Comédie

  • Edition enrichie (Préface, notes, commentaires, bibliographie, biographie)
    « Lucienne. Enfin, Monsieur, pour qui me prenez-vous ?
    Je suis une honnête femme.
    Pontagnac. Ah ! Tant mieux ! J'adore les honnêtes femmes ! »
    Pontagnac, le « dragueur » malheureux, sera finalement le dindon de la farce. C'est d'ailleurs un brave garçon, qui ne trompe jamais sa femme sans la plaindre. Et qui ne perd jamais la tête : il suit les dames dans la rue, mais s'il pénètre derrière elles dans les pâtisseries, il les attend sagement à la porte des bijouteries. Quant à Vatelin, le mari de Lucienne, il risque de payer fort cher une vieille entorse à la fidélité conjugale, laquelle entorse refait brusquement surface en la personne de Maggy, une joyeuse fofolle anglaise... Un troisième larron, rival de Pontagnac, vient encore compliquer la situation.
    Et  voilà la mécanique en marche, « sans que s'affole un seul rouage, sans que saute un seul ressort », comme dit Jean Richepin. Le 3 mars 1951, à vingt heures trente, le théâtre de Feydeau connaît la consécration suprême : il entre enfin au répertoire de la Comédie-Française, avec, justement, Le Dindon.
    Préface, commentaires et notes par Henry Gidel.   

  • Edition enrichie (Préface, notes, biographie et bibliographie)
    Lorsque Raymonde Chandebise découvre, dans un colis adressé à son mari, une paire de bretelles oubliée dans un hôtel peu fréquentable, elle le soupçonne immédiatement d'adultère. Elle décide de lui tendre un piège et, avec la complicité de son amie Lucienne, lui donne rendez-vous anonymement dans ce même hôtel. L'époux de Lucienne tombe par hasard sur la missive et, reconnaissant l'écriture de sa femme, imagine à son tour être trompé. Quant à Chandebise, il envoie son ami Tournel au rendez-vous. Tout ce beau monde se retrouve donc à l'hôtel du Minet-Galant, à Montretout, où travaille Poche, un garçon d'étage sosie de Chandebise...
    Dans ce vaudeville aux mille éclats, quiproquos, stratagèmes et mensonges se succèdent à toute allure et Feydeau démontre, une fois de plus, toute l'ampleur de son génie comique.Édition de Violaine Heyraud.

  • 'Quoi? un essaim de femmes au coeur frêle,
    parler au peuple? et comment feront-elles?'

    Sur une place de l'Athènes antique, au petit matin, plusieurs femmes vêtues en hommes se réunissent. Secrètement, à l'abri des regards masculins, elles forment un plan : ce sont elles, désormais, qui seront à la tête de l'illustre cité et qui recomposeront à leur gré un modèle de société où elles jouissent de droits neufs...

    Satire politique habillée de grivoiseries, cette pièce est l'une des plus réjouissantes de la comédie grecque antique.

  • Beaucoup de bruit pour rien
    William Shakespeare
    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.
    Beaucoup de bruit pour rien (Much Ado About Nothing) est une comédie de William Shakespeare publiée en 1600, dont la première a probablement été représentée à l'hiver 1598-15991. Elle reste à ce jour l'une des comédies de Shakespeare les plus populaires.
    Beaucoup de bruit pour rien se déroule à Messine, une ville côtière de Sicile. Bien que la Sicile ait été dominée par l'Espagne à l'époque de la pièce, les personnages reflètent un héritage nettement italien. Don Pedro, Prince d'Aragon, revient de guerre victorieux avec sa compagnie sur les terres de son ami Léonato, gouverneur de Messine. Béatrice, la nièce de Léonato, retrouve Bénédict, un chevalier du Prince. Ce sont de vieilles connaissances qui s'échangent des moqueries brillantes. Claudio, jeune et naïf ami de Bénédict, tombe amoureux de la jeune Héro, fille de Léonato. Leur mariage s'organise presque immédiatement, et par manière de plaisanterie, la compagnie de Don Pedro complote pour faire tomber Béatrice et Bénédict amoureux. Source Wikipédia.
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

  • La marquise
    Dorante, on nous quitte donc tous deux?

    Dorante
    Vous le voyez, Madame.

    La marquise
    N'imaginez-vous rien à faire dans cette occasion-ci?

    Dorante
    Non ; je ne vois plus rien à tenter, on nous quitte sans retour. Que nous étions mal assortis, Marquise ! Eh pourquoi n'est-ce pas vous que j'aime?

    La marquise
    Eh bien, Dorante, tâchez de m'aimer.

    (Acte I, scène VIII)

  • Catharina refuse haut et fort de se soumettre à l'autorité de son père et au carcan de la société, s'attirant ainsi les foudres de toute la ville de Padoue. Sa jeune soeur, la douce et docile Bianca, est entourée d'une foule de prétendants. Mais leur père est intraitable, il ne mariera la cadette que lorsque l'aînée aura trouvé un époux. Les galants redoublent alors de stratagèmes pour parvenir à leurs fins. Quand l'audacieux Petruchio décide d'apprivoiser la jeune « mégère », cette virevoltante comédie prend un tournant inattendu.

  • En novembre 1659, l'énorme succès des
    Précieuses ridicules surprend Molière. Le public plébiscite son génie comique. Il découvre alors que son théâtre dispose d'une matière inépuisable : la satire des moeurs de l'époque, ses excès, ses vices, ses ridicules qui sont d'ailleurs intemporels. Mais il ne sait pas encore que les manières prétentieuses de Cathos et Magdelon, ces deux êtres dévorés de snobisme et de mondanité, ne quitteront jamais le répertoire. La farce joue aujourd'hui encore de ses stratagèmes et de ses déguisements, et s'incarne dans des gens que l'on croise tous les jours.

  • ÉTIENNE
    Je voulais justement te demander un service ; or, il découle tout seul de la situation.
    MARCEL, empressé.
    Ah ! parle ! quoi ?
    ÉTIENNE
    Eh bien, voilà ! Tu sais entre nous combien je tiens à Amélie... Ah ! si j'avais pu l'emmener avec moi là-bas !... Mais j'ai réfléchi qu'une ville de garnison... avec des supérieurs hiérarchiques, quand on a une jolie maîtresse... c'est pas prudent ! [...] Mon vieux, il n'y a que toi ! Toi, tu es mon meilleur ami ; j'ai confiance en toi comme en moi-même ; Amélie te porte de l'affection... Eh bien ! rends-moi ce service : pendant que je ne serai pas là... (très scandé) occupe-toi d'Amélie !
    (Acte I, scène XVI)

  • Edition enrichie (Présentation, notes, dossier, repères chronologiques, bibliographie)
    Éraste et Julie s'aiment tendrement, mais Oronte, le père de la jeune femme, a d'autres ambitions pour sa fille. Il la destine à Monsieur de Pourceaugnac, un gentilhomme de Limoges. Les deux amants usent alors de tous les stratagèmes pour se débarrasser du prétendant, qui se voit livré tour à tour à des médecins, des gardes suisses, des avocats ; menacé de lavement et accusé de polygamie... Créée en 1669, cette comédie-ballet, considérée comme l'une des plus cruelles de Molière, reprend les grands thèmes qui traversent son oeuvre : le mariage forcé, l'argent et la maladie.
    Édition de Céline Paringaux.

  • Mick, hypocondriaque notoire, comble son vide existentiel par tous les moyens : soirées, sport, sexe, histoires d'amour plus ou moins chaotiques...
    Ecrivain raté qui ne parvient pas à publier, il se prétend heureux d'avoir « trois femmes dans sa vie ». Dans une société où il ne trouve pas sa place et dont le seul remède est de fuir l'ennui, la mort, et sa mère... Comment supporter l'indifférence de celle dont il est amoureux fou ?
    Auteur à succès né en plein vol entre la Mer du Labrador et les iles d'Ammassalik du Groënland, Mick Anome écrit à la rafle, sans filtre, avec un humour déjanté et une franchise ravageuse. En mettant à nu un journal intime qu'il ferait mieux de taire (surtout en Corse), il trouve un moyen hors du commun de parler de nos rapports humains. Retour sur une année 2011 haute en couleur : Tout y est !

  • BnF collection ebooks - "CHIQUETTE, seule, brossant un habit: On peut dire que voilà un drap moelleux... on voit bien que c'est un habit de prétendu... ah ! c'est que je m'y connais!... depuis quelque temps, le prétendu se brosse beaucoup dans cette maison!... Ces pauvres jeunes gens... ils arrivent tout pimpants, ils se croient sûrs de leur affaire... et au bout de quelques jours... v'lan! M. de Vancouver les fiche à la porte comme si c'étaient des orgues de Barbarie!..."

  • Saigne-terre

    Laurent Maurel

    Dans un pays en pleine guerre civile, un adolescent survivant, Titizaki, est recueilli et protégé par un officier, Idir. Entre eux deux la méfiance fait peu à peu place à une affection profonde. L'arrivée de Lady L, la maîtresse d'Idir, bouleverse cet équilibre et dresse les deux hommes l'un contre l'autre. L'espoir d'une vie à deux avec Lady L pousse Titizaki à s'interroger sur la responsabilité de son sauveur quant au massacre de sa famille.

    Laurent Maurel est né en 1972 et a vécu dans différents pays dont La Réunion et Djibouti. Il travaille pour le théâtre, le cinéma et la télévision comme auteur, comédien, metteur en scène et réalisateur.

  • Un nouveau départ

    Antoine Rault

    Le soir de Noël, Catherine, fière de sa réussite professionnelle, trouve devant sa porte un SDF qui, pour sa part, ne croit plus en grand-chose. Par provocation envers sa fille, une adolescente qui lui assène qu'elle n'a pas de coeur, elle décide d'inviter ce SDF, Michel, à partager leur dîner de Noël.Cet homme va bouleverser leur existence.Antoine Rault signe une comédie romantique, une histoire à la fois drôle, tendre et optimiste. Une aventure inattendue aux personnages profondément attachants.

  • Une jeune comédienne, Josépha, veut réaliser son rêve, jouer un grand rôle pour trouver une place dans ce monde. Pour cela elle va se servir du couple qu'elle forme avec Étienne et d'Internet. Elle décide de se mettre elle-même en scène. Les premières scènes relatent un certain quotidien. Petit à petit, au gré des réactions des personnages, du courrier des internautes, la pièce évolue vers des thèmes différents, la manipulation des individus, l'insatisfaction des êtres mais aussi la violation de la vie privée, le droit à l'image, les possibilités ou les déviances de la technologie. Cette comédie caustique envisage des situations qui conduisent à s'interroger sur la place du couple dans la vie moderne, le progrès opposé à la vie "ordinaire". Des rebondissements qui mènent à un dénouement surprenant... entre rire et grincements de dents.

  • 3h. - 3f. - Durée 1h30

    Tout le monde a pu faire l'édifiante expérience de la colocation de vacances. La vie en groupe, la promiscuité, la familiarité inévitable, révèlent les gens tels qu'eux-mêmes. Impossible de tricher. Dans Le Béret de la Tortue, les trois couples sont d'abord pris un par un. Dans le secret de leur chambre à coucher, ils chuchotent, médisent, fantasment les uns sur les autres. A l'occasion d'un incident anodin, la poudrière explose. C'est la deuxième partie, sur la terrasse, face au Béret de la Tortue, c'est le nom du rocher d'en face. Une comédie sur la tragédie de la cohabitation.

