleuses qui tournèrent à leur avantage, le tribunal aux ordres de Robespierre décida de les envoyer directement à l’échafaud sans autre forme de procès. Ainsi périrent des élus qui avaient été parmi les premiers artisans de la révolution,  mais qui avaient eu le tort de s’opposer à la Terreur.
Michel Laval a retrouvé les notes que Vergniaud a prises en prison pour préparer son procès. Il lui donne ici, enfin, la parole dans un plaidoyer lucide et  émouvant  qui non seulement récuse les accusations absurdes portées contre les Girondins, mais fait la démonstration politique que le pire ennemi de la révolution fut la minorité extrémiste qui s’afficha comme son seul représentant légitime.  Et pose la question : toutes les révolutions sont-elles donc condamnées à finir en bain de sang ?
 

Biographie de Michel Laval

Michel Laval est avocat. Il est l’auteur de Robert Brasillach, la trahison du clerc (Hachette Littérature, 1992) et de L’homme sans concessions : Arthur Koestler et son siècle (Calmann-Lévy, 2005. Prix de la biographie - Le Point 2006)

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire