Votre compte

Roseaux


De la même façon que un est en deux, j’ai toujours considéré le poème comme un champ clos dans une géographie de champs ouverts.
Il m’importe, en poésie, d’examiner la circulation, la déperdition des mots voués à toutes les aventures, d’ouvrir les espaces et de montrer autre chose que ce que le conformisme de l’époque exhibe à tout bout de champ.
Chacun des poèmes de ce recueil est constitué de deux verticalités autonomes, l’une masculine et l’autre féminine, mais il autorise aussi une lecture classique (le fragment gauche rejoignant le fragment droit), ainsi que quelques variations. Le poème s’épanouit ainsi, dans l’échange des voix et le déséquilibre du sens.
RB.

Roseaux, de Raymond Bozier, est paru en 1986, et est épuisé. Raymond Bozier vit à La Rochelle. Son chemin a d’abord été exclusivement de poésie, avec comme repère Bords de mer chez Flammarion en 1998 et Abattoirs 26 chez Pauvert en 1999. Prendre de front les dérives ou les travers d’un monde qui se cherche, s’englue dans les fausses pistes de l’image, de la violence, est un trait permanent du travail de Raymond Bozier. On le retrouvera dans Roseaux, travail sur deux lignes verticales qui sans cesse entrecroisent la double lecture, presque un journal où le poème heurte directement aux soubresauts de son époque, comme, ici, la première guerre d’Irak.

Raymond Bozier a ensuite doublé son travail de poésie d’un travail de prose, construisant sous le titre générique Paysages avant l’oubli cette même proximité âpre au réel, notamment via Rocade (Pauvert, 2000), l’étonnant Fenêtres sur le monde (Fayard, 2004), en passe de devenir un classique des ateliers d’écriture, enfin la reprise, ou la réécriture au même lieu, dans L’homme-ravin qui paraît ces jours-ci chez Fayard, du premier Paysages avant l’oubli, Lieu-dit (Calmann-Lévy, 1997) : travail sur les figures du temps qui me rend d’autant plus heureux d’insérer Roseaux dans l’ouverture de publie.net.

Et petit salut, dans les longues soirées d’internat au lycée Camille-Guérin de Poitiers, dans l’immédiat après 68, à celui qui le mercredi rapportait de la ville Eluard ou Apollinaire et les faisait lire à quelques bec-jaunes de la terminale S...

FB

3,49 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Roseaux”

Fiche technique

  • Auteur : Raymond Bozier
  • Éditeur : publie.net
  • Collection : l'esquif
  • Date de parution : 05/12/08
  • EAN : 9782814500471
  • Format : Multi-format
  • Nombre de pages: 72
  • Protection : NC

Résumé

De la même façon que un est en deux, j’ai toujours considéré le poème comme un champ clos dans une géographie de champs ouverts.
Il m’importe, en poésie, d’examiner la circulation, la déperdition des mots voués à toutes les aventures, d’ouvrir les espaces et de montrer autre chose que ce que le conformisme de l’époque exhibe à tout bout de champ.
Chacun des poèmes de ce recueil est constitué de deux verticalités autonomes, l’une masculine et l’autre féminine, mais il autorise aussi une lecture classique (le fragment gauche rejoignant le fragment droit), ainsi que quelques variations. Le poème s’épanouit ainsi, dans l’échange des voix et le déséquilibre du sens.
RB.

Roseaux, de Raymond Bozier, est paru en 1986, et est épuisé. Raymond Bozier vit à La Rochelle. Son chemin a d’abord été exclusivement de poésie, avec comme repère Bords de mer chez Flammarion en 1998 et Abattoirs 26 chez Pauvert en 1999. Prendre de front les dérives ou les travers d’un monde qui se cherche, s’englue dans les fausses pistes de l’image, de la violence, est un trait permanent du travail de Raymond Bozier. On le retrouvera dans Roseaux, travail sur deux lignes verticales qui sans cesse entrecroisent la double lecture, presque un journal où le poème heurte directement aux soubresauts de son époque, comme, ici, la première guerre d’Irak.

Raymond Bozier a ensuite doublé son travail de poésie d’un travail de prose, construisant sous le titre générique Paysages avant l’oubli cette même proximité âpre au réel, notamment via Rocade (Pauvert, 2000), l’étonnant Fenêtres sur le monde (Fayard, 2004), en passe de devenir un classique des ateliers d’écriture, enfin la reprise, ou la réécriture au même lieu, dans L’homme-ravin qui paraît ces jours-ci chez Fayard, du premier Paysages avant l’oubli, Lieu-dit (Calmann-Lévy, 1997) : travail sur les figures du temps qui me rend d’autant plus heureux d’insérer Roseaux dans l’ouverture de publie.net.

Et petit salut, dans les longues soirées d’internat au lycée Camille-Guérin de Poitiers, dans l’immédiat après 68, à celui qui le mercredi rapportait de la ville Eluard ou Apollinaire et les faisait lire à quelques bec-jaunes de la terminale S...

FB

Biographie de Raymond Bozier

Né en 1950, à Chauvigny, dans la Vienne, Raymond Bozier vit et travaille à la Rochelle. Il a animé la revue Cargo, publié un grand nombre de poèmes et de nouvelles dans des revues et des journaux tels que L'Express, Le Monde Diplomatique, Action Poétique, Moebius, Poésie présente, Europe, avant de donner la priorité au roman. Lieu-dit, Paysages avant l’oubli 1 (Calmann-Lévy, 1997, réédité chez Fayard), lui a valu le Prix du premier roman 1997, et le prix du livre Poitou-Charentes. Ont suivi plusieurs recueils de poésie, tels que Bords de mer (Flammarion, 1998), Abattoirs 26 (Pauvert, 1999) ; et d’autres romans : Rocade, Paysages avant l’oubli 2 (Pauvert, 2000), Les Soldats somnambules (Fayard, 2002), Fenêtres sur le monde, Paysages avant l’oubli 3 (Fayard, 2004), L’Homme-ravin (Fayard, 2008), Divagation 1, suivi d’une réédition de Lieu-dit (Fayard 2008) ; sans oublier un récit, La maison des courants d’air (Fayard, 2008). Par ailleurs, Raymond Bozier a participé à 49 poètes en collectif, anthologie (Flammarion, 2004) et Histoires de lecture (ministère de la Culture, 2001), a réuni des auteurs algériens et français dans L’Algérie des deux rives (Mille et une nuits, 2003), et, dans Le Rapt du silence (Le Temps qu’il fait, 2007), a traduit des proses de Marcos Siscar.

Autres ressources web: voir BNF / écrire la ville.

 

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Times New Roman"; panose-1:0 2 2 6 3 5 4 5 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:SimSun; panose-1:0 0 0 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-alt:??; mso-font-charset:134; mso-generic-font-family:auto; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:1 135135232 16 0 262144 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman";} table.MsoNormalTable {mso-style-parent:""; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} -->

Lieu-dit, Paysages avant l’oubli 1, roman, Calmann-Lévy, 1997. Prix du premier roman 1997, prix du livre Poitou-Charentes – Épuisé

Bords de mer, poésie, Flammarion, 1998

Abattoirs 26, poésie, Pauvert, 1999

Rocade, Paysages avant l’oubli 2, roman, Pauvert 2000

Les Soldats somnambules, roman, Fayard, 2002

Fenêtres sur le monde, Paysages avant l’oubli 3, Fayard, 2004

L’homme-ravin, Divagation 1, suivi de Lieu-dit (réédition), romans, Fayard 2008

La maison des courants d’air, récit, Fayard 2008

Roseaux, poèmes, Publie.net

L’être urbain, Publie.net, 2009

 

 

Collectif

Histoires de lecture : Lire en fête 2001 (collectif), Ministère de la culture

L’Algérie des deux rives, nouvelles (collectif d’auteurs algériens et français réunis par R.Bozier), Mille et une nuits, 2003

49 poètes en collectif, anthologie, Flammarion, 2004

Québec 2008, poésie, Co-éditionEcrits des Forges (Québec) et Sac à Mots (France)

 

Traductions

Avec Mustapha Oulmane : Histoires de jour, contes de nuit, Jabbar Yassin Hussin, Atelier du gué, 2002.

Avec l'auteur : Le rapt du silence, Marcos Siscar, Le temps qu'il fait, 2007.

 

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire