• Les souvenirs diffèrent parfois d'une personne à l'autre, le commissaire Baron devra faire l'impossible pour démêler le vrai du faux.
    Sylvain, Gaby, Nathan, Aymeric. Quatre amis inséparables invités le temps d'un week-end par l'un de leurs anciens professeurs de faculté. Guy Mendel, pénaliste réputé, veut leur parler des études qu'il mène désormais sur des dossiers criminels que la justice n'est jamais parvenue à résoudre, et il a besoin de leur aide.
    Pour quelle affaire?? La curiosité les attire.
    La rencontre aura lieu dans un vieux manoir dominant l'archipel des Sept-Îles et le chaos de rochers de la Côte de Granit Rose. Un panorama unique.
    Mendel s'est assuré de l'aide de la propriétaire des lieux et d'une cuisinière. Onze personnes vont ainsi passer la nuit enfermées dans la vieille bâtisse du XIXe?siècle, isolée au milieu de la lande balayée par le vent.
    Au matin, l'une d'elles sera retrouvée morte.
    Il faudra au commissaire Baron renverser le paravent des conventions sociales pour dévoiler les souvenirs dérangeants, comprendre les liens qui unissaient tous les protagonistes, reconstituer les allées et venues au cours de la soirée. Et réveiller les fantômes de l'affaire dont parlait Guy Mendel, la disparition de deux jeunes filles, vingt-trois années auparavant. Deux oubliées...
    L'assassin était dans la maison...
    Perdez-vous dans le vieux manoir de l'archipel des Sept-Îles en découvrant la dix-neuvième enquête du commissaire Baron !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Hervé Huguen - Ce nantais, avocat de profession, consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers, événements tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies, lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier titre en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, enquêteur rêveur, grand amateur de blues, qui se méfie beaucoup des apparences... Le manoir des oubliées est le dix-neuvième volume de cette série aux intrigues ciselées et aux protagonistes attachants...

  • Marc Leroux trompait tout le monde.
    Il mentait depuis qu'il avait décidé de changer de vie, d'abandonner femme et enfants, de quitter la société de mareyage qu'il présidait et de disparaître pour toujours. Il préparait son départ dans le plus grand secret.
    Pourtant un soir, deux appels aussi inquiétants qu'anonymes l'avaient poussé à regagner très vite son domicile, qu'il n'atteindra jamais. La mort l'attendait au sous-sol.
    Qui a tué le mareyeur?? Le commissaire Baron découvrira très vite que Leroux n'était peut-être pas le seul à mentir, dans une famille déchirée par les secrets et les non-dits, pleine de rancoeurs anciennes et pourtant solidaire face aux accusations.
    Et qui était Flora, la femme dont Leroux était tombé éperdument amoureux??
    Baron n'ignore pas qu'il faut se méfier des aveux, ils ne servent parfois qu'à dissimuler des vérités que l'on ne souhaite pas voir déterrées. De fausses confessions... Alors que la réalité est ailleurs, plus sombre peut-être, enfouie jusqu'au dénouement inattendu.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Hervé Huguen - Ce nantais, avocat de profession, consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers, événements tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies, lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles.
    Passionné de polar, il a publié son premier titre en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, enquêteur rêveur, grand amateur de blues, qui se méfie beaucoup des apparences...
    Marée rouge en Pays blanc est le dix-huitième volume de cette série aux intrigues ciselées et aux protagonistes attachants...

  • Jérôme Polani avait disparu. Ce n'était pas la première fois, pourtant cette fois-ci était différente, son avocate le sentait bien...
    Pour le commissaire Baron, il ne s'agissait que d'un service à rendre à une vieille amie, partir à la recherche de Jérôme Polani qui n'avait pas regagné son appartement de Saint-Guénolé depuis près d'une semaine, et restait injoignable. Mais fallait-il vraiment s'en inquiéter, quand on connaissait le passé chaotique du jeune homme??
    Pourtant, lorsqu'un chalutier du Guilvinec ramena dans ses filets le corps d'un noyé, dépourvu de papiers d'identité et au visage rendu méconnaissable par un séjour prolongé dans l'océan, la disparition de Jérôme devint plus énigmatique.
    Et lorsque les conclusions médicales révélèrent que la victime n'était pas morte noyée mais assassinée, l'affaire prit une tournure infiniment plus dramatique...
    Jérôme avait disparu dans la nuit au cours de laquelle l'inconnu avait été tué.
    L'affaire Polani commençait.
    Pensez à retenir votre souffle tandis que vous plongerez dans la dix-septième enquête du commissaire Baron !
    EXTRAIT
    N'était-il pas curieux de se souvenir si longtemps après, et avec une telle précision, d'instants aussi insignifiants?? Il les avait vécus comme des heures sans importance, tellement pareilles aux autres que sa mémoire devrait s'efforcer ensuite d'en reconstituer le fil égaré.
    Pouvait-il prévoir qu'on lui demanderait de revivre ces moments parce que d'autres, des semaines plus tard, auraient besoin de comprendre ce qu'il faisait dans cet endroit?? Et pourtant, c'était bien ici que tout avait réellement commencé.
    Il leur parlerait alors de maître Delijour dont il n'avait plus de nouvelles depuis bien longtemps... De ces mots qu'elle avait prononcés et qu'il avait accepté d'écouter...
    Il n'y avait pas encore d'affaire Polani.
    Il était donc simplement en congés, arrivé sur place en fin de matinée, avec avant tout l'intention de profiter de quelques jours d'escapade solitaire comme il les aimait, même si sa destination n'était effectivement pas le fruit du hasard.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    J'aime beaucoup les romans policiers de Hervé Huguen qui en plus de présenter un personnage attachant, décrivent une région et ses habitants et présentent des intrigues bien tournées et surprenantes. - YvPol, Lyvres
    Nazer Baron est une découverte, je vais m'empresser de le retrouver dans sa dix-huitième enquête vers le Pouliguen, encore un endroit que je connais bien ayant vécu à La Baule. - jipaif, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Hervé Huguen : Ce nantais, avocat de profession, consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers, événements tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies, lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles.
    Passionné de polar, il a publié son premier titre en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, enquêteur rêveur, grand amateur de blues, qui se méfie beaucoup des apparences...
    Le naufrageur de Saint-Gué est le dix-septième volume de cette série aux intrigues bien ficelées et aux protagonistes attachants...