  • Un voyage dans les coulisses du théâtre...
    Une tragédienne étrangère tombe amoureuse du pays catalan, de la Méditerranée. Elle pose ses valises. Mais jouer la tragédie sous le soleil, ça ne passe pas.
    Que faire alors ?
    Se transformer en comique ! Cela parait une tâche impossible pour cette femme « née » tragédienne. Jusqu'où ira-t-elle ?
    Harcelée par son Surmoi, son exigeant censeur intérieur, et nostalgique des drames sanglants sur les planches, va-t-elle enfin trouver le rôle de sa vie sous le soleil ? Il y a des obstacles ! Mais elle, terrifiée par un retour dans son froid natal, est motivée, prête à tout...
    Hanna Fiedrich vit dans le sud de la France.
    « Faux rire, incapable ! » est à l'origine une pièce qu'elle a écrite pour le théâtre et interprétée avec comme nom à l'affiche « Sous le soleil de Frieda ».

  • Voici deux pièces conçues pour être jouées par les enfants. Quand Les jouets se font la malle (pièce pour les 5 - 9 ans), les enfants décident de les retrouver. Ils vont alors découvrir dans la forêt magique que tout peut devenir possible si l'on croit fortement en soi. Depuis qu'Aglaé la sorcière (pièce pour les 7 - 13 ans) a épilé sa moustache, la pendule remonte le temps et aucun habitant n'échappe à la malédiction qui s'est abattue sur le village. Ce conte nous rappelle que la solidarité peut vaincre bien des dangers. Ces textes véhiculent des messages qui peuvent déboucher sur un travail plus approfondi en classe.

  • Trois pièces indépendantes :

    "Comment Dulcinée Del Tabasco a voulu mourir"
    Dulcinée Del Tabasco qui se dit concierge de l'immeuble affirme à l'éboueur du quartier qu'elle va se marier. Celui-ci ne la croit pas. Pour le convaincre, elle lui promet de lui montrer sa robe de mariée.
    Une histoire truculente, irraisonnable et incorrecte contée dans un langage fleuri, hors du commun.
    "Même pas cabé"
    Antoine Brignole de Barbaro, un escroc, démarche des vieilles dames dans le but de leur vendre des sépultures. Il se rend chez Dulcinée Del Tabasco, une concierge, avec en main le fameux contrat : « Ciel bleu et éternité ». Mais celle-ci se montre difficile à manoeuvrer. Se pourrait-il que Dulcinée ait des intentions cachées, elle aussi ?
    Une pièce menée à un rythme d'enfer où la cruauté et le comique se mêlent allègrement.
    "Albert, le chien de Bernie"
    Le chien de Bernie dresse toutes les nuits la table pour son maître. Il espère qu'ils se parleront. Dans cette attente, il se demande si "Le Grand Chien aux yeux humides de bonté" existe, quel sens peut avoir une vie de chien... ?
    Un monologue aussi drôle que féroce et poétique.
    ctacles/Albert-le-chien-de-Bernie-23591/
    Eric Herbette, boursier de la Fondation Beaumarchais pour le théâtre et le lyrique, est l'auteur d'une quinzaine de pièces de théâtre et de plusieurs livrets d'opéra. Il a adapté pour des enregistrements audio de grandes oeuvres classiques de Gustave Flaubert, Victor Hugo, Balzac... Trois de ces productions ont obtenu le Coup de Coeur de l'Académie Charles Cros. Il a également écrit pour le cinéma et la radio.

  • Un renouvellement audacieux de la comédie satirique : dans Le contrat du siècle, Bernard Lecherbonnier croque et met en scène la société au pouvoir dans les sphères des médias, de la politique du spectacle. En ressort une évocation décalée, subversive, de l'élite qui gambade avec allégresse et insouciance dans le champ de ses aimables turpitudes.
    Richard, éditeur, est prêt à tout pour publier les Mémoires du héros à la mode, un colonel, spationaute, coqueluche des médias. Le colonel pose deux conditions à l'éditeur. D'une part, qu'il publie le roman de sa petite amie comédienne, Alix. D'autre part, qu'il fasse une cour pressante à sa femme, une célèbre avocate Ursula, pour la compromettre... Mais naturellement rien ne se passera comme prévu. Une fois déclenchés, les chassés-croisés amoureux, les arrangements entre amis ne vont plus s'arrêter. Rebondissements inattendus et cocasses vont s'enchaîner.

  • Tout commence par une journée somme toute banale. Une jeune fille vissée à son smartphone atteint un abribus où est assis un vieil homme tenant un petit paquet marron. Jusque-là, rien de très extraordinaire dans le récit d'une jeunette connectée et d'un septuagénaire esquinté attendant le même bus. C'était sans compter l'arrivée d'Hugo-Jean, un homme plutôt sûr de lui (et de sa langue française), qui se hérisse face à la jeune Josie qui use d'anglicismes et qui ne parvient jamais à prononcer le prénom du vieillard : Grindelwald. De ce point de départ, découle une aventure où se croisent des personnages (fleuriste dans la fleur de l'âge, pantin patenté) qui ne se seraient jamais côtoyés s'ils n'avaient pas eu l'idée saugrenue de prendre la ligne 4 ce matin-là.

  • Un jeune Corse arrive sur Paris pour y suivre ses études, mais très vite, il se retrouve dans une situation d'échec, sans argent. Pour ne pas être exclu de cette société qui le nourrit d'espoirs, il joue dans les bars, fréquente les femmes aisées de la capitale et squatte la chapelle de la Sorbonne. Seul et unique refuge pour lui, il y invite des étudiantes pour y assouvir ses appétits sexuels et en tirer profit... Frontière entre l'imaginaire et le réel, dans un Paris débordé par les manifestations étudiantes, « l'amour » des femmes n'est-il pas un moyen de remédier à l'échec social, sous la forme d'une sexualité brutale, avec, au fond, le profond désir de trouver l'amour d'une seule, sans jamais y parvenir ?
    « Mme Lavergne, qui non seulement l'hébergeait, le nourrissait, et elle voulait en avoir pour son argent. Ange-Alil tenta de simuler une migraine, mais la bourgeoise, expérimentée, s'empressa de lui donner de l'aspirine : "Viens mon voyou ! Viens voir Mme Bonbon !" »
    Maxime Jal-Orsatelli est né en 1981 à Bastia. Diplômé de Lettres modernes de l'université Paris III, Sorbonne Gigolo est son premier roman, publié à l'âge de 29 ans. Comédie dramatique, roman sentimental ou intrigue érotique ? L'histoire et le style en font un livre original.

  • 3h. - 2f. - Durée 1h20 -
    L'agence de communication événementielle Top Event s'apprête à recevoir Thierry Blanchard, un client fidèle, pour préparer la prochaine réunion du réseau de vendeurs des Charcuteries Flocel. S'ajoutant au « marasme agro-alimentaire ambiant », une consultante nymphomane d'un grand cabinet d'audit anglo-saxon débarque pour superviser l'opération. Jusqu'où faudra-t-il aller pour sauver le contrat ? Quiproquos surréalistes, mensonges éhontés, passions exacerbées... un vaudeville très nouveau millénaire dans le monde un peu fou de la communication. Irrésistible ! Court sucré ou long sans sucre ? connaît un succès sans précédent au Café de la Gare à Paris et a déjà rassemblé et fait rire plus de 100 000 spectateurs.

  • 4 f. - 3 h. ou 3 f. - 4 h.- Décor : le salon d'une maison bourgeoise - Durée : 1 h 40
    Josépha, sexagénaire alerte et peu dépensière attend la visite d'un contrôleur des impôts, ce qui ne l'effraie pas outre mesure !
    En revanche, elle est davantage préoccupée par son neveu, Philippe, qu'elle souhaiterait voir fiancé à Anne-Sophie, une jeune fille de bonne famille très BCBG. Seulement, Philippe n'a nulle intention de se fiancer... Mais, il a trop besoin de sa tante... ou plutôt de son argent pour rembourser une dette de jeu à un certain Monsieur Jack... Ce dernier, bien décidé à récupérer son « fric », va se présenter chez Josépha... le même jour que l'inspecteur du fisc !

empty