Fulgence Delleaux

  • A partir de son intense correspondance, en bonne partie inédite, tenue entre juin 1789 et juin 1790, le but de ce livre est de reconstituer avec précision le quotidien, à la fin du XVIIIe siècle, pendant un an, et ce qu'il implique du point de vue du ressenti, d'une fermière prénommée Angélique, qui s'est retrouvée seule à la tête de son exploitation et de sa famille, en l'absence de son mari devenu député à Versailles, puis à Paris. Ressortent de cette correspondance dense et intime entre une femme et son époux la fatigue du travail agricole, l'agacement, l'inquiétude concernant l'avenir des enfants, la déception, mais aussi la joie des moments partagés avec les voisins et la famille, et l'espoir suscité par cette nouvelle ère politique qui s'ouvre avec la Révolution.
    Ce livre permet d'appréhender dans leur intégralité, pour la première fois, les quatre saisons (presque) ordinaires d'une paysanne au XVIIIe siècle, de reconstituer en définitive « l'image de la vie même ».

  • Cet ouvrage propose la synthèse des caractéristiques et de l'évolution de l'économie en Europe occidentale du milieu du XVe à la fin du XVIIIe siècle. Cette période est marquée par le passage d'un système autarcique à une économie de marché et par l'affirmation du capitalisme au seuil de la Révolution industrielle. Malgré des épisodes de crise, l'économie de l'Europe moderne connaît une expansion permanente dont l'auteur présente les spécificités et les facteurs explicatifs, en s'interrogeant sur la place des diverses productions, leurs organisations, leurs insertions dans les échanges et leurs évolutions. Après une longue crise à la fin du Moyen Âge, l'économie européenne connaît un essor exceptionnel à la Renaissance (vers 1450-1570) avec l'augmentation des populations qui dope les productions, oblige les États à réguler, revivifie les lieux de négoce et voit la diffusion progressive de l'économie de marché. La découverte de nouvelles terres en Amérique et de la route des Indes participe également à cet élan de prospérité. De 1570 à 1720 l'Europe connaît un ralentissement de l'économie : recrudescence des guerres et baisse de la population provoquent, soit un repli, soit une ouverture des marchés. Une configuration nouvelle qui affaiblit ou favorise, selon les cas, les États et les producteurs-vendeurs et qui voit le renforcement  du capitalisme commercial et de l'interventionnisme étatique. À partir de 1720, la hausse considérable du nombre d'habitants en Europe stimule les productions et modifie le fonctionnement général de l'économie. La période voit l'extension de l'économie de marché (consommation accrue de produits exotiques, poursuite de la monétarisation ou diffusion du libéralisme) et le dynamisme contrasté des productions agricoles et industrielles.

empty