  • Alors que le commissaire Baron pleure la mort de son collègue et ami, un homme sans histoire est retrouvé mort dans sa chambre avec deux trous dans le coeur...
    En pleine crise des Gilets jaunes, le conjoint d'une députée qui s'apprêtait à intervenir en direct à la télévision est retrouvé assassiné dans l'appartement de Pont l'Abbé qui lui servait de garçonnière.
    L'homme était antiquaire à Quimper. Sa maîtresse, rapidement identifiée, reste introuvable.
    Pour le commissaire Baron, les hypothèses ne manquent pas. Vengeance politique dans un contexte d'émeute populaire?? Crime passionnel?? Meurtre crapuleux??
    Sa priorité est de retrouver la femme disparue.
    Mais entre les errances un peu sordides de couples à la dérive et l'Histoire qui a marqué de son empreinte un pays à l'identité forte, la vérité peut être enfouie profondément.
    Il suffit parfois d'un hasard. Le passé, même lointain, menace de ressurgir à tout instant, lourd de rancoeurs et de jalousies...
    Cette seizième enquête palpitante du commissaire Baron nous entraîne dans une Bretagne agitée par les mouvements politiques qui émeuvent toute la France.
    EXTRAIT
    Le Bangor était à quai.
    De sa place, depuis le bistro où il s'était attablé à l'angle de la rue Jules Simon, le commissaire Nazer Baron observait la file des voitures qui commençaient à embarquer à bord du navire. Elles n'étaient pas nombreuses. Quelques piétons se rapprochaient également en longeant la cale en direction du ferry, ils marchaient sans hâte, comme pour retarder le moment de monter à bord. Baron les contemplait sans s'attarder réellement, l'esprit occupé ailleurs. Il remarqua un couple qui s'était immobilisé devant le guichet de la compagnie Océane pour photographier la citadelle dominant le port. Écrasée sous l'amas de nuages qui recouvrait Le Palais, la forteresse Vauban avait des airs moyenâgeux. Le ciel étalait une couleur de plomb fondu, uniformément gris, sur une voûte compacte que le soleil n'était pas parvenu à percer de la journée.
    Un ciel de deuil.
    CE QU'EN DIT LA CRITIQUE
    Chacun des personnages rencontrés amène sa touche à l'enquête qui se révèlera pour moi très addictive. J'ai dévoré ce livre, le rythme m'a permis d'être en symbiose avec les préoccupations du Commissaire. - Sagweste, Babelio
    Un auteur que je continuerai à lire avec plaisir, parce que j'ai bien aimé son style, fluide et précis dans les descriptions. L'intrigue est bien ficelée, crédible et menée avec rythme. - nanoucz, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Nantais, avocat de profession, Hervé Huguen consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers, événements tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies, lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier titre en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, enquêteur rêveur, grand amateur de blues, qui se méfie beaucoup des apparences... La disparue de Porzanec est le seizième volume de cette série aux intrigues bien ficelées et aux protagonistes attachants...

  • Un cadre bancaire ambitieux, qui avait des preuves de malversations concernant son supérieur, est renversé par une voiture avant de pouvoir le faire chanter...
    Francis Gosciniak a recueilli les preuves de malversations financières impliquant son supérieur. Une opportunité à ne pas laisser passer pour ce cadre bancaire très ambitieux et dénué de scrupules. Il n'aura cependant pas le temps de monnayer son silence. Il sera renversé le soir même dans une rue de Vannes par une voiture qui prendra la fuite. Intrigué par le comportement de Gosciniak dans les heures qui ont précédé le drame, le lieutenant de police Kerzhéro se lance dans une enquête aux contours imprécis. Tous les coups sont permis au nom de l'argent roi. Les protagonistes se croisent, s'ignorent ou se jalousent. La haine n'est jamais loin. Cette comédie tragique force Kerzhéro à bousculer les codes d'un monde qui n'aime pas les scandales. Chacun y joue son rôle... jusqu'au coup de théâtre final.
    Dans ce polar breton aux airs de tragi-comédie, suivez le lieutenant Kerzhéro dans une enquête trépidante où l'argent est roi et où les protagonistes tenteront tout ce qu'ils peuvent jusqu'au dénouement !
    EXTRAIT
    - Sa mort vous rend service. Jérémie en resta pantois, les yeux écarquillés.
    - Vous avez de ces raccourcis, émit-il enfin.
    - Gosciniak, vous travailliez bien avec lui ?
    - Dans le même département, oui.
    - Depuis longtemps ?
    - Trois ou quatre ans.
    - Et vous vous entendiez bien ? Il bougea les épaules. S'entendre avec Francis Gosciniak ? Oui, ce devait être possible, à condition de ne pas lui faire d'ombre, d'ignorer sa suffisance, de mépriser son arrogance. Gosciniak était un petit con prétentieux. Certains réussissent, Gosciniak eut vraisemblablement été de ceux-là. Mais il était mort, son âme voguait probablement vers les turbulences du Cap Horn avant d'atteindre des contrées plus paisibles, il convenait de se montrer charitable.
    - Honnêtement, nous avions peu de choses en commun, dit Jérémie, mais il n'y a jamais eu de heurts, nous n'étions pas concurrents, juste collègues.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Un puzzle se crée entre les lignes pour un récit qui prend peu à peu forme et une tournure inattendue. Une analyse de la vie en province et une fin magistrale ! Un gros coup de coeur ! - Blog Eireann Yvon
    Excellent polar qui perturbe parce que chaque chapitre se clôt avec des paragraphes en italique qui interpellent : qui est le mystérieux narrateur ? Comment sait-il tout cela ? Il peut être n'importe lequel des protagonistes et tous à la fois. Je me suis posé la question tout au long de ma lecture jusqu'à ce qu'enfin Hervé Huguen donne la solution. Et quelle solution, un truc auquel je ne m'attendais pas du tout et qui m'a scotché. - Yves Mabon, Sens Critique
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Le Nantais Hervé Huguen est avocat de profession, mais il consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers - ces évènements étonnants, tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies - lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, un enquêteur que l'on dit volontiers rêveur, qui aime alimenter sa réflexion par l'écoute nocturne du répertoire des grands bluesmen (l'auteur est lui-même musicien), et qui se méfie beaucoup des apparences...

  • La découverte d'un couple mort va lancer le commissaire Nazer Baron dans une nouvelle enquête palpitante !
    Un couple d'artistes est retrouvé mort à son domicile, dans le centre-ville de Nantes. La femme était animatrice d'ateliers théâtre, l'homme acteur, metteur en scène, auteur.
    L'hypothèse d'un cambriolage qui aurait mal tourné ne retient pas l'attention des enquêteurs. La maison n'a pas été fouillée par l'assassin, seuls les ordinateurs ont disparu.
    Qui était visé??
    Pour le découvrir, le commissaire Nazer Baron va suivre la piste de Nantes à Anvers, sans jamais perdre de vue qui étaient les victimes dans la réalité?: des saltimbanques rompus à l'art du mensonge et de la dissimulation, des comédiens formés pour vivre des dizaines de vie...
    Et peut-être des acteurs capables de mettre en scène leur propre existence... ou leur propre mort...
    De Nantes à Anvers, découvrez les secrets que cachait le couple d'artistes retrouvés morts dans une formidable enquête pleine de rebondissements.
    EXTRAIT
    Le commandant respira, tendu, et par gestes, fit comprendre à Conny qu'ils devaient d'abord contrôler les deux dernières pièces. Celle de gauche en priorité, qui donnait sur la rue. Volets ouverts, il l'avait noté depuis l'extérieur. Ils se positionnèrent de part et d'autre de l'entrée, Arneke manoeuvra brusquement la poignée et poussa avec force. La porte rebondit sur la butée. Une chambre vide, équipée d'un lit double.
    Ils se tournèrent vers l'ultime ouverture. Mêmes gestes. Une salle de bains, déserte également. Il souffla et rengaina lentement son Sig Sauer avant de revenir vers le bureau, dans lequel il n'entra pas.
    L'homme mort avait une bonne soixantaine d'années, et des cheveux gris encore épais encadrant un visage carré, dans lequel des plis formaient comme des cicatrices. Il avait dû être beau, les années lui avaient creusé des rides qui ne l'enlaidissaient pas. Une gueule...
    Il était assis par terre, les épaules collées aux étagères, la jambe droite repliée sous lui. Il y avait eu bagarre, des dossiers et des livres s'étaient écroulés, un synthétiseur appuyé contre le mur avait été renversé.
    Arneke plia les genoux. L'homme était torse nu, il s'était contenté d'enfiler un pantalon dont il avait simplement accroché le bouton, la ceinture pendait de part et d'autre de la braguette qu'il n'avait pas pris le temps de refermer. Il ne portait rien dessous.
    Sa poitrine était couverte de sang. Et dans la lumière intense chutant du plafonnier, on distinguait nettement les marques de coups et les coupures qu'il portait aux bras.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Hervé Huguen - Ce nantais, avocat de profession, consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers, événements tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies, lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier titre en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, enquêteur rêveur, grand amateur de blues, qui se méfie beaucoup des apparences... La dernière mise en scène est le quinzième volume de cette série aux intrigues bien ficelées et aux protagonistes attachants...

  • La découverte d'un vieux paysan assassiné relance le commissaire Nazer Baron sur une nouvelle enquête !
    Un vieux paysan est découvert assassiné dans sa ferme près de Roscoff. L'homme, veuf et malade, allait avoir quatre-vingt-dix ans.
    Qui a pu s'en prendre à un vieillard inoffensif ? Et dans quel but ? L'autopsie réservera même quelques surprises...
    Le lendemain, c'est une tombe du cimetière de Santec qui est découverte profanée. Quelqu'un y a gravé, par deux fois, le mot Assassin. L'homme inhumé là aurait eu quatre-vingt-six ans. Existe-t-il un rapport entre les deux ?
    Mis en cause de manière inattendue, le commissaire Nazer Baron se révèle incapable de faire progresser l'enquête. Ses pas le mènent de Roscoff au pays des Abers, où il finira par soulever un coin du voile, au risque de fouiller au plus profond de sa vie personnelle.
    Plongez-vous dans ce polar d'atmosphère, dont la passionnante intrigue révélera au commissaire Nazer Baron une partie de son passé.
    EXTRAIT
    D'un geste ample, le commissaire Nazer Baron enroula son sac à dos sur ses épaules, après avoir vérifié d'un coup d'oeil qu'il ne risquait pas de percuter un passant. La bourriche d'huîtres creuses lui heurta les reins. Il ajusta les sangles et passa une main reposée sur son crâne, en contemplant les rues ensoleillées du Croisic.
    Le ciel s'était teinté de bleu et la lumière balançait des grenades explosives sur les eaux du traict. Un soleil d'hiver, décidé à chasser les intempéries des journées précédentes, atténuait le froid piquant du matin.
    Baron demeura un instant immobile. Onze heures avaient sonné au clocher de Notre-Dame de Pitié, il lui restait une dernière course à faire avant de rentrer.
    L'envie le prit d'un détour par le quartier du port de pêche, et il enfourcha son vélo.
    Il y avait encore du monde dans les rues du Croisic. On était le premier vendredi de janvier, ultime journée de vacances scolaires. Il roula au hasard, les poumons râpés par l'air marin, empruntant le quai de la Petite Chambre, passant devant chez lui, jusqu'au quai du Lénigo, où il fit une nouvelle halte.
    Une demi-douzaine de fourgons blancs stationnaient devant l'entrée de la criée, de l'autre côté du bassin. Un groupe revenait de la passerelle de la Toison d'Or, du côté de la statue d'Hervé Rielle, flibustier en sabots cramponné à son gouvernail, les épaules verdies par les fientes de goélands sans respect.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Nantais et avocat de profession, Hervé Huguen consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers, événements tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies, lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles.
    Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, enquêteur rêveur, grand amateur de blues, qui se méfie beaucoup des apparences...
    Châtiment pour mémoire est le quatorzième titre de cette série aux intrigues bien ficelées et aux protagonistes attachants...

  • Corinne disparaît suite à une étrange rencontre...
    Un soir d'automne, pluie et brouillard, concert de rock dans une boîte isolée...Corinne disparaît cette nuit-là après avoir rencontré Steph, l'un des musiciens, à la fin du concert. Rencontre de hasard ou acte prémédité ? Le commissaire Baron enquête sur le meurtre d'une femme, dont le corps a été retrouvé à son domicile, quarante-huit heures plus tard. Quels rapports entretenait-elle avec Corinne ? Qui l'a tuée ? Un mari photographe aux clichés obscurs ? Un amant voileux et amateur de jazz ? Un inconnu qui la harcelait ? Ou Steph, le musicien discret ? Baron traque l'assassin pendant que Steph recherche Corinne, et leurs routes vont se suivre, se croiser, s'emmêler. Jusqu'à l'ultime vérité, inattendue.
    Une enquête pleine de suspense et rebondissement pour le commissaire Baron, à la recherche d'une jeune femme disparue.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    On a là un vrai polar bien noir, où on imagine le stéréotype du flic en imper et chapeau. L'auteur parsème son récit de touches bretonnes. Il arrive à nous berner jusqu'à la dernière page. J'en redemande ! - Jalleks, Babelio
    Quelle jolie découverte ! Un vrai roman policier comme je les aime ! Une intrigue passionnante qui ne se découvre à nous que dans les dernières pages ! Un policier taciturne et une victime surprenante. Du coup, je crois que je vais me précipiter à la découverte des autres ! PaulLennon, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Le nantais Hervé Huguen est avocat de profession, mais il consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers - ces évènements étonnants, tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies - lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, un enquêteur que l'on dit volontiers rêveur, qui aime alimenter sa réflexion par l'écoute nocturne du répertoire des grands bluesmen (l'auteur est lui-même musicien), et qui se méfie beaucoup des apparences...

  • Le passé du commissaire Baron refait surface...
    Été 1979. Dans le Nord Finistère, une jeune fille est enlevée sous les yeux d'un petit voisin. Emportée dans un véhicule qui ne sera pas retrouvé, Céline disparaît sans laisser la moindre trace. L'enquête ne permettra jamais d'identifier les auteurs du rapt ni de comprendre leurs motivations. Trente-cinq ans plus tard, l'ami qui l'accompagnait a vieilli mais n'a pas oublié. Il est devenu l'officier de police Nazer Baron, et espère toujours percer ce douloureux mystère. Se présente alors un témoin, un malfrat incarcéré pour un braquage raté. L'homme souhaite négocier une libération anticipée contre des informations sur le kidnapping. À Brest, dans les Abers, mais aussi à Paris, le commissaire Baron engage une course contre le temps et remonte la piste qui le mènera même jusqu'en Irlande... Il plonge dans le milieu de la musique et du show-business et croise une galerie de personnages surprenants. Mais... Connaissait-il vraiment Céline ?
    Bien décidé à résoudre une affaire vieille de 35 ans, le commissaire Baron plonge dans son passé à la recherche d'une jeune fille enlevée sous ses yeux.
    EXTRAIT
    D'une pression des bras sur les accoudoirs, le commissaire Baron propulsa ses épaules contre le dossier du fauteuil profond dans lequel il s'était lové comme un chat, après avoir longtemps feuilleté le dossier de presse qu'il avait ressorti. Une averse de grêle avait noyé les quais vingt minutes plus tôt, agaçant les carreaux, faisant ressembler Le Croisic à n'importe quel port noyé sous le déluge, hors saison estivale. Un désert aquatique...
    Baron s'était perdu dans le fracas de l'ondée, il aurait aimé marcher sous la pluie en direction du môle dans une promenade sans but, saluer au passage la statue d'Hervé Rielle, cramponné à son gouvernail de marbre sur son socle de la place d'Armes. L'averse n'avait pas duré, à peine le temps de nettoyer les rues avant qu'un pâle soleil ne revienne éclairer les pavés.
    Baron avait repris sa lecture, impatient à l'idée de pouvoir peut-être refermer la case de l'enlèvement de Céline après trente-cinq années de recherche. William ne lui avait pourtant pas dit grand-chose, du nouveau dans l'affaire Boulher, un témoignage dont on ne savait pas encore quel crédit lui accorder. N'empêche, un témoignage qui justifiait une rencontre en urgence...
    Baron pencha la tête, distrait par les souvenirs. Tout cela remontait à une époque dont on ne se rappelait plus.
    1979...
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Bref, une plume très jolie, très agréable, d'un auteur dont je n'avais jamais entendu parlé. Pour les amateurs de vrais polars. Merci aux Éditions Palémon pour cette belle découverte ! - Maryline, Les lectures de Maryline
    Merci encore à Babelio pour cette découverte qui m'a promené dans les routes de ma campagne et les rues de mon département à la suite d'un passé malheureux mais fortement entrainant. - Aelynah, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Le nantais Hervé Huguen est avocat de profession, mais il consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers - ces évènements étonnants, tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies - lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, un enquêteur que l'on dit volontiers rêveur, qui aime alimenter sa réflexion par l'écoute nocturne du répertoire des grands bluesmen (l'auteur est lui-même musicien), et qui se méfie beaucoup des apparences...

  • Une nouvelle enquête du commissaire Baron ! Un soir d'hiver, le journaliste Guillemet rencontre fortuitement Charlotte Meyer, ancienne connaissance qui affirme avoir aperçu une nuit, deux hommes transportant un corps sur une brouette dans la campagne morbihannaise gelée. Délire dû à son état alcoolisé ? Guillemet soumet ces confidences troublantes à la perspicacité de son ami, le commissaire Nazer Baron. L'enquête va le mener de la région de Vannes à celle de Lorient, et démontrer qu'un parcours de vie limpide peut parfois dévoiler des zones d'ombre... Qu'est-il donc arrivé à monsieur B. ? Une fois de plus, Hervé Huguen nous régale, avec un excellent polar d'atmosphère, à l'intrigue particulièrement réaliste ! EXTRAIT - Je crois qu'on a cherché à me tuer... Il ne douta plus qu'elle avait commencé à boire, bien avant d'arriver au Ballinrobe. - Quand ? fit-il mine de s'intéresser. - Tout à l'heure... - Au Ballinrobe ? - Oui. - Qui voudrait vous tuer ? Elle remua les épaules et croisa brièvement son regard. Elle avait cessé de se gratter. Ses yeux firent le tour de la pièce, accrochèrent le reflet poli d'un Christ en bronze qu'elle tenait de sa vieille mère. - J'ai vu quelque chose que je n'aurais pas dû voir... articula-t-elle enfin. - Quoi ? - L'autre nuit... Elle était nerveuse. Énervée plutôt, corrigea mentalement Guillemet. Trop d'alcool. Elle tenait des propos grotesques pour se calmer ou pour le retenir. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE Un polar bien ficelé qui délivrera la clef de son énigme dans les dernières pages. - Dominique Petrone, Babelio Du vrai bon polar comme je les aime. Impossible de deviner qui et pourquoi avant la fin, c'est du très fort ! - Les lectures de Maryline À PROPOS DE L'AUTEUR Hervé Huguen, ce nantais, avocat de profession, consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers, événements tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies, lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, enquêteur rêveur, grand amateur de blues, qui se méfie beaucoup des apparences... L'étrange absence de monsieur B. est le dixième titre de cette série aux intrigues bien ficelées et aux protagonistes attachants...

  • Un jeune universitaire meurt alors qu'il venait de faire une découverte suprenante.
    Août 1944. Fuyant l'avancée américaine, 30?000 soldats allemands se retranchent autour de la Forteresse de Saint-Nazaire, enfermant dans la Poche 120?000 civils qui ne retrouveront la liberté que le 11 mai 1945, trois longs jours après la capitulation allemande. C'est à Bouvron que s'achèvera la Seconde Guerre mondiale en Europe. Soixante-dix ans plus tard, la mort d'un étudiant qui enquêtait sur l'histoire de la Forteresse va obliger le commissaire Baron à rouvrir les archives. L'universitaire analysait des documents d'époque, il interrogeait des témoins. Le résultat de ses travaux a disparu. Qui était l'homme qu'il pensait avoir reconnu sur une ancienne photographie, prise lors de l'hiver 1945?? Qui pourrait avoir encore intérêt, si longtemps après, à dissimuler la présence de cet inconnu dans le périmètre de la Poche restée aux mains des troupes allemandes jusqu'à la fin des hostilités?? Pourquoi?? De Saint-Nazaire à Nantes, dans les marais de Brière, le commissaire Baron va remonter la piste et s'immerger dans les arcanes d'une histoire méconnue des derniers mois de l'Occupation. Ceux des règlements de comptes et des crimes impunis.
    Découvrez sans attendre une nouvelle enquête du commissaire Baron sur les traces de mystérieux événements liés à la Seconde Guerre mondiale.
    EXTRAIT
    Au réveil, Baron sentit que l'air n'était plus le même, la douceur de la veille avait passé les murs pour s'enfuir aux premières griffures de l'automne, il faisait plus froid, plus sombre aussi, les persiennes ne laissaient filtrer que les lambeaux de tristesse d'un ciel cotonneux. Il posa les pieds à terre, éprouva la fraîcheur du parquet et enfila ses mules, bâillant à s'en décrocher la mâchoire. Il avait conscience d'avoir les yeux rouges, irrités par des heures à fixer des écrans trop lumineux qui ne lui avaient pas appris grand-chose. Maurice Babeau n'existait pas ! Il le savait déjà.
    Il poussa les volets. La veille encore, avant son rendez-vous au Cellier de l'Aïeul, c'était le soleil qui lui avait fait fermer à demi les paupières devant les éclairs aveuglants qui saupoudraient les eaux du traict. L'été était mort sans prévenir, sans même une période de soins palliatifs qui aurait permis de s'y préparer. Il pleurait une pluie invisible qui laquait les pavés le long du quai. Baron enfila un peignoir et s'avança sur le balcon de bois. Les bruits se firent plus nets, passage de voitures écrasant quelques flaques éparses, bruissement de conversations dans l'enfilaindicatifde des commerces deux étages plus bas. Il respira profondément, cherchant l'oxygène qui balaierait les miasmes de sa fatigue. Sensation de vertige. Il n'avait pas dormi beaucoup.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Le nantais Hervé Huguen est avocat de profession, mais il consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers - ces évènements étonnants, tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies - lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, un enquêteur que l'on dit volontiers rêveur, qui aime alimenter sa réflexion par l'écoute nocturne du répertoire des grands bluesmen (l'auteur est lui-même musicien), et qui se méfie beaucoup des apparences...

  • Retrouvée morte dans un cimetière, Mathilde Priec n'avait plus rien sur elle à part la marque du Diable...
    Mathilde Priec n'avait même pas eu le temps d'avoir peur, ou alors une fraction de seconde au moment de l'agression. Mathilde avait été droguée. Son meurtre était froid, calculé, méthodique, et sans mobile apparent tant la vie de la jeune femme était irréprochable. Un mois plus tard, l'enquête dirigée par le commissaire Baron s'était enlisée, faute de piste sérieuse. Il ne restait que ce corps nu retrouvé dans le cimetière de bateaux de l'île Berder, attaché à la coque d'un vieux navire à l'abandon, et cette signature marquée au fer : 666. Le nombre de la Bête ! C'était alors que des rumeurs avaient commencé à circuler, certains disaient que des messes noires s'étaient déroulées dans cette crique bien des années plus tôt, sur la plus religieuse de toutes les îles du Golfe du Morbihan. Et les disparitions allaient brusquement s'enchaîner avec une rapidité inattendue. C'est la vengeance du Diable que Baron devra affronter. Il lui faudra remonter très loin dans le passé et libérer des mémoires solidement verrouillées pour confondre l'assassin. Le Diable n'existe peut-être pas, il peut avoir visage humain. Et aussi de bonnes raisons de libérer sa colère...
    Plongez-vous sans plus attendre dans une enquête glaçante du commissaire Baron, à la recherche du Diable en personne.
    EXTRAIT
    Pas envie de rentrer. En quittant le restaurant où il avait dîné, Baron s'immobilisa sur le trottoir, hésitant sur la direction à prendre. Il n'était pas loin du Welcome, il pouvait y passer un moment qui risquait cependant de s'éterniser. Depuis quelque temps, il avait un peu trop tendance à en faire son point de chute.
    Il se fixa un délai, une heure pas davantage, à vingt-trois heures il aurait envie de dormir. Il partit à pied dans les rues du centre-ville, goûtant la fraîcheur du vent, visa une ruelle proche des remparts dans laquelle il s'engagea et franchit la porte du cabaret éclairée par son enseigne grenat.
    Il alla se jucher sur l'un des tabourets du bar, à l'extrémité du zinc, d'où il avait une vue d'ensemble sur la salle plongée dans une lumière rouge. Peu de monde, des habitués, pas de noctambules en goguette, plutôt des couples en recherche d'un endroit tamisé où finir la soirée.
    Il commanda un jet blanc à un barman désabusé. Dans son coin, un pianiste en veste noir égrenait les arpèges de Stardust tout en ayant l'air de rêver, une bouteille d'eau minérale posée sur son instrument. Il lançait parfois des regards étudiés en direction d'une femme assise presque en face de lui, en limite de piste, coiffure décolorée négligemment rejetée en arrière, genoux croisés haut.
    C'était une commande, la femme le remercia d'un gracieux mouvement de tête après l'accord final. Il répondit d'un sourire avant d'enchaîner, Fly me to the moon sur un tempo lent.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Le nantais Hervé Huguen est avocat de profession, mais il consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers - ces évènements étonnants, tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies - lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, un enquêteur que l'on dit volontiers rêveur, qui aime alimenter sa réflexion par l'écoute nocturne du répertoire des grands bluesmen (l'auteur est lui-même musicien), et qui se méfie beaucoup des apparences...

  • Qui a tué Adénaïs, l'épouse de Léo Breval ? Sur les trois suspects, il ne peut y avoir qu'un seul coupable...
    Léo Bréval menait une vie sans histoires jusqu'à la disparition tragique de son épouse, un suicide qui, après autopsie, s'avère être un meurtre.
    L'image d'un couple heureux se fissure lorsque l'on découvre que la jeune femme avait un amant, et les indices recueillis accablent le mari qui est rapidement placé en détention.
    Mais les indices ne sont pas des preuves. Quel était le secret d'Adénaïs Bréval ? Un nouveau juge décide de reprendre l'enquête. De Nantes à Ancenis, le commissaire Baron diligentera les recherches, et posera un regard neuf sur l'affaire. Il va s'orienter vers une nouvelle piste, dans l'entourage immédiat de la victime, et là encore, le cliché des relations paisibles va se lézarder.
    Le mari, l'amant ou le troisième homme ? Trois coupables potentiels... Trois suspects qui avaient une bonne raison de faire disparaître la victime, même si tout concourt à accuser Léo, sans véritable preuve. Le commissaire s'apprête à clore ses investigations quand une ultime vérification... L'assassin était-il bien l'un des trois ?
    Un excellent polar d'atmosphère, inspiré d'un fait réel, qui ne livrera sa solution qu'à la dernière page.
    EXTRAIT
    Léo Bréval devina qu'il était allongé. Quelqu'un parlait au-dessus de lui, d'une voix calme dont il ne comprenait pas le message. Une femme quelque part, pas très loin, il croyait sentir son odeur. Il essaya de tourner la tête pour chercher, ne devina qu'une silhouette blanche. Adénaïs !... Non. Adénaïs ? Il s'agitait, une main ferme pesa sur son épaule, lui fit mal. Une autre douleur à la saignée du coude. De la chaleur dans ses veines.
    Il avait voulu mourir, il ne le voulait plus. « Sauvez-moi, merde ! » Quelqu'un lui prenait la main, la femme peut-être... Adénaïs... Il ne l'avait pas tuée, il était certain que ce n'était pas lui, il n'était pas idiot, il s'en serait souvenu ! Il allait le leur dire. C'était quelqu'un d'autre. Pas lui !
    Léo Bréval sombra dans l'inconscience.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Hervé Huguen, nantais et avocat de profession, consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers, événements tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies, lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles.
    Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, enquêteur rêveur, grand amateur de blues, qui se méfie beaucoup des apparences...
    Troisième des deux est le douzième titre de cette série aux intrigues bien ficelées et aux protagonistes attachants...

  • Un triangle amoureux qui finit mal relance le commissaire Baron sur une nouvelle affaire.
    Une nuit d'hiver au coeur de la banlieue nantaise... Milène Estaguy est retrouvée morte au volant de sa voiture dans une rue déserte. Hypothèse banale du triangle amoureux. Entre un mari célèbre et un amant délaissé, la jeune femme était loin de mener l'existence paisible de la quadragénaire tranquille dont elle s'efforçait pourtant d'adopter l'apparence. Mais nul n'est à l'abri de la folie. L'affaire s'avère en réalité beaucoup plus complexe. Qui était véritablement Milène Estaguy?? Le commissaire Baron va découvrir que la victime sombrait dans une névrose obsessionnelle. Que s'est-il passé vingt-cinq ans plus tôt, quand le docteur Liberg dont elle portait le nom est décédé dans des conditions dramatiques?? Qui était la femme dont la dépouille avait été rapatriée d'Afrique des années auparavant?? Milène Estaguy voulait savoir qui elle était. Une recherche en forme de boomerang que Baron mènera à son terme. Déterrer le passé n'était pas du goût de tout le monde.
    Découvrez sans plus attendre une enquête du commissaire Baron pris dans une affaire de jalousie qui l'amène à découvrir un passé bien caché.
    EXTRAIT
    Un accident. Une carcasse de ferraille tordue grignotée par les flammes. Un amas de tôles grises dont les vitres avaient éclaté. Le conducteur et son passager avaient été retirés des décombres calcinés, tués par la chute de la voiture dans le petit ravin, avant l'embrasement.
    Inexpliqué.
    L'homme au volant n'était plus tout jeune, peut-être qu'il roulait vite, peut-être qu'il avait mal évalué la distance, peut-être qu'il avait été pris d'un malaise. En tout cas, il avait perdu le contrôle, défoncé la glissière et plongé dans le trou noir. Personne ne savait ce qu'il s'était exactement passé.
    Un badaud avait donné l'alerte et les gendarmes n'avaient pas mis vingt minutes pour être sur les lieux. Drame de la route. Les victimes étaient honorablement connues, deux septuagénaires originaires d'une commune endeuillée par leur disparition tragique. Deux copains. L'église était pleine pour la cérémonie des obsèques. Un accident...
    D'une pichenette, le commissaire Nazer Baron écarta la photographie et se mit debout en prenant appui sur ses bras. Ce n'était pas en regardant des clichés qu'il en saurait davantage. Il bailla tout en gagnant le bord de la fenêtre et plongea son regard dans la nuit nantaise. Deux heures plus tôt, une violente pluie d'orage avait entrepris de nettoyer les rues, avant de cesser tout aussi brusquement qu'elle avait commencé. Le temps depuis était revenu à ce qu'il était auparavant, sec et froid.
    Le dôme de l'église Notre-Dame du Bon-Port étalait sa sphère sombre dans le lointain, au premier plan, de grandes nefs des anciens chantiers navals que rejoignait le trait luisant du pont Anne de Bretagne. De son observatoire au dernier étage de l'immeuble, Baron voyait danser des lucioles sur un bout de ruban de Loire. Il méditait.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Le nantais Hervé Huguen est avocat de profession, mais il consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers - ces évènements étonnants, tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies - lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, un enquêteur que l'on dit volontiers rêveur, qui aime alimenter sa réflexion par l'écoute nocturne du répertoire des grands bluesmen (l'auteur est lui-même musicien), et qui se méfie beaucoup des apparences...

  • Un incendie puis un corps retrouvé sans vie... Les deux affaires semblent curieusement liées...
    Deux corps découverts dans les décombres d'une maison incendiée au cours de la nuit de la tempête Joachim... La dépouille à demi calcinée d'une inconnue retrouvée le lendemain, au creux d'un chemin forestier accessible uniquement par des randonneurs... Le doute s'installe dans l'esprit du commissaire Baron. Qui est vraiment l'auteur de l'incendie??? Qui a agressé l'autre victime, mystérieusement disparue avant d'être retrouvée morte dans des circonstances particulièrement saisissantes, qui rappellent au commissaire une affaire très ancienne?? Cette évidence le met singulièrement mal à l'aise. Suicides ou meurtres?? Baron n'aime pas les vérités évidentes. C'est dans les secrets enfouis qu'il trouvera les sources de l'incendie mortel. Un ténébreux retour de flammes surgi d'un lointain passé.
    Découvrez une nouvelle enquête pour le commissaire Baron qui suspecte un rapport entre deux affaires sans lien apparent.
    EXTRAIT
    Solange Évrard menait une vie extrêmement banale s'il fallait en croire son mari. Elle travaillait dans un grand hôtel à l'angle de la rue de la Vrière en qualité de femme de chambre. Employée modèle depuis bientôt sept années, appréciée, très bien notée. Jamais un conflit.
    C'était à deux pas de son domicile, un petit kilomètre qu'elle s'obligeait à parcourir à pied chaque matin, quel que soit le temps.
    - Elle n'avait pas de voiture ?
    À quoi bon ? Les courses, elle les faisait à l'hypermarché d'à côté, elle y passait régulièrement en rentrant de son travail. Une fois par semaine, toujours le samedi matin, Christian l'accompagnait et chargeait les choses lourdes. Et pour le reste, la ligne 96 avait un arrêt au giratoire voisin et la déposait à Beauséjour, avec une correspondance tramway pour le centre-ville de Nantes. Pourquoi une voiture dans ces conditions ?
    Baron observait l'homme en face de lui, le collier de barbe qui lui entourait la bouche, les yeux proéminents derrière les verres de lunettes d'écaille. Il respirait avec un bruit de forge, oppressé, les paupières rougies par quelques larmes qu'il n'était pas parvenu à retenir.
    - Il faut que j'appelle les enfants...
    Le couple en avait deux, garçon et fille, vingt-trois et vingt-cinq ans. L'aîné avait quitté la maison depuis plusieurs années maintenant, sa soeur à son tour avait pris son envol quatre mois plus tôt et Solange avait connu une petite période dépressive, mais ça allait mieux. Elles se voyaient régulièrement.
    Baron gagna la fenêtre, laissa son regard se perdre sur l'horizon de ce qu'avait été l'univers de Solange pendant les trente années où elle avait vécu dans cette maison, une construction en retrait de la route et de ses voisines, cernée par la verdure. Un havre de paix à la belle saison, un bout de campagne du Yorkshire, triste et monotone, quand pesait un ciel bas.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Le nantais Hervé Huguen est avocat de profession, mais il consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers - ces évènements étonnants, tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies - lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, un enquêteur que l'on dit volontiers rêveur, qui aime alimenter sa réflexion par l'écoute nocturne du répertoire des grands bluesmen (l'auteur est lui-même musicien), et qui se méfie beaucoup des apparences...

  • 10 ans après une sombre affaire jamais élucidée, le dossier est rouvert.
    «?On n'a pas été en mesure de reconstituer exactement le scénario du drame, avait admis le commissaire Droniou. Pourquoi deux armes?? Je n'en sais rien, ce que je sais, c'est que Caroline tenait encore le fusil dans les mains, il n'y avait pas beaucoup de questions à se poser.?» L'enquête s'orientait vers une tragédie familiale à huis clos, derrière les murs d'une villa en bordure d'un océan déchaîné cette nuit-là. La meurtrière souffrait de troubles psychiatriques... Un crime limpide en effet.
    L'inspecteur Kervilin va pourtant douter de ce qu'il découvre, et s'acharner à prouver que la tuerie ne s'est pas déroulée comme on voudrait le faire croire. Il paiera au prix fort son obstination...Dix ans après la mort de Kervilin et la clôture des investigations sur le massacre, le commissaire Baron se voit chargé de rouvrir le dossier. Avec une question?: que faisait l'inspecteur Kervilin la nuit où il est décédé?? Une enquête sur l'enquête qui obligera Baron à déchirer le voile des apparences, celles dont il faut toujours se méfier, pour enfin faire éclater une vérité inattendue. Un roman inspiré d'un fait divers authentique.
    Inspiré d'un fait divers authentique, ce roman retrace une nouvelle enquête palpitante du commissaire Baron en plein coeur de ce qui semble être une tragédie familiale.
    EXTRAIT
    De la grande baie vitrée, il était possible d'apercevoir les voitures stationnées en épis sur le parking payant, à l'extrémité du port, lumineuses dans la poussière de soleil. En face, le kiosque à musique et son manège garni d'ampoules. Des enfants y tournaient déjà, alors que traînait encore la fin de matinée. « Promenade dominicale, sortie de messe... » songea Kervilin.
    Il se retourna et choisit le fauteuil le plus proche de la lumière pour s'y glisser et croiser les jambes. De là, il pouvait encore distinguer les eaux grises de la Rabine. Il fit mine de s'y intéresser, de chercher dans la forêt de mats plantés le long des quais un détail auquel accrocher son regard.
    Il ne perdait pas une miette de ce que disait Cédric Devheer dans son dos, de cette voix aux inflexions éraillées racontant la mort de Julius avec des mots pudiques. Il était au téléphone lorsque Simon Kervilin avait sonné et il avait ouvert sans cesser de parler, jeté un oeil sur la carte tricolore, fait signe d'entrer jusqu'au salon. Depuis, il effectuait un lent va-et-vient sans plus se tracasser de son visiteur, le combiné collé à l'oreille, articulant des phrases pénibles de ce timbre un peu cassé des gens épuisés. Il tutoyait son interlocuteur, un homme s'il fallait en croire les échos qui transperçaient parfois. Il conclut enfin sur un remerciement adressé à Bruno et raccrocha.
    - Excusez-moi...
    - Je m'appelle Kervilin, prononça Simon. Je vous présente toutes mes condoléances, monsieur Devheer.
    - Merci. Vous êtes allé là-bas ?
    - Cette nuit. Je suis arrivé au moment où l'on vous emmenait à Chubert. Ça va aller ?
    - Ça va...
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Super roman, une enquête palpitante, où la vérité n'apparaît que dans les dernières pages.
    J'ai beaucoup aimé. - domdu84, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Le nantais Hervé Huguen est avocat de profession, mais il consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers - ces évènements étonnants, tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies - lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, un enquêteur que l'on dit volontiers rêveur, qui aime alimenter sa réflexion par l'écoute nocturne du répertoire des grands bluesmen (l'auteur est lui-même musicien), et qui se méfie beaucoup des apparences...

  • Silence fatal

    Hervé Huguen

    Trois cadavres jalonnent la nouvelle enquête du commissaire Baron !
    Un cadavre abandonné dans une malle sur un quai du port de Nantes?; un second, sur une île déserte?; un troisième, dans une chambre d'hôtel fermée de l'intérieur. Deux hommes et une femme « innocents » précise l'assassin qui propose au commissaire Nazer Baron un jeu de piste machiavélique. À ce dernier de déjouer les apparences pour exhumer de tragiques vérités...
    Découvrez sans plus attendre une enquête du commissaire Baron sur les traces d'un assassin joueur et cruel.
    EXTRAIT
    Baron avait tendu la main. Le message était un simple feuillet glissé dans son sachet de protection, un document anonyme sur lequel avaient été collées des lettres irrégulières découpées dans des journaux. La taille des caractères en était variable, l'impression également, la qualité du papier changeait...
    Baron déplaça lentement son regard. Sur l'avertissement retrouvé dans la poche de Boris Frilac, le laboratoire était parvenu à identifier sept origines différentes. Jamais de mot complet, uniquement des lettres, grandes ou petites, fines ou grasses, dix-sept exactement, récupérées dans des quotidiens et des revues.
    « Le second innocent »
    Rien d'autre. Pas de signature et sûrement pas d'empreintes. Baron raccrocha le fil de ses souvenirs. Boris Frilac, l'homme de la malle du quai des Antilles, avait bien été le premier.
    - C'est votre homme ? s'inquiéta Blanloeil.
    Les textes étaient rigoureusement identiques, à un mot près... Ça signifiait quoi ? Qu'un troisième innocent suivrait, un quatrième... ? Baron en avait soudain froid dans le dos.
    - Les mêmes mots, le même papier... jugea-t-il en parcourant la feuille des yeux, une dernière fois.
    - Vous savez ce que ça veut dire ?
    Il remua négativement la tête, faisant involontairement sauter quelques gouttes d'eau du bord de son chapeau.
    - Pas pour l'instant, dit-il.
    C'était au moins la centième fois qu'il lisait ces mots. Ça ne lui servait à rien. Les revues et les journaux dans lesquels avaient été découpés les caractères n'étaient pas des publications confidentielles, avec des listes d'abonnés qu'ils auraient pu éplucher.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Le nantais Hervé Huguen est avocat de profession, mais il consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers - ces évènements étonnants, tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies - lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, un enquêteur que l'on dit volontiers rêveur, qui aime alimenter sa réflexion par l'écoute nocturne du répertoire des grands bluesmen (l'auteur est lui-même musicien), et qui se méfie beaucoup des apparences...

  • Quelle est donc la source du Mal qui est a assassiné Agathe Miracki ?
    Qu'importe le temps chagrin qui règne sur Vannes, la vie continue de sourire à Agathe Miracki qui s'apprête à rejoindre son tout nouvel amour. Mais Jérôme Ségui attendra en vain ? La jeune femme ne viendra jamais au rendez-vous et son corps sera retrouvé dans sa voiture incendiée sur un terrain abandonné, loin de tout. Qui pouvait en vouloir à Agathe au point de lui ôter la vie de manière si violente ? Quelle est donc la source du Mal qui est venu faucher un avenir tellement prometteur ? À l'équipe du commissaire Baron d'éclairer les zones d'ombre de cette affaire, où vie privée et professionnelle se brouillent, et où vénalité et cupidité mènent un jeu bien trouble... Dans l'atmosphère captivante d'une fin d'automne tragique, cette nouvelle enquête du commissaire Nazer Baron vous conduira jusqu'aux racines du châtiment.
    Dans l'atmosphère captivante d'une fin d'automne tragique, cette nouvelle enquête du commissaire Nazer Baron vous conduira jusqu'aux racines du châtiment.
    EXTRAIT
    Le regard de Nadine voyagea sur les murs de ce lieu qui ne l'apaisait plus, et accrocha la mine déconfite de Sébastien. Il avait fini par se poser sur une chaise sans trop savoir quoi faire de son grand corps inerte. La nouvelle l'avait assommé. Il ne disait rien depuis parce qu'elle refusait de lui répondre, il croisait les doigts sur son ventre, comme le faisait autrefois sa grand-mère qui en plus se tournait les pouces. La vieille femme disait qu'ainsi, elle tricotait l'ennui... Pour lui, c'était autre chose. Un questionnement muet. La sonnerie du téléphone avait rompu le silence, mais les mots prononcés par Nadine ne lui avaient pas permis d'identifier le correspondant. « C'est moi... Maintenant ?... C'est difficile... Je préférerais... »
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Hervé Huguen est nantais, avocat de profession, et consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers, événements tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies, lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, enquêteur rêveur, grand amateur de blues, qui se méfie beaucoup des apparences... La source du Mal est le treizième titre de cette série aux intrigues bien ficelées et aux protagonistes attachants...

  • Des corps sans vie sont retrouvés, à 23 ans d'écart, le long du canal de Nantes...
    1988. En six mois, trois jeunes femmes mystérieusement disparues furent retrouvées le long des berges du canal de Nantes à Brest, victimes d'un tueur maniaque qui ne sera jamais identifié. Vingt-trois ans plus tard, un corps sans vie est abandonné sur les mêmes rives, le long du seuil de partage de Bout-de-Bois. Puis c'est au tour d'une cinquième femme d'être découverte à proximité de l'écluse de la Prée. Toutes deux présentent exactement les mêmes caractéristiques physiques que les disparues de 1988.
    Persuadé que le Prédateur du canal s'est réveillé, le commissaire Nazer Baron exhume les vieux dossiers. L'enquête le mène à un suspect entendu naguère comme simple témoin, dénoncé par sa propre épouse, mais qui nie avec toute l'énergie de l'innocence. Pourquoi aurait-il tué ces malheureuses ? Pourquoi recommencer après vingt-trois années d'oubli ? De Nantes à la forêt du Gâvre, Nazer Baron suit la piste comme on longe les méandres d'un cours d'eau. Au gré de ses intuitions. Au gré des impasses et des rebondissements. Seul face à un assassin qui semble avoir tout prévu.
    Découvrez sans plus attendre cette nouvelle enquête du commissaire Baron qui se retrouve, seul, face à un assassin prêt à tout !
    EXTRAIT
    Elle marcha en titubant jusqu'à la salle de bains attenante et se glissa sous la douche, laissant le jet la laver longuement de toutes ces scories qui la salissaient. Au moins elle n'entendait plus les gémissements du vent. Ni la chouette. Ni le craquement des poutres dans le grenier au-dessus de sa tête.
    Elle coupa l'arrivée d'eau. Silence. La nature lui accordait quelques instants de répit. Elle se sécha à l'aide d'une serviette rêche dont elle se servit pour frotter rageusement chaque partie de son corps. Se débarrasser des déchets. Gommer l'atroce soupçon.
    Elle était rouge de la tête aux pieds lorsqu'elle repassa dans sa chambre, mais elle se sentait mieux. Ses pas la guidèrent vers la commode dont elle amena à elle l'un des tiroirs rempli de boîtes de différents formats, des coffrets à bijoux qu'elle dégagea pour extraire du fond du logement un écrin frappé en lettres dorées des coordonnées d'une joaillerie parisienne. Elle souleva le couvercle avec toujours ce même frémissement incontrôlable. Une boucle d'oreille. Unique. Même pas jolie. Une fausse pierre un peu grossière, trop épaisse, sertie de plaqué. Vulgaire.
    Marlène avait du mal à détacher son regard. Une émeraude de pacotille à laquelle elle n'aurait sans doute pas prêté vraiment attention lorsqu'elle l'avait découverte. Une babiole perdue, peut-être même jetée, ou tombée d'une poche, quelle importance ? Elle ne se serait même pas interrogée sur l'endroit où elle l'avait trouvée. Un bijou en toc ! Elle n'était pas jalouse. Elle aurait oublié. Sauf qu'elle l'avait déjà vue. Ailleurs !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Le nantais Hervé Huguen est avocat de profession, mais il consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers - ces évènements étonnants, tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies - lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, un enquêteur que l'on dit volontiers rêveur, qui aime alimenter sa réflexion par l'écoute nocturne du répertoire des grands bluesmen (l'auteur est lui-même musicien), et qui se méfie beaucoup des apparences...

  • Réouverture d'une enquête classée... Une jeune femme de La Roche-Maurice a été assassinée et, après une brève enquête, un homme de son environnement proche a été condamné bien qu'il ait toujours clamé son innocence. Mais la Cour d'Assises d'appel vient d'annuler ce verdict, pour insuffisance de preuves. Il faut donc reprendre l'enquête, et le commissaire Baron vient dans le Finistère assister la gendarmerie du Pays de Landerneau. Tâche difficile pour lui qui n'a pas mené les investigations dès leur début et qui, de plus, doit juguler son intime conviction. Il va tenter de poser un regard neuf sur ce huis-clos familial. Se dégagent alors des profils plus complexes qu'il n'y paraissait. Baron se retrouve plongé dans un univers en demi-teinte... Un excellent polar d'atmosphère, directement inspiré d'un fait réel ! EXTRAIT - Ce n'est pas de l'innocence de l'accusé que Dupré-Vietto a convaincu le jury, souligna-t-il, mais seulement de l'insuffisance de preuves. Peut-être que la juge avait eu tort en renvoyant l'affaire trop vite devant les assises... Le commissaire fixait Kalimanzaros en silence, il avait lui aussi esquissé un signe, une sorte de geste du bras affirmant sa certitude. - Qu'est-ce qui a manqué ? dit-il. - Un mobile établi. - Il l'avait ! insista Baron. - Il l'avait... Mais personne n'est venu le confirmer. Un point sur lequel Kalimanzaros avait évidemment raison. À PROPOS DE L'AUTEUR Hervé Huguen, ce nantais, avocat de profession, consacre aujourd'hui son temps à l'écriture de romans policiers et de romans noirs. Son expérience et son intérêt pour les faits divers, événements tragiques ou extraordinaires qui bouleversent des vies, lui apportent une solide connaissance des affaires criminelles. Passionné de polar, il a publié son premier roman en 2009 et créé le personnage du commissaire Nazer Baron, enquêteur rêveur, grand amateur de blues, qui se méfie beaucoup des apparences... À toi demain est le onzième titre de cette série aux intrigues bien ficelées et aux protagonistes attachants...

empty