Votre compte

Procès contre les animaux - Curiosités judiciaires et historique du Moyen-Âge


Nous pouvons observer trois catégories de procès. Il y avait d’abord les crimes des animaux domestiques individuels qui relevaient de la justice civile. Ensuite il y avait les délits commis par des groupes d’animaux, surtout perpétrés par des insectes ou des petits rongeurs et qui étaient jugés par l’Église. Enfin, il y avait les animaux accusés de complicité aux crimes de bestialité, donc à caractère sexuel, et qui étaient accompagnés de l’homme ou la femme ayant commis l’acte en question. Ce dernier genre de délit était souvent associé à la sorcellerie. (Nathalie Lavictoire - Université du Québec à Montréal)

Pour exemples de sanctions :

« A Falaise, en 1386, une truie infanticide fut pendues : sous vêtements et masque humains ; elle portait des gants... comme son bourreau !

De nombreux pauvres chats ont été jugés et livrés aux flammes, car on croyait qu'ils pouvaient être la métamorphoses de sorcières, ou de femmes vendues à Satan.

1735, un âne fut arquebusé par sentence du magistrat de Clermont en Picardie pour avoir mordu sa nouvelle maîtresse. »

L’ouvrage d’Émile Agnel, recèle d’exemples curieux et qui à la lumière de notre époque moderne, peuvent apparaître extraordinaires ! Un voyage dans le temps à travers le procès des animaux !

Suivi de Histoire des singes et autres animaux curieux, par Pons Augustin Alletz. Excellent manuel pratique de biologie sur l’instinct animal. Alletz, avocat, né à Montpellier, est l'auteur d'un grand nombre d'ouvrages estimables, qui sont surtout des compilations et des ouvrages d'instruction élémentaire. L'Université de Paris en a adopté quelques-uns (Barbier I/985; Hoefer NBG II/156).

Format professionnel électronique © Ink Book édition.

Ce livre est classé dans les catégories :

1,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Procès contre les animaux - Curiosités judiciaires et historique du Moyen-Âge”

Fiche technique

Résumé

Nous pouvons observer trois catégories de procès. Il y avait d’abord les crimes des animaux domestiques individuels qui relevaient de la justice civile. Ensuite il y avait les délits commis par des groupes d’animaux, surtout perpétrés par des insectes ou des petits rongeurs et qui étaient jugés par l’Église. Enfin, il y avait les animaux accusés de complicité aux crimes de bestialité, donc à caractère sexuel, et qui étaient accompagnés de l’homme ou la femme ayant commis l’acte en question. Ce dernier genre de délit était souvent associé à la sorcellerie. (Nathalie Lavictoire - Université du Québec à Montréal)

Pour exemples de sanctions :

« A Falaise, en 1386, une truie infanticide fut pendues : sous vêtements et masque humains ; elle portait des gants... comme son bourreau !

De nombreux pauvres chats ont été jugés et livrés aux flammes, car on croyait qu'ils pouvaient être la métamorphoses de sorcières, ou de femmes vendues à Satan.

1735, un âne fut arquebusé par sentence du magistrat de Clermont en Picardie pour avoir mordu sa nouvelle maîtresse. »

L’ouvrage d’Émile Agnel, recèle d’exemples curieux et qui à la lumière de notre époque moderne, peuvent apparaître extraordinaires ! Un voyage dans le temps à travers le procès des animaux !

Suivi de Histoire des singes et autres animaux curieux, par Pons Augustin Alletz. Excellent manuel pratique de biologie sur l’instinct animal. Alletz, avocat, né à Montpellier, est l'auteur d'un grand nombre d'ouvrages estimables, qui sont surtout des compilations et des ouvrages d'instruction élémentaire. L'Université de Paris en a adopté quelques-uns (Barbier I/985; Hoefer NBG II/156).

Format professionnel électronique © Ink Book édition.

Biographie d’Emile Agnel

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire