L'Ogre

  • « Pleines de grâce », c'est l'histoire flamboyante de Quity, une jeune journaliste dure à cuire de Buenos Aires, et de Cleopatra, une travestie qui, après avoir renoncé à la prostitution suite à l'apparition de la Vierge Marie, entreprend de transformer son bidonville d'El Poso en une communauté utopique. Contraintes de fuir à Miami après que le pouvoir local a rasé le bidonville, Quity, enceinte de Cléo, raconte alors leurs aventures, régulièrement interrompue par Cleo. Drôle, violent, cru, illuminé par le personnage solaire de Cléo, « Pleines de grâce », est un grand roman queer.

    Gabriela Cabezón Cámara est née à Buenos Aires en 1968. Elle a publié plusieurs romans dont Pleines de grâce en 2009 et Las Aventuras de la China Iron en 2017. Elle est l'une des instigatrices de Ni una menos et participe activement aux luttes féministes argentines de ces dernières années. Elle est responsable du supplément « SOY » du journal Página 12 qui traite de problématiques LGBTQI et collabore à plusieurs journaux (Página 12, Le monde diplomatique, Revista Anfibia, Revista Ñ (Clarín)).

  • Il y a quelques milliers d'années, Sélhézé, une jeune Qui-Collecte, voit la mer envahir progressivement son environnement.
    À l'aube de la guerre froide, Hushkins, un géologue américain, découvre les traces de la Béringie au milieu du chaos provoqué par les incursions américaines et soviétiques.
    Dans un futur proche, Jeanne, une archéologue, cherche son frère disparu en même temps qu'elle dirige le chantier de fouilles du permafrost au sein du Beringia Park, sorte de Jurassic Park consacré à la faune du Pléistocène.
    Des milliers d'années les séparent et pourtant, les destins de ces trois personnages sont intimement liés et portent en eux le secret de la Béringie.
    Ici la Béringie est l'histoire de ce territoire disparu, mystérieux et sauvage, qui sommeille aujourd'hui dans les pro-fondeurs du détroit de Béring. Dans son premier roman, Jeremie Brugidou reprend les codes du récit d'exploration, du carnet de terrain et du roman d'aventures pour interroger les relations que nous entretenons avec le vivant à l'heure où les bouleversements climatiques nous rapprochent plus que jamais des Tchouktches, derniers habitants de cette terre fantôme qu'est la Béringie.

    Jérémie Brugidou est né en 1988 et vit à Bruxelles, Ici, la Béringie est son premier roman. Il est un artiste-chercheur para-disciplinaire, réalisateur et écrivain. Il a réalisé plusieurs films (« BX46 » en 2014 et « Le Chant de la nuit » en 2017, avec Fabien Clouette). Docteur en études cinématographiques, ses recherches portent sur la manière dont la fiction et l'image permettraient d'imaginer de nouvelles perspectives anthropologiques. Il pratique le thuy phap, un art martial Vietnamien.

  • Des îles Nouv.

    Des îles

    Marie Cosnay

    Des pays aux liens, ce que deviennent les liens (de filiation, de famille, d'amour) dans l'expérience de la migration. Avant mars 2020 Lesbos, île grecque

    Après mars 2021 les îles Canaries.

    Au milieu, une pandémie, un confinement.

    Le point d'observation : à la frontière basque entre l'Espagne et la France.

    De là, se mènent plusieurs enquêtes, à la recherche de disparus : Makoko, Alphonse, Zakaria. Alphonse retrouvé, on conclura le premier ouvrage là dessus, après le reportage sur les Canaries.

    Marie Cosnay (née en 1965 à Bayonne) est traductrice de textes antiques, écrivaine et activiste pour l'accueil des migrants. Elle vit à Bayonne.
    Elle a récemment publié Voir venir (avec Mathieu Potte-Bonneville, Stock, 2019) et Les Enfants de l'aurore (Fayard 2019). Les Éditions de l'Ogre ont également publié Cordelia la Guerre (2015) Aquerò (2017), Épopée (2018), If (2020) et Comètes et perdrix (2021), ainsi que sa traduction remarquée des Métamorphoses d'Ovide (2017).

  • Rivage au rapport

    Quentin Leclerc

    « Tu sais, dit Dylan, si je ne veux pas aller dans la caverne, c'est aussi parce que j'ai peur de voir ce que le monde nous cache. L'envers des choses a forcément quelque chose d'imparfait. Elle dit : un jour, prends le temps de regarder les coutures de tes habits, ou les soudures à l'intérieur d'un jouet en plastique. Tu verras, dit-elle, au bout d'un moment, tu te sentiras mal. »

  • « Les aventures de China Iron » est un roman bouleversant sur la libération d'une femme qui embrase les paysages sans limites de la Pampa. C'est aussi une épopée radieuse et lumineuse, à rebours des mythes fondateurs de nos sociétés, celle de China Iron et Liz qui partent à la conquêtes d'une nouvelle manière de vivre ensemble. Avec chacun de ses livres, Gabriela Cabezón Cámara façonne une oeuvre à la fois poétique, subversive et émancipatrice. « Les aventures de China Iron » est un appel à fonder un monde libre où les créatures s'embrasseraient avec désir et jouiraient du même amour pour les rivières, les oiseaux et les arbres. Et elles ne se sentiraient plus jamais seules.

    Gabriela Cabezón Cámara est née à San Isidro (Buenos Aires) en 1968. Elle a étudié la littérature à l' Université de Buenos Aires (UBA). Elle est notamment l'autrice des romans Les aventures de China Iron (2017, Ogre 2021) et Pleines de grâce (2009, Ogre 2020).Militante féministe et LGBT, elle est également une des instigatrices du mouvement Ni una menos qui lutte contre les féminicide et les violences faites aux femmes.

  • Comète et Perdrix est le récit d'une histoire incroyable, celle du kidnapping de deux enfants juifs, Robert et Gérald Finaly, par une résistante catholique, Antoinette Brun qui les a cachés jusqu'en 1953.

    Il s'agit pour Marie Cosnay à la fois de s'approcher de la vérité au moyen de la littérature et d'explorer les mécanismes qui ont conduit à cette situation. Car cette histoire en convoque d'autres, celles de la frontière, le col de Perdrix, et celles de ceux qui la traversent, et avec elles toute une constellation de personnages dont les décisions, convictions ont mené à ce kidnapping. En explorant cette affaire par le biais de la constellation de personnages qui y sont liés, Marie fait de cette matière historique une enquête et un passionnant roman d'espionnage.

    Marie Cosnay (née en 1965 à Bayonne) est professeure de Lettres classiques, traductrice de textes antiques, écrivaine et activiste pour l'accueil des migrants. Elle vit à Bayonne.
    Elle a récemment publié Voir venir (avec Mathieu Potte-Bonneville, Stock, 2019) et Les Enfants de l'aurore (Fayard 2019). Les Éditions de l'Ogre ont également publié Cordelia la Guerre (2015) Aquerò (2017), Épopée (2018) et If (2020), ainsi que sa traduction remarquée des Métamorphoses d'Ovide (2017).

  • Imaginez toutes les horreurs et toutes les morts dont vous avez déjà entendu parler, puis imaginez tous les univers et tous les paysages fous dont ils sont issus. Ajoutez des volcans, des météores, des invasions de maisons, des suicides, des Ferrari et des accidents, puis tirez le levier et voyez ce qui se passe. Peut-être quelque chose de terrible, peut-être quelque chose de bizarre, ça dépend de l'univers. Est-ce la fin du monde ? Est-ce que cela a de l'importance ?Dans Le Mont Arafat, Mike Kleine, à la manière d'un Roberto Bolano dans "Anvers", déploie un don incroyable pour le collage, le tissage de micro-récits dérisoires montés de manière à produire une sensation mélangée de rire jaune, de désespoir et d'horreur cosmique, d'où, bizarrement, jaillit une évidente beauté.

    Mike Kleine est né en Afrique de l'Ouest en 1988. Il a obtenu un diplôme de littérature française au Grinnel College, et vit et travaille dans le Mid-West. Il compose de la musique électronique, créé des jeux vidéo, et écrit des romans. Depuis La Ferme des Mastodontes (trad. de Quentin Leclerc, L'Ogre, 2019 // Atlatl Press, 2012)), il a notamment publié Arafat Mountain (Atlatl Press, 2014), Kanley Stubrick (We Heard You Like Books, 2016), et Lonely Men Club (Inside the Castle, 2018).

  • Tiger

    Richer Eric

    À Xian, dans un futur proche, Xujin s'occupe d'un refuge pour enfants arrachés à la rue et aux réseaux de prostitution, tandis que l'ombre d'Os de tigre, vieille chamane vengeresse, hante la nuit. En Russie, Esad, un trafiquant russe un peu perdu, tombe amoureux d'une jeune prostituée chinoise, Tiger, et tente de l'arracher des mains de son souteneur. Lorsqu'en fuite, il arrive au refuge accompagné d'un jeune qui est parvenu à s'échapper du camion où il était retenu prisonnier, il perturbe durablement l'équilibre de ce lieu et fait peser sur lui une menace.Roman noir porté par une langue implacable mêlée de tendresse et de violence, Tiger interroge la possibilité d'un refuge, d'un lieu protecteur, et à travers lui celle de l'amour et de la justice.

    Éric Richer est né à Avignon en 1971. Grandit avec 7 chiens, lit beaucoup, étudie le cinéma, filme, projette, et part au Japon. Il y réalise un documentaire, revient, et retourne dans le noir des cabines de projection. Son premier roman, La Rouille (Ogre, août 2018), à reçu un très bon acceuil des libraires, à recu le Prix des rencontres à lire de Dax et le Prix des librairies Payot 2019. Tiger est son deuxième roman.

  • Lumikko

    Pasi Ilmari Jääskeläinen

    • L'ogre
    • 10 Décembre 2016

    Au sein d'un petit village finlandais prospère une étrange société littéraire secrète composée de neuf écrivains réunis autour de la figure tutélaire de Laura Lumikko, auteur à succès d'une série de livres fantastiques pour la jeunesse. En pénétrant peu à peu dans l'intimité de cette société - grâce à un Jeu aux règles complexes permettant d'arracher la vérité aux membres de la société - Ella, une jeune professeur de finlandais aux ovaires déficients, découvre le sombre secret de leur inspiration. Pendant ce temps, Laura Lumikko disparaît, tandis qu'une étrange peste semble s'être abattue sur les livres de la bibliothèque : certains livres voient leur fin subtilement altérer...Avec une écriture pleine d'ironie, Pasi Ilmari Jäaskelainen nous invite dans un univers trouble, progressivement étouffant, qui n'est pas sans rappeler celui déployé dans la série Twin Peaks de David Lynch, et réussit la gageure de créer une atmosphère à la fois drôle et inquiétante.À la fois conte initiatique, hommage à la mythologie finnoise et thriller sombre et angoissant, ce roman polymorphe constitue avant tout une réflexion acérée sur la position de l'écrivain dans la société et sur la nature de l'inspiration.

  • Une femme rampe dans les canalisations d'une maison silencieuse. Une intervention chirurgicale met au jour un objet d'adoration. Un reptile carnivore divise et cautérise une ville. Dans Gutshot, Amelia Gray explore une nouvelle fois l'incroyable cabinet de curiosités qui lui sert d'imaginaire, et nous propose des histoires qui semblent vibrer d'une vie bien à elles, animée par une humanité et un sens de l'humour hors du commun. Ces nouvelles sont des joyaux d'humour noir et d'imagination, qui rappelleront au lecteur à quel point le monde que nous habitons est à la fois étrange, cruel, et magnifique.

    Amelia Gray est l'autrice de cinq livres, dont récemment Isadora (FSG). Ses textes fictionnels et ses essais ont notamment été publiés par The White Review, The New Yorker, The New York Times, The Wall Street Journal, Tin House, et VICE. Elle a été finaliste du PEN/Faulkner Award for Fiction pour son premier roman Menaces. Elle vit à Los Angeles.

    Son premier roman, Menaces a été publié à l'Ogre à la rentrée 2019.

  • Le Docteur Hoffman, un mystérieux savant fou, « attaque » la réalité d'une ville d'Amérique du Sud en y créant des illusions. Étrangement, au milieu du chaos et de la confusion qui règnent, Desiderio est le seul être insensible aux illusions déployées par l'infâme docteur. Non pas qu'il ne les voie pas, mais il y est profondément indifférent, comme en réalité à toutes choses. Tombé amoureux, en rêve, de la fille du docteur Hoffman, ce héros maussade reçoit pour mission de remonter la trace du docteur afin de sauver la ville, et, ce faisant, s'embarque dans un voyage picaresque qui lui fera rencontrer des centaures, des peuplades plus ou moins barbares, avant de devenir membre d'une troupe de carnaval itinérante puis d'intégrer la suite d'un comte lituanien et d'échapper de peu à des cannibales...

    Qualifié à sa sortie par le New York Times de « plus beau roman surréaliste des trente dernières années », Les Machines à désir infernales du Docteur Hoffman était de l'aveu même d'Angela Carter son roman le plus audacieux sur le plan formel, et reste pour la plupart de ses lecteurs son grand classique méconnu. Jamais, en effet, elle n'avait écrit un texte aussi baroque, aussi picaresque et en même temps aussi proche de la fable métaphysique, même si l'on retrouve dans ce roman inédit en français l'humour, le style inimitable et la charge subversive propre à tous ses autres textes.

  • If

    Marie Cosnay

    "J'avais dix ans, je lisais Le Comte de Monte Cristo, il y était question des fils qui payent pour les pères, des fils qui payent éternellement, les fils des pères qui avaient fait les salauds payaient, tout jeunes les fils pouvaient en mourir, c'est ce qui arrivait au petit Villefort, il mourait empoisonné, les familles s'empoisonnaient"

    Marie Cosnay vit à Bayonne dans le Pays basque, est écrivaine, traductrice de textes antiques, et tient des chroniques sur le blog Médiapart. Elle à récemment publié Éléphantesque (Cheyne, 2018) et Les enfants de l'aurore (Fayard 2018). Les Éditions de l'Ogre ont également publié Cordelia la Guerre (2015), Aquerò (2017) et Épopée (2018).
    Elle a reçu le Prix Nelly Sachs et le Prix Bernard Hoepffner pour sa traduction remarquée des Métamorphoses d'Ovide (Ogre, 2017).

  • Capitale songe

    Lucien Raphmaj

    Imaginez un monde dans lequel le sommeil a disparu, dans lequel les rêves sont devenu une ressource à exploiter. Sur l'île de Capitale S., alors que l'enquête portant sur cette disparition du sommeil nous entraine dans les bas-fonds d'un monde dystopique, l'insomnie a franchi un nouveau stade, la révolte gronde, et une nouvelle drogue menace de faire disparaître tous les êtres vivants.Avec Capitale Songe, Lucien Raphmaj nous offre un premier roman très ambitieux mêlant des scènes d'action percutantes à une réflexion philosophique riche et acérée sur notre rapport au sommeil et au travail. Servi par une plume somptueuse et hallucinée, son univers puissant et créatif l'inscrit d'emblée dans le sillage d'Antoine Volodine et d'Alain Damasio.

    Lucien Raphmaj est né en 1985, il vit à Paris et travaille dans le monde du livre. Il est l'auteur d'une oeuvre multidisciplinaire comprenant notamment un essai littéraire consacré à Blanchot et Volodine et collabore à de nombreux projets culturels tels que des films, expositions. Il participe, en tant que critique, à la revue culturelle en ligne Diacritik et tient un blog consacré à la littérature contemporaine (https://lucienraphmaj.wordpress.com/). Capitale Songe est son premier roman.

  • Les échappées

    Lucie Taïeb

    « Les échappées », c'est le récit d'une émancipation. On suit des femmes qui ont choisi la fuite par courage, pour se sauver et sauver celles et ceux qu'elles aiment, pour échapper à une parole autoritaire et mensongère, à un pouvoir oppressant et destructeur. Lucie Taïeb noue, en deux intrigues parallèles, un drame qui met en opposition, dans la sphère intime et dans la sphère politique, des individus isolés face à un pouvoir qui pourrait les écraser, mais dont ils parviennent à s'affranchir. Le roman s'achève, après trois saisons d'errance (ETE, AUTOMNE, HIVER), sur un printemps où renaît l'espoir, un printemps de résilience (dans la sphère intime) et de révolte (dans la sphère politique).

    Lucie Taïeb, née à Paris en 1977, enseignante-chercheuse, est auteur de textes en revue, elle consacre ses recherches à la place des déchets dans les sociétés occidentales. Elle est auteure de plusieurs recueils de poèmes, et de deux essais. Elle est également traductrice et maître de conférences en études germaniques à l'Université de Bretagne Occidentale. Son premier roman "Safe", a paru aux éditions de l'Ogre en 2016.

  • La rouille

    Eric Richer

    La Rouille est un roman d'apprentissage. Noï vit dans une casse automobile avec son père, quelque part dans un pays post-soviétique fantasmé. Bientôt, il devra passer le Kännost, un rite initiatique mystérieux et inquiétant. Entre soirée MMA, concert de Métal et défonce aux détergents, Noï grandit comme il peut, sans jamais cesser de rêver de partir loin, très loin. On est entre Sukkwan Island de David Vann et L'été des charognesde Simon Johannin.

    Né en 1971, Éric Richer a eu plusieurs vie, liées à la musique et au cinéma. Il vit dans le sud de la France ou il dirige un cinéma. La Rouille est son premier roman.

  • épopée

    Marie Cosnay

    C'est pas parce qu'on est flic qu'on comprend quelque chose au monde comme il va ou ne va plus du tout. Si on a encore un peu chaud, c'est qu'on se tient chaud. Dehors, vastes plaines et vent sifflant. Le ciel est froid comme la terre, entre les deux vont des flocons en rafale. On se juche les uns sur les chaises, les uns sur les épaules des autres pour apercevoir la lamelle d'un croissant de lune à peine moins blanche que le blanc d'autour. Le bruit d'un moteur dans l'air, le bruit est toute l'affaire, le bruit d'un avion perdu dans les airs enneigés comme des plaines. Le bruit d'un avion qui au-dessus de nous tourne en aveugle. Si on a encore un peu chaud c'est qu'on se tient au chaud.

    Marie Cosnay vit à Bayonne dans le Pays basque, elle est écrivaine et traductrice de textes antiques. Elle a récemment publié Vie de HB, Sanza Lettere, et Le Fils de Judith. Les Éditions de l'Ogre ont également publié Cordelia la Guerre en 2015 et Aquerò en 2017. Elle a consacré plus de dix ans à une traduction des Métamorphoses d'Ovide (Ogre 2017) qui à été récompensée par deux grand prix de traduction : le Prix Nelly Sachs et le prix Bernard Hoepffner.

  • La fabrique du rouge

    Ariane Jousse

    Entre conte, prose poétique et roman Ariane Jousse - qui définie elle même son ouvrage comme « une forêt » - signe un premier texte d'une grande force sur les figures de l'exil, une quête poétique sur la nécessité du mouvement, de l'exode, et, de là, de l'hospitalité. La Fabrique du rouge interroge avec beaucoup de finesse le nature même du récit de l'exil : Comment le dire, comment restituer sa puissante épique ? Est-ce même possible ?

    Ariane Jousse est née en 1992. Agrégée de lettres modernes, Ariane Jousse vit entre Sarcelles et Naples et enseigne la littérature en REP. La Fabrique du rouge est son premier livre.

  • « C'est exactement cela, dit-il, parler reviendrait à mourir, car parler signifierait revivre cet instant, dans ce désert de cactus, sous cette chaleur, parler, c'était revoir encore une fois cette femme allongée sur un carton, c'était revoir Anthony, le corps inerte, et les mots qu'il faudrait bien trouver pour raconter ce qui s'était passé - si jamais j'en trouvais d'assez laids, d'assez terribles pour décrire ce qui s'était passé - ces mots me tueraient, non pas littéralement, je l'ai dit, mais ils me tueraient quand même définitivement. »

    Grégory Le Floch s'est juré d'aller voir un jour ce fameux hameau de Hardt (sans savoir s'il tiendra cette promesse). En attendant, il est professeur de lettres, vit à Paris, se promène dans les jardins du Petit-Trianon et regarde des films avec Fanny Ardant. Dans la forêt du hameau de Hardt est son premier roman

  • Monde ouvert

    Girault Adrien

    Deux hommes dans un entrepôt isolé. Deux mercenaires ayant apparemment trouvé un sens à leur vie en adhérant à une grande cause, se voient confier la garde d'un otage. Le silence de leur commanditaire et le délitement de leur engagement les poussent à quitter progressivement l'entrepôt. Que se passe-t-il quand on nous prive de notre rôle, quand nous nous retrouvons sans but dans un monde ouvert ? Que faire de cette liberté quand on est un peu paranoïaque, et armé ? Monde ouvert est une fiction ludique qui vous entraîne dans les aventures beckettiennes de deux loosers magnifiques.

    Adrien Girault est né en 1990. Après des études dans les métiers du livre, il assure quelques missions précaires dans la communication. Le reste du temps, il marche dans la ville, avale des matches de football et des films. Après Rabot (l'Ogre, 2018), Monde ouvert est son deuxième roman.

  • La maison des épreuves

    Jason Hrivnak

    • L'ogre
    • 5 Janvier 2017

    Deux enfants se rencontrent au coeur de la forêt. Ils extraient une boîte en bois d'un trou sous les racines d'un chêne tordu. Dans la boîte se trouve une créature qu'ils ont fabriquée non sans mal avec des morceaux de poupée, du cuir et des os d'animaux morts. Que faut-il pour animer cette chose jusqu'ici inerte ?
    La mort d'un des enfants par la main de l'autre.
    La mort des deux.
    La mort d'un troisième enfant, innocent celui-là.
    La mort de tous les adultes dans un rayon de cinq kilomètres.

  • Menaces

    Gray Amelia

    David remarqua que le pompier était une femme. Il sentit le monde basculer jusqu'à ce qu'il porte son uniforme à elle. Ses cheveux blond paille, ceux de la femme, étaient attachés en queue-de-cheval. Il n'avait encore jamais fait l'expérience d'une queue-de-cheval. Elle lui donnait l'impression d'avoir un poids à l'arrière de la tête. Un poids qui se terminait en un seul point et lui donnait ainsi l'impression d'avoir, là, derrière, une ouverture par où des liquides pouvaient s'écouler. Ses lèvres lui semblaient fines au toucher et il la regarda, dans son corps à lui, assise sur l'escalier. Son visage s'était affaissé sur ses os comme de la terre meuble, et le masque à oxygène lui couvrait la bouche comme une carapace translucide venue protéger ses organes.

    David n'était pas sûr de savoir comment lui dire ce qui devait être dit . Il lui fallait être fort et maîtriser ses émotions, au nom du professionnalisme. Ce n'était pas la première fois que son travail lui demandait de la bravoure, même si chaque fois lui semblait être la première et que celle-ci lui donnait tout particulièrement l'impression d'être la première . « Votre femme est morte », dit-il.

    Amelia Gray est l'autrice de cinq livres, dont récemment Isadora (FSG). Ses textes fictionnels et ses essais ont entre autres été publiés par The White Review, The New Yorker, The New York Times, The Wall Street Journal, Tin House, et VICE. Elle a reçu le prix NYPL Young Lion et le prix Ronald Sukenick Innovative Fiction de FC2, et a été finaliste du PEN/Faulkner Award for Fiction. Elle est également scénariste de série, notamment pour Mr. Robot et Maniac. Elle vit à Los Angeles, aux États-Unis.

  • Cordélia la Guerre

    Marie Cosnay

    « Elle est soleil et pluie et autre chose, c'est la toute-puissante Cordelia qui réunit la pluie que porte les héros sur leurs épaules (qu'on voit, par exemple, enfourcher des chevaux blancs et galoper dans les nuits d'inondation) et le soleil que portent les mêmes une autre fois (canicule, fardeau saignant et adoré), elle est la toute-puissante qu'on ne regarde ni de face ni de près, elle est celle qui ne dit mot puis pleure puis dit père, comme un caillou.
    Qui rencontre des hiboux poignardés dans les forêts aux troncs des arbres.
    Il y a autre chose.
    Elle dit autre chose.
    Elle dit : femmes, femmes, mes soeurs.
    Elle est toute blonde, porte un corsage décolleté et une robe blanche, Cordelia qui avance dans les forêts touffues accompagnée d'hommes d'armes, quand elle pleure ses larmes sont des diamants et ses sourires des perles ; une douleur comme la sienne. La femme sans honte et toute blanche dans la forêt qui bruit des armes des hommes soldats. La femme homme-soldat. »

    Marie Cosnay est née en 1965 à Bayonne. Elle est professeure de lettres classiques, traductrice de textes antiques, et écrivaine.

    Elle a publié des textes dans de nombreuses revues ainsi qu'aux éditions Cheyne, Verdier, Laurence Teper et Quidam. Elle publie également des livres sous la forme numérique chez Publie.net.

    Elle tient un blog sur le site d'information Médiapart qui témoigne de son engagement politique et de son expérience scolaire.

  • Avec ce long monologue de Dinn, tout entier dédié à la formation de son apprenti démon, c'est-à-dire à la corruption la plus totale de son esprit, Jason Hrivnak explore encore un peu plus profondément les tréfonds de la psyché humaine, avec tendresse et cruauté, pour découvrir ce qui en elle essaye toujours de résister à la corruption. Mi-traité de démonologie, mi-plongée dans un délire schizophrénique, Le Chant de la Mutilation est avant tout et paradoxalement un message de foi en l'humanité.
    « La question, la peur, qui me taraudait en écrivant ce livre était : comment une toute petite chose peut nous appâter, peut suffire à nous motiver pour vivre un jour de plus, et à quel point cette chose peut être petite, à quel point ce qui nous permet de survivre peut-il être minuscule ? »

    Jason Hrivnak est né en 1973 à Toronto, au Canada. Titulaire d'un diplôme en littérature, il travaille dans le monde de l'édition canadienne. Son premier roman, La Maison des Épreuves a été publié en 2008 par Pedlar Press au Canada et en 2016 en français par les Éditions de l'Ogre. Son second roman Le Chant de la Mutilation (Mutilation Song), est paru au Canada et aux États-Unis en juillet 2018.

  • La ville fond

    Quentin Leclerc

    "Bram lisait son journal quand il s'aperçut qu'il était en retard. Bram s'aperçut de son retard après avoir consulté sa montre et non en lisant son journal. Bram avait été à ce point distrait par la lecture de son journal qu'il en avait oublié de consulter sa montre et de vérifier l'heure si bien qu'il s'était mis bêtement en retard, bêtement et absolument en retard. Bram replia à la hâte son journal, débarrassa sa vaisselle dans l'évier et s'empressa d'enfiler sa veste. Puis il mit un temps infini à retrouver ses clés, qu'il retrouva finalement, par chance se dit-il, dans une des poches inutilisées de sa veste. Il se précipita à l'extérieur et referma la porte d'entrée derrière lui avant de se diriger d'un pas rapide vers son arrêt de bus."

empty