Votre compte

Poèmes d'Ossian


Comme ce texte est singulier. Le monde celtique se découvre, et même, plutôt, il s'invente. Tout le monde britannique vibre aux poèmes que Mc Pherson a traduit du barde Ossian, tout droits venus du 2ème siècle.

L'épopée est majestueuse, à la fois cruelle et pensive. Elle est baignée d'amours sauvages, de vents et de mer. Les noms sont merveilleux, et le merveilleux lui-même pas bien loin, avec tout l'espace des légendes auprès.

D'autres complèteront la redécouverte de McPherson, dont un certain John Smith. En France, c'est la révolution. On a besoin de prose épique. C'est un livre qui m'est cher, an VII de la République, que ces premières traductions – longs poèmes en prose – de McPherson.

Et Chateaubriand... Il a vingt ans, il est exilé à Londres. Son oeuvre est à venir, avec le voyage d'Amérique qui sera si décisif. Il aura donc manqué une occasion, l'épopée d'Ossian étant déjà célèbre, et traduite ?

C'est faire bon prix de son génie à lui. Il prend John Smith, et voyez sa préface : l'important, c'est ce dont on rêve, quand on lit Ossian. Ce sont les images qui nous traversent, et les espoirs, et les sensations. Alors, on a légitimement le droit de s'approprier Ossian, de le réécrire. De fabriquer notre légende en prose.

Et ce d'autant plus que personne n'y croit déjà plus beaucoup, alors, à Ossian.

Voici donc un pur morceau d'invention lyrique qui vient, en pleine période révolutionnaire, secouer notre langue, et l'agrandir. Et comment serions-nous insensibles – quand le monde celte, qui a voulu rester en dehors de l'aventure de l'écriture, vient enfin reprendre sa place dans nos mythologies personnelles ?

La grandeur d'Ossian, c'est cette invention dans l'écriture.

FB

Couverture : Le Songe d'Ossian, par Ingres (détail).

Ce livre est classé dans les catégories :

0,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Poèmes d'Ossian”

Fiche technique

Résumé

Comme ce texte est singulier. Le monde celtique se découvre, et même, plutôt, il s'invente. Tout le monde britannique vibre aux poèmes que Mc Pherson a traduit du barde Ossian, tout droits venus du 2ème siècle.

L'épopée est majestueuse, à la fois cruelle et pensive. Elle est baignée d'amours sauvages, de vents et de mer. Les noms sont merveilleux, et le merveilleux lui-même pas bien loin, avec tout l'espace des légendes auprès.

D'autres complèteront la redécouverte de McPherson, dont un certain John Smith. En France, c'est la révolution. On a besoin de prose épique. C'est un livre qui m'est cher, an VII de la République, que ces premières traductions – longs poèmes en prose – de McPherson.

Et Chateaubriand... Il a vingt ans, il est exilé à Londres. Son oeuvre est à venir, avec le voyage d'Amérique qui sera si décisif. Il aura donc manqué une occasion, l'épopée d'Ossian étant déjà célèbre, et traduite ?

C'est faire bon prix de son génie à lui. Il prend John Smith, et voyez sa préface : l'important, c'est ce dont on rêve, quand on lit Ossian. Ce sont les images qui nous traversent, et les espoirs, et les sensations. Alors, on a légitimement le droit de s'approprier Ossian, de le réécrire. De fabriquer notre légende en prose.

Et ce d'autant plus que personne n'y croit déjà plus beaucoup, alors, à Ossian.

Voici donc un pur morceau d'invention lyrique qui vient, en pleine période révolutionnaire, secouer notre langue, et l'agrandir. Et comment serions-nous insensibles – quand le monde celte, qui a voulu rester en dehors de l'aventure de l'écriture, vient enfin reprendre sa place dans nos mythologies personnelles ?

La grandeur d'Ossian, c'est cette invention dans l'écriture.

FB

Couverture : Le Songe d'Ossian, par Ingres (détail).

Biographie de François-René de Chateaubriand

François René de Chateaubriand (1768-1848) est un poète, romancier, essayiste et diplomate, considéré comme un des précurseurs du romantisme français.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire