Votre compte

Tous philosophes ?


Au début, on pouvait croire à une mode passagère. Et puis la vogue est devenue lame de fond : aujourd'hui, l’amour de la philosophie constitue une passion partagée. Comme si notre société renouait avec une promesse des Lumières, que Diderot résumait ainsi : "Hâtons-nous de rendre la philosophie populaire !" Voilà pourquoi on lira ici une réflexion critique : en effet, l’espérance de la "philo pour tous" menace sans cesse de nourrir le marketing démagogique du "développement personnel". Une réflexion politique attentive au genre, aussi, car bien que la pensée n’ait pas de sexe, le masculin l’emporte dans l’image commune que l’on se fait du "philosophe". Une réflexion pédagogique et paradoxale : si philosopher, c’est "penser par soi-même", ce geste autonome peut-il s’en remettre à une parole enseignante ? Une réflexion historique et culturelle, enfin, car il faut se demander ce qu’il en est de la philosophie ailleurs qu’en Occident. La pratique de la philosophie nous amène à nous défaire de nos certitudes et à nous bricoler une éthique en actes, qui nous permet de tenir bon, de nous tenir bien : apprendre à philosopher, c’est apprendre à être libre. Voilà une urgence collective et un impératif pour tous.
6,99 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Tous philosophes ?”

Fiche technique

Résumé

Au début, on pouvait croire à une mode passagère. Et puis la vogue est devenue lame de fond : aujourd'hui, l’amour de la philosophie constitue une passion partagée. Comme si notre société renouait avec une promesse des Lumières, que Diderot résumait ainsi : "Hâtons-nous de rendre la philosophie populaire !" Voilà pourquoi on lira ici une réflexion critique : en effet, l’espérance de la "philo pour tous" menace sans cesse de nourrir le marketing démagogique du "développement personnel". Une réflexion politique attentive au genre, aussi, car bien que la pensée n’ait pas de sexe, le masculin l’emporte dans l’image commune que l’on se fait du "philosophe". Une réflexion pédagogique et paradoxale : si philosopher, c’est "penser par soi-même", ce geste autonome peut-il s’en remettre à une parole enseignante ? Une réflexion historique et culturelle, enfin, car il faut se demander ce qu’il en est de la philosophie ailleurs qu’en Occident. La pratique de la philosophie nous amène à nous défaire de nos certitudes et à nous bricoler une éthique en actes, qui nous permet de tenir bon, de nous tenir bien : apprendre à philosopher, c’est apprendre à être libre. Voilà une urgence collective et un impératif pour tous.

Biographie de Roger-Pol Droit

Cynthia Fleury est philosophe et psychanalyste. Professeur à l’American University of Paris et chercheur au Muséum National d’Histoire Naturelle, elle travaille sur les outils de la régulation démocratique. Elle est membre du Comité consultatif national d’éthique (CCNE). En tant que psychanalyste, elle est marraine d’ICCARRE (protocole d’intermittence du traitement du Sida) et membre de la cellule d’urgence médico-psychologique du SAMU (CUMP-Necker). Elle a récemment publié chez Fayard Les pathologies de la démocratie (2005) et La fin du courage. La reconquête d’une vertu démocratique (2010).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire