Policier humoristique

  • Hamish Macbeth t.12 ; bras de fer Nouv.

    Randy Duggan, nouveau venu à Lochdubh, ne passe pas inaperçu : bodybuildé et tatoué, il s'impose au pub en racontant à qui veut l'entendre qu'il a été lutteur et aventurier. Et comme il rôde sous les fenêtres des femmes du village, on soupçonne ce macho de vouloir semer la zizanie dans les ménages.
    Tout le contraire du flegmatique Hamish, avec qui le courant ne passe décidément pas. Au point qu'un jour, Hamish accepte le défi de se battre avec Randy. Les paris sont pris : Hamish va finir en chair à pâté ! Mais à l'heure de l'affrontement, son adversaire est retrouvé mort d'une balle dans la tête... Suspect n°1, Hamish Macbeth va devoir jouer les gros bras pour trouver l'assassin et laver sa réputation

  • Un mélange réussi et parfaitement maitrisé entre Downton Abbey et Sherlock Holmes, avec un soupçon de Jeeves. A livre ouvert.net
    Belle et rebelle, telle est Lady Rose.
    Après s'être compromise avec les suffragettes, au grand désespoir de ses parents, la jeune fille de bonne famille fait une entrée désastreuse dans la haute société londonienne... Ce qui ne dissuade pas un Sir aux allures distinguées de lui faire les yeux doux. Très louche, selon le père de Lady Rose, qui charge le capitaine Harry Cathcart, aristocrate désargenté, d'en savoir plus sur le prétendant... En démasquant un imposteur, Harry se découvre des talents de détective privé. Et une petite fortune à se faire ! Lorsqu'au beau milieu d'une réception, un meurtre est commis, il propose à Lady Rose de faire équipe avec lui. L'occasion idéale pour l'indocile jeune femme d'échapper à la chasse au mari...
     
     

  • Un mélange réussi et parfaitement maitrisé entre Downton Abbey et Sherlock Holmes, avec un soupçon de Jeeves. A livre ouvert.net
    Décidément insoumise, Lady Rose refuse de faire comme toutes les jeunes filles de son rang : elle ne se mariera pas ! Pire, elle veut quitter la maison pour gagner sa vie. My god ! Ses parents finissent par céder à ses extravagances, sachant que le détective Harry Cathcart la chaperonne. Mais la vie de femme indépendante n'est pas aussi excitante que Rose l'avait imaginé. Elle est même très morne...
    Lorsque - ô surprise - une vieille connaissance de la famille est assassinée, Harry demande le renfort de Lady Rose dont les relations dans la haute société lui seront précieuses. Le duo est prêt pour mener l'enquête. Des hôtels particuliers pleins de secrets au manoir de campagne où rôde le danger, ils remontent la piste du tueur... à leurs risques et périls ?
    Entre Sherlock Holmes et la Chronique des Bridgerton, un suspense aussi corsé que son héroïne !

  • Titan est un super-héros un peu dépressif depuis qu'Alicia l'a quitté. Pour ne rien arranger, il vient de perdre une place au Panthéon Top 30, l'émission de télévision qui classe les trente super-héros les plus populaires d'Amérique. Les potes du commissariat de Lexington Avenue ont beau être ses premiers supporters, Titan n'a plus goût à rien. Dans ces conditions va-t-il pouvoir affronter l'un des pires ennemis de sa carrière ? Celui que les journalistes nomment déjà le Vampire de New York, un tueur en série qui s'attaque aux surhommes. Alors qu'il mène l'enquête, aidé par son vieux collègue Monté Carlo, un ex-super-héros, contraint à la retraite depuis que, à force de coups encaissés, il a développé la maladie de Parkinson, Titan est conduit à remuer les eaux boueuses du mythe des super-héros. Alors une question bientôt s'impose à lui : sera-t-il le prochain sur la liste du Vampire de New York.

  • Locmaria, tranquille petite station balnéaire ? Cathie Wald commence sérieusement à en douter quand elle découvre sur la plage proche de sa maison un cadavre rejeté par la mer.
    Il n'en faut pas plus pour relancer les rumeurs les plus folles à propos de notre joyeuse quinquagénaire : après tout, avant l'arrivée de Cathie il n'y avait jamais eu de mort suspecte ici. De plus, n'est-il pas curieux que son arrivée coïncide avec un tout nouveau trafic de drogue ?
    Et voilà la machine à ragots qui s'emballe.
    Quand les forces de l'ordre arrêtent un proche de Cathie et qu'elle-même subit des menaces, elle n'a plus d'autre choix que d'enquêter. Aidée par des amies enthousiastes et par Yann, le journaliste secrètement amoureux d'elle, elle va affronter des ennemis sans scrupule. Et leur montrer que rien ne peut faire plier une Alsacienne à la tête d'une troupe de Bretons !

  • Mais qui est le nouveau propriétaire mystère de la plus belle maison de Locmaria, celle de la pointe de Kerbrat ?
    Tout ce paisible village du Finistère le guette depuis des semaines et voilà que débarque, en pleine tempête, Cathie Wald, une pimpante Strasbourgeoise. La cinquantaine, divorcée, caractère bien trempé, elle a décidé de prendre un nouveau départ en Bretagne, et d'ouvrir à Locmaria un restaurant de spécialités
    alsaciennes.
    La plupart des habitants l'accueillent à bras ouverts,ravis de ce petit vent de changement. Mais certains voient son installation d'un mauvais oeil. Et ne tardent
    pas à lancer les hostilités. Après une soirée choucroute, un notable du village s'effondre, et Cathie est accusée de l'avoir empoisonné.
    Une tentative de faire plier bagages à l'étrangère ?
    Quoi qu'il en soit, Cathie n'est pas du genre à se laisser intimider. Et rien ne l'arrêtera pour prouver l'innocence de sa choucroute traditionnelle, quitte à se lancer elle-même sur les traces du coupable !
    Au propre comme au figuré, on se régale dans ce savoureux cosy crime à la mode bretonne !

  • Le livre s'ouvre sur le monologue fou et halluciné d'un homme qui explique à un autre, qu'on devine son otage bailloné, les raisons de sa colère. Le lecteur, attrapé par les cheveux, saisi d'effroi, est placé d'emblée dans la situation d'une victime muette qui cherche à comprendre ce qui se joue dans ce huis-clos.
    Petit blanc mâle quinqua sans emploi, rejeté par ses enfants et quitté par sa femme, Alain est un homme «  en fin de droits  », qu'il s'agisse de son assurance chômage ou de sa vie conjugale.
    Il a décidé de se venger des trois personnes auxquelles il estime devoir sa chute: le cadre sup qui a harcelé sa femme au travail  ; l'homme politique responsable de la délocalisation des industries de la région et de l'effondrement de sa ville  ; la psychologue qui a introduit des idées d'émancipation féministe dans le cerveau de son épouse.
    Chacun à leur tour, Alain va les enlever et les séquestrer, bien décidé à leur faire passer une mauvaise nuit. Leur dernière. Seulement voilà, comme il le dit lui-même, Alain n'a pas «  pris option serial killer au bac  ». Sa mise en application du hashtag #KidnappeTonPorc s'avère donc moins simple que prévu.
     
    Tout à la fois opéra grand guignol en trois actes, stand up de l'assassin sous forme d'un long monologue adressé à ses différentes victimes, one-man show du bourreau, hommage aux pulps qu'il détourne et allusion affectueuse aux poissards absolus de David Goodis et aux psychopathes débonnaires de Jim Thompson,  VNR ajoute une nouvelle couleur, plus grinçante, plus sombre et plus sociale, à la palette de Laurent Chalumeau dont on retrouve avec bonheur les prouesses stylistiques et le talent narratif.
     

  • Moi, vous ne me connaissez pas encore, mais ça ne va pas tarder. Je m'appelle Estéban Lehydeux, mais je suis plus connu sous le nom de Requiem. Je suis curé, ça vous en bouche un coin ? Oubliez tout ce que vous savez sur les prêtres classiques, je n'ai rien à voir avec eux, d'autant que j'ai un truc en plus : je suis exorciste. Je chasse les démons. Bon pas tous, parce que je dois d'abord gérer les miens, surtout quand ils font du 95 D, qu'ils dandinent du prose et qu'ils ont des yeux de biche.
    Chasser le diable et ses comparses n'est pas de tout repos, je ne vous raconte pas. Enfin si, dans ce livre. Ah, un dernier détail : Dieu pardonne, moi pas.

  • L'enquêteur Cicéron reprend du service ! Cette fois, il manque presque de se brûler !
    La banlieue brûle. René fait partie des victimes et ne compte pas rester sur le côté. Le commissaire Saint Antoine souffle sur les braises pendant que sa hiérarchie le laisse mijoter à petit feu. Toutes les polices du pays sont sur les charbons ardents. Momo et moi, on suit le mouvement tant bien que mal, au gré du vent qui attise les flammes. Et quand je vous aurai dit que même les services secrets nationaux se mettent à danser autour du bûcher, vous saisirez l'ambiance. D'ici que la Seine s'embrase... Manque plus que Jeanne d'Arc en qualité de consultante?! Un conseil?: ne perdez pas de vue votre extincteur en lisant ce brûlot. Après on s'étonne que la planète se réchauffe. Quelle époque?!
    Découvrez sans plus tarder le quatorzième opus des aventures du détective Cicéron !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Cicéron Angledroit - Banlieusard pur jus, l'auteur - de son vrai nom Claude Picq - est né en décembre?1953 à Ivry, ceinture verte de Paris transformée depuis en banlieue rouge. Il a été «?poursuivi?» par les études (faute de les avoir poursuivies lui-même) jusqu'au bac et est aussitôt entré dans la vie active par la voie bancaire. Très tôt, il a eu goût pour la lecture, notamment les romans?: Céline, Dard, Malet et bien d'autres. Et très tôt aussi, il a ressenti le besoin d'écrire. L'incendiaire joue avec le feu est le quatorzième titre de sa série d'enquêtes humoristiques.

  • Cicé, un détective assez loser, Vaness', une fliquette adjointe du commissaire, Momo, un taciturne à l'allure de SDF, et René, un ex-alcoolique transformé par un AVC, se retrouvent pour dévaler les pentes de Belleville et arpenter les ruelles de Ménilmontant.
    Un truand multirécidiviste qui s'évade. Une indic pas vraiment franche du collier. Un commissaire qui s'embrouille. Belleville et Ménilmontant. On va en avoir du fil à retordre, Vaness', Momo, René et moi, pour arriver au bout de cette histoire sans queue ni tête. Les méchants restent méchants, les gentils finissent méchants. L'amoral est sauf. Mais quelle balade?! À l'ombre du Père Lachaise, sur les pentes de Belleville ou dans les ruelles de Ménilmontant, on ne ménage pas nos peines pour remettre les choses à leur place?: l'évadé, en prison, le magot, en lieu sûr, et surtout, la mystérieuse Lili Devalbo à la sienne de place?! René reste sobre, Saint Antoine déraille. Le monde n'est plus ce qu'il était... Quant à moi, c'est compliqué... Suivez-nous sur les pentes du boulevard et vous saurez tout?!
    Accompagnez ces personnages décalés dans leur descente et savourez le ton familier de ce polar humoristique.
    EXTRAIT
    Cinq bonnes minutes que je carillonne chez René. Le souci c'est que, de la rue, on n'entend pas la sonnette. Pourtant, lui, je l'entends nettement gueuler dans sa baraque. Je ne distingue pas les paroles mais je sens bien que quelqu'un ou quelque chose lui résiste et passe un mauvais quart d'heure. J'enjambe le portillon en PVC (modèle banlieue premier prix) et je vais directement cogner à sa porte après avoir grimpé les trois marches du perron. Le silence se fait immédiatement et j'entends mon bonhomme s'approcher du vestibule en marmonnant des amabilités. Je crois percevoir un : « C'est qui l'con... » La porte s'ouvre et :
    - Ah ben, c'est toi ? Tu tombes bien, entre.
    Il s'efface et me laisse passer. Il est en slip, chaussettes et marcel trop grand.
    - Putain, j'ai plus d'fringues qui m'vont. Depuis mon ACV, j'me reconnais plus. Regarde-moi ça.
    Il me fait une sorte de pirouette qui confirme que le slip pourrait faire deux ou trois tailles en dessous pour m'éviter un spectacle que je ne vous recommande pas. Ou alors pas à jeun.
     - J'chuis dans la merde, Cicé, faut vraiment que j'rachète des fringues. J'pensais reprendre vite mon anthropologie normale mais j'me gourais. Trois mois que j'chuis ressorti et j'ai pas pris un gramme. Tu crois que j'devrais me r'mettre à picoler ? Là, on m'attend pour un enterrement...
     - Qui est mort ?
     - Un n'veu par alliance. Mais il est pas mort, il enterre sa vie de garçon et comme je suis son témoin, ça s'fait d'y aller. J'vais avoir l'air d'un éventail si j'y vais comme ça
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Cicéron Angledroit : Banlieusard pur jus, l'auteur - de son vrai nom Claude Picq - est né en décembre 1953 à Ivry, ceinture verte de Paris transformée depuis en banlieue rouge.
    Il a été « poursuivi » par les études (faute de les avoir poursuivies lui-même) jusqu'au bac et est aussitôt entré dans la vie active par la voie bancaire.
    Très tôt, il a eu goût pour la lecture, notamment les romans?: Céline, Dard, Malet et bien d'autres. Et très tôt aussi, il a ressenti le besoin d'écrire.
    Descente à Ménilmontant est le douzième titre de sa série d'enquêtes humoristiques.

  • Cicéron, ancien célibataire endurci, découvre la vie de couple. A côté de ça, il doit s'employer à faire délivrer la jeune Xiao, accusée à tort de proxénétisme...
    Rien ne va plus?! L'équipe s'éparpille. Comme si, fatigué, mon univers s'effondrait sur lui-même. Où sont mes repères?? C'est bien connu, quand on touche le fond, il suffit d'un coup de pied pour rejoindre la surface. Une rencontre avec un jeune avocat d'origine chinoise va me remettre sur les rails. Modestement mais indéniablement. Tout tourne autour du XIIIe arrondissement dans cette enquête. Une affaire fastoche. Quand on redémarre, faut faire gaffe de ne pas caler aussitôt?! Je dois prouver l'innocence d'une jeune étudiante chinoise, enfermée à tort à Fleury, accusée de prostitution et de proxénétisme. Rien que ça?! Une mission dans l'intérêt des familles et pour sauver l'honneur de la justice. Flanqué de Momo, nous voilà embarqués entre une boîte minable de Pigalle et le gratin universitaire national. Deux mondes nouveaux pour nous. Mais vous nous connaissez, moins on est compétents, mieux on avance?! Ça vous dirait de nous suivre et de sauver cette pauvre Xiao qui croupit derrière les barreaux du quartier des femmes de la plus grande prison d'Europe?? Je compte sur vous, on va réussir. Entrez dans la danse, dans la pole dance même, la récompense est au bout?!
    Savourez ce onzième roman, qui marque un tournant dans les aventures de Cicéron Angledroit. Sa plume toujours aussi vive, piquante et enjouée ne pourra que vous combler une fois de plus !
    CE QU'EN DIT LA CRITIQUE
    "Parce que même s'il est plus introspectif, tout ce qui fait qu'on aime Cicéron est là : une gouaille reconnaissable, des jeux de mots, des copains hauts en couleurs et efficaces -j'exagère, je vante les qualités des uns et des autres dont ils ne sont pas forcément dépourvus mais qu'ils ne savent pas ou ne souhaitent pas mettre en avant, alors il faut bien que quelqu'un le fasse, pour tenter le lecteur-, une famille particulière ou plutôt des bouts de familles particuliers, une manière unique d'interpeller le lecteur et une enquête qui, même si elle n'est pas l'intérêt principal de cet opus -c'est pas moi qui le dis, c'est Cicéron himself (bon, techniquement, c'est moi aussi, mais je ne fais que répéter)- donne la touche polar inévitable chez Cicéron et chez Palémon. Un onzième volume qui amorce un changement dans la collection des aventures de Cicéron Angledroit, un changement en douceur qui appelle une suite que j'attends. Nul doute que Claude Picq alias Cicéron reprenne du service." - Yves MABON sur Lecteurs.com
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Banlieusard pur jus, l'auteur Cicéron Angledroit - de son vrai nom Claude Picq - est né en décembre 1953 à Ivry, ceinture verte de Paris transformée depuis en banlieue rouge. Très tôt, il a eu goût pour la lecture, notamment les romans?: Céline, Dard, Malet et bien d'autres. Et très tôt aussi, il a ressenti le besoin d'écrire. Comme un cheveu sur le wok est le onzième titre de sa série d'enquêtes humoristiques.

  • Le gonzier qui passe sa vie dans ses charentaises, à concocter d'illusoires tiercés et quintés plus, ne peut pas s'imaginer tous les amphigouris de ce monde.
    Je te prends "la fête du banc", dans l'Utah, tu savais qu'elle existait, toi ?
    Moi non plus.
    Ben, elle existe, mon vieux, et j'ai falli m'y faire lyncher.
    Béru, M. Félix, le Marquis ont eu des avaries de paf si terrifiantes que leurs trompes de l'hémisphère sud, mondialement réputées, filaient la gerbe aux coyotes.
    Si t'as pas peur d'affronter le bizarre, lis ce book d'extrême urgence. Tu y rencontreras d'inoubliables personnages : Roy, dit "Petit Gibus" qui, à six ans, pilote une dépanneuse ; Ivy, la femme du pasteur qui raffole de la levrette ; le cow-boy suisse qui tire plus vite que son ombre. Sans parler du shérif, un drôle de pourri qui m'a viandé de première ! Non, franchement, t'as pas le droit de passer à côté de cette histoire.
    Si tu négligeais la lecture de Foiridon à Morbac City, tout le monde se foutrait de ta gueule.
    T'as pas besoin de ça !

  • Cicéron, l'infatigable détective, part pour une nouvelle enquête entre le Val de Marne et la Bretagne.
    Quand Cicéron et sa bande quittent le Val de Marne pour la Bretagne... Tout part d'un pendu et d'un tué par balle, assassinés à Vitry, et qui s'avèrent avoir de fortes accointances bretonnes, notamment entre Combrit, Quimper et Concarneau, le triangle des emmerdes dures. Nos enquêteurs dépaysés vont devoir fouiner dans une conserverie de la zone portuaire concarnoise, où leur flair ne décèlera pas que des odeurs de bulots...Bottes aux pieds, la fine équipe se jette à l'eau?!
    Découvrez sans plus attendre les aventures humoristico-policières du détective Cicéron !
    EXTRAIT
    - Dis ? Tu trouves pas que la moule bretonne a un goût d'huître ?
    Ça, c'est René qui me cause. Je ne suis pas dans mon assiette. C'est pas le moment de me poser des questions à double sens. Je le regarde, morne. Il comprend et précise :
    - Ma nouvelle copine est de Saint-Brieuc...
    J'avais donc bien saisi. Délicat, le mec.
    - J'aime pas les huîtres, tu le sais bien. Et puis c'est pas le moment.
    On est entassés, le commissaire, Momo, René et moi, dans la toute petite salle du P'tit Bistrot, à Vitry. Le vieux est à la limite de pleurer, Momo en berne et moi, je cogite. Seul René semble presque intact et tente, à sa manière, de faire diversion. Léo Coeurmarie est mort. Vous vous rendez compte ? Léo, mort ! Non ? Vous ne le connaissiez pas ? Et Johnny, vous le connaissiez ? Non, et ça ne vous a pas empêchés de les vider, vos glandes lacrymales, en regardant à la télé l'improbable défilé de Harleys pétaradantes. Et, pour autant que je sache, il s'en fichait bien, Johnny, de vous, tous autant que vous êtes. Léo aussi ? D'accord : un point partout. On ne va pas se fâcher pour ça. Bref, Léo est mort. Léopold, en entier, je ne vous en ai jamais parlé. Et pourtant, c'était, très bizarrement, le plus petit dénominateur commun entre nous quatre qui sommes attablés ce matin. C'est vrai qu'il n'était pas très grand. « Bizarrement », car on le connaissait tous, chacun de notre côté, bien avant de se rencontrer. Il y a des mecs, comme ça, que tout le monde connaît dans une ville. Léo en était.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Banlieusard pur jus, Cicéron Angledroit - de son vrai nom Claude Picq - est né en décembre 1953 à Ivry, ceinture verte de Paris transformée depuis en banlieue rouge.
    Il a été « poursuivi » par les études (faute de les avoir poursuivies lui-même) jusqu'au bac et est aussitôt entré dans la vie active par la voie bancaire.
    Très tôt, il a eu goût pour la lecture, notamment les romans?: Céline, Dard, Malet et bien d'autres. Et très tôt aussi, il a ressenti le besoin d'écrire.
    Tel est pris qui croyait pendre est le dixième titre de sa série d'enquêtes humoristiques.

  • « Moi quand on m'en fait trop, je correctionne plus, je dynamite, je disperse, je ventile ! », faisait dire Michel Audiard à Bernard Blier, alias Raoul Volfoni, dans les Tontons Flingueurs.
    Jean, le héros de Rififi sur la Côte basque pourrait reprendre cette déclaration à son compte. C'est pourtant un jeune homme tranquille a priori, un sportif, un surfeur, un fou de l'océan. Mais la découverte du cadavre de son meilleur ami recraché par les vagues sur la plage de La Gravière, va déclencher chez lui une réaction de justicier peu soucieux des convenances.
    Comme Raoul, Jean va se mettre à « ventiler » et à « disperser » sec, d'Hossegor à la Côte basque, sur les routes, dans les dunes, les villages et les bistrots plus ou moins glauques du Petit Bayonne. Ses aventures nous plongent dans une ambiance polar des années soixante, au milieu de flics et surtout de truands à la gâchette facile. Et au vocabulaire fleuri, mais très explicite.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né à Pau, Philippe Pourxet est auteur de romans historiques et romans policiers. Après des études à l'École R. M. de Sorèze et à la faculté de droit de Pau, il a travaillé dans la publicité et dans le monde du luxe. Il est aussi membre de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD). Il a été comédien à la Troupe du Théâtre des Loges (Paris) de 1988 à 1994.
    En 1994 il crée et dirige la troupe théâtrale La Compagnie de l'Instant. Il montera trois pièces à Paris et en Province dont il est l'auteur: L'Oiseau des Tempêtes (drame), La cour des corbeaux (Comédie médiévale), La Suite (Comédie)

  • L'enquêteur Cicéron reprend du service ! Cette fois, le mort prend la poudre d'escampette et il faut le rattraper !??
    Pendant que René se met en ménage, Momo et moi on rame entre Seine et Rhône.?Un macchabée qui prend la poudre d'escampette entre la mise en bière et l'enfouissement éternel, c'est pas tous les jours que ça arrive. Il a suffi d'un gros grain de sable de quatre-vingts kilos pour que l'évasion ne passe pas inaperçue.?Une famille éplorée, une loueuse de camionnettes bien sous tous rapports, une Fiat Ducato baladeuse, une vieille Parisienne nymphomane et du fil à retordre, il en faut plus, au manchot et à moi, pour nous impressionner.
    Alors, pas à pas, on va tout faire pour remettre le mort dans le droit chemin.
    Suivez-nous, vous verrez du pays?!
    Découvrez sans plus tarder le treizième opus des aventures du détective Cicéron !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE (à propos de la série)
    Voilà encore une belle découverte ! Un style bien personnel qui permet d'avoir le sentiment de lire près de l'auteur ou mieux d'être dans le livre de l'auteur... Il narre son histoire tout en s'adressant à ses lecteurs, les narguant, les amusant... C'est un vrai délice à lire. Et quel tombeur ce Cicéron non mais sans blague !
    En bref, un personnage bien vivant, qui nous fait vivre son quotidien au présent, au passé quand il revient à un souvenir, au futur quand il envisage ses prochaines activités... Qui a une famille, des amis bien malgré lui, et qui a surtout ses lecteurs qui le suivent avec grand plaisir ! Merci Mr Cicéron Angledroit pour cette lecture très divertissante. - neluay, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Banlieusard pur jus, l'auteur - de son vrai nom Claude Picq - est né en décembre 1953 à Ivry, ceinture verte de Paris transformée depuis en banlieue rouge.
    Il a été « poursuivi » par les études (faute de les avoir poursuivies lui-même) jusqu'au bac et est aussitôt entré dans la vie active par la voie bancaire.
    Très tôt, il a eu goût pour la lecture, notamment les romans?: Céline, Dard, Malet et bien d'autres. Et très tôt aussi, il a ressenti le besoin d'écrire.
    Mourez, on s'occupe de tout?! est le treizième titre de sa série d'enquêtes humoristiques.

  • Trois crimes, trois mystères.
    L'inspecteur Pètlot en veut beaucoup à la commissaire Boudelaire, sa supérieure du commissariat de Saintes, de l'avoir affecté à Rochefort-sur-Mer, pour la saison touristique. À peine arrivé sur place, il doit renoncer à ses habitudes, et surtout au café matinal, qu'il aime boire en lisant son journal, pour se rendre à Fouras-les-Bains. Une enquête particulièrement difficile l'attend car ce n'est pas un crime, mais trois qu'il devra résoudre. Les victimes n'ont pas de lien entre elles, n'ont subi aucune violence physique, il n'existe aucun indice et il n'y a personne à suspecter ! Un vrai mystère ! Et, pour compliquer les investigations de l'inspecteur Pètlot, il y a encore ce fichu trésor, recherché par toute la ville que soi-disant Napoléon aurait laissé avant de quitter le Port Sud. Si la ville tremble face à ce mystérieux criminel, elle est aussi envahie par la fièvre de l'or. Mais tout cela ne serait rien pour l'inspecteur Pètlot s'il ne retrouvait pas sur sa route cette Charentaise de malheur aux cheveux rouges. Elle ne peut s'empêcher de mettre son grain de sel dans son travail, alors qu'il rêverait plutôt de la mettre derrière les barreaux. Mais, une fois de plus, elle va résoudre l'enquête à sa place. Quand pourra-t-il enfin retrouver la quiétude de son bureau au commissariat de Saintes pour prendre le temps de boire son café, lire son journal et, surtout, ne plus rencontrer Ermantine Godaille !
    Retrouvez Ermantine Godaille et l'inspecteur Pètlot dans une nouvelle aventure et au coeur d'une enquête détonante !
    EXTRAIT
    - Oui, mais notre ami Julien s'est enfoncé, non seulement en confirmant ce que tout le monde sait, mais aussi en signalant qu'il n'avait vu personne sur la plage au moment des meurtres, témoignant ainsi qu'il était bien seul sur les lieux. De plus, des personnes l'ont aperçu seul sur la plage, depuis la rue. La Cuntàesse, qui promenait son chien, et Ève, la boulangère, qui faisait sa tournée quotidienne, ont confirmé sa présence. Il y a encore l'agent d'entretien de la mairie conduisant le tracteur qui l'a aperçu en allant travailler. - Mais c'est n'importe quoi ! s'écria Charlotte, qui ne voulait pas accepter la situation. C'est impossible ! Et puis, pourquoi aurait-il fait ça ?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Sébastien Vicky est très attaché à sa région natale, la Saintonge. Il porte aussi un intérêt particulier aux arts plastiques et à la littérature. Il a donc mis son sens de la créativité et de l'observation de la nature humaine au service d'une nouvelle aventure, l'écriture de romans policiers dont Ermantine Godaille est l'héroïne principale avec laquelle l'auteur partage la même passion pour les Charentes. Il vit à Fouras.

  • Rien ne va vraiment plus ?Appelez l'Expéditif.
      Son quotidien ? Calmer les ardeurs amoureuses d'un juge promis à un bel avenir (et lui déboucher son évier par la même occasion), élucider une sombre histoire de vols de vêtements, rouvrir une ancienne affaire de meurtre pour lequel un jeune junkie est mort en prison, ou encore honorer son engagement d'ancien membre  du Tribunal des enfants en neutralisant des arnaqueurs qui  s'en prennent à des vieux sans défense. L'Expéditif, fidèle à sa  réputation, fait feu de tout bois pour aider la veuve et l'orphelin  dans ce roman désopilant, sinistre, et de haute tenue littéraire.  Un petit bijou d'humour noir.    « Un digne successeur de Raymond Chandler.»Michael Connelly    .
     

  • « Ah, la subtile odeur de poudre quand on a vidé son chargeur de Beretta, ce bourdonnement exquis qui vous ruine les tympans pendant des heures et ces petites brûlures aux doigts quand le canon monte dans les degrés... »
    Novembre 1978 : Quand au cours d'un braquage de banque, une balle perdue vient se loger dans le front de Martin Élissalde, Beñat, son frère jumeau, va très mal le prendre. La vengeance, c'est comme l'axoa, ça se mange chaud et épicé !
    Une traînée sanglante va alors se dessiner à travers tout le Pays basque sur fond de guerre des gangs. Des Bordelais, des Basques, et au milieu, un commissaire désabusé et revanchard, qui fait ce qu'il peut... Un cocktail détonant sur fond de fandango où les bonnes manières auraient tendance à s'oublier ; mais pas le sulfatage sauvage.
    Avis de recherche pour balle perdue nous plonge dans les années 70, avec ses truands à l'ancienne et cette ambiance si particulière des polars noirs de l'époque.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né à Pau, Philippe Pourxet est auteur de romans historiques et romans policiers. Après des études à l'École R. M. de Sorèze et à la faculté de droit de Pau, il a travaillé dans la publicité et dans le monde du luxe. Il est aussi membre de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD). Il a été comédien à la Troupe du Théâtre des Loges (Paris) de 1988 à 1994. En 1994, il crée et dirige la troupe théâtrale La Compagnie de l'Instant . Il montera trois pièces à Paris et en Province dont il est l'auteur: L'Oiseau des Tempêtes (drame), La cour des corbeaux (Comédie médiévale) et La Suite (Comédie).

  • Allons, sois gentille, fais-moi des choses. Des choses de la vie. Des choses du vit. Des choses du vice. Des choses qui te font perdre l'usage de la parole. Des choses avec les doigts. Des choses avec le reste. Des choses à la Camille-cinq-sens. Oublie un instant ton existence merdique. Entre avec Bérurier dans la ronde. Dépose ta pudeur et ton slip au vestiaire. Et pénètre dans ce livre. Tu n'y auras pas froid : il est climatisé. Allez, viens ! Viens ! Viens ! Viens et, je t'en supplie, fais-moi des choses. Je t'en ferai aussi, salope !

  • Du grand n'importe quoi... Francis Mizio Château-Carrois, Haute-Vienne, Limousin, France, Terre. 1 280 habitants.
    Le quotidien de Ladislas n'est pas des plus trépidants, entre la gestion du Café de la gare, où les affaires ne vont pas fort, et le maintien en vie du Frico Carmin à canines, piranha que lui a légué son cousin et dont la survie est liée à la garde de son commerce.
    Mais la chute d'une météorite sur sa voiture flambant neuve va avoir des répercussions inattendues. D'un seul coup, toutes les vieilles rancoeurs semblent se cristalliser autour de ce caillou tombé du ciel.
    Folie, meurtre et fornication s'emparent des habitants. Mais Ladislas n'en a cure : lui, tout ce qu'il veut, c'est se faire rembourser sa voiture. Et connaissant les assurances, ce n'est pas gagné d'avance...
    Né à Melun un jour de novembre 1962, Francis Mizio assaisonne ses polars d'un humour noir et caustique devenu sa marque de fabrique. Dans la lignée de La Santé par les plantes, Tout ce qui tombe du ciel est un pur polar foutraque, entre dialogues absurdes, situations cocasses et personnages délirants.

  • Ça ne vous agacerait pas,
    vous, un petit meurtre « oublié » ?
    Ancien flic devenu privé, Dick Henry, surnommé « l'Expéditif » pour ses méthodes efficaces mais pas toujours recommandables, doit retrouver une femme disparue depuis six ans. Son enquête le conduit aux studios de l'Ivanhoe Productions, dont le directeur a conçu un programme de formation de jeunes starlettes assez « spécial » mais tristement banal à Hollywood... Le jour où la vérité éclate quand l'une d'elles est agressée par un metteur en scène, l'Expéditif prend  mmédiatement les choses en main : voilà pourquoi deux hommes se retrouvent ligotés sans pantalon dans un frigo. Et ce n'est qu'un début, parce que dans l'histoire, un petit meurtre a été passé sous silence, et ça, l'Expéditif a bien l'intention de le faire savoir.
    Humour noir et caustique garanti pour cette nouvelle aventure de l'Expéditif à Los Angeles, la ville où les rêves se brisent aussi vite qu'on les a conçus.  « Un digne successeur de Raymond Chandler. »
    Michael Connelly
     

  • Les « Mousquetaires de la Vague » disparaissent un à un...
    Cécile et Michel sillonnent les routes de France dans leur fourgon aménagé en camping-car. Cécile, ex documentaliste en collège-lycée, anime un blog : « Les chemins de traverse », qui propose des guides et des anecdotes historiques sur les régions visitées. Michel se vend comme « mari à louer » en quête de petits boulots rémunérateurs. Cécile est une habituée des clés « USB », alors que Michel préfère celles à molette. Cette deuxième aventure conduit notre couple sur la côte basque, où la célèbre bande de surfeurs, les « Mousquetaires de la Vague », doit se reformer pour le traditionnel lancer de clés de l'ouverture des Fêtes de Bayonne. Mais les « Mousquetaires de la Vague » disparaissent un à un. Notre couple va mener l'enquête...
    Découvrez l'enquête passionnante d'un couple au coeur de la côté basque !
    EXTRAIT
    - Je ne l'ai jamais vu en direct, seulement sur des enregistrements vidéos tout pourris. C'était lui le grand champion ! » Anne-Lise agrandit le cliché pris par Cécile. « Tiens, jette un oeil. » La jeune documentaliste avait déniché un détail sur la planche qu'elle lui indiquait du bout du doigt, mais Cécile ne distinguait rien. En élargissant l'image les contours devinrent flous, les couleurs baveuses, un oeuvre d'art abstrait.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après avoir été successivement journaliste, musicien de bal, éboueur..., Williams Crépin réussit le concours de l'IDHEC (Institut des Hautes Études Cinéma-tographiques) dont il est diplômé dans les spécialisations réalisation et prise de vues. Il a écrit et réalisé une trentaine de films pour le petit écran et est actuellement membre de l'équipe de réalisateurs du feuilleton Plus Belle La Vie. En parallèle à ces activités dans l'audiovisuel, il est scénariste de la série de bandes dessinées l'Ombre de Shanghai pour les éditions Franco-chinoise Fei. Il a aussi écrit un roman pour adolescents Si tu n'existais pas, coup de coeur FNAC, pour les éditions Thierry Magnier. Et le voilà auteur des enquêtes itinérantes de Cécile et Michel, à la découverte des régions de France dans leur camping-car.

  • Altérez-moi

    Thomas François


    Léon Mallar est un jeune adulte solitaire. Rêveur invétéré à l'imagination débordante, il évite autant que possible les dialogues avec ses pairs humains. Au chômage depuis la fin de ses études universitaires, il passe ses journées à ne rien faire, enfermé dans son petit appartement. Lorsqu'une voisine requiert son aide pour une simple « mission apothicaire », Léon accepte (à contrecoeur), et mal lui en prend. Une visite à la pharmacie n'aura jamais tourné si mal !

  • Ce monde de forêts, de rivières, de gorges, de lacs, de châteaux et de légendes était né d'un volcan gigantesque qui, lui, avait donné naissance à une progéniture multiple, laquelle, aujourd'hui, lui servait d'héritière.
    Le pays donnait une impression de calme dans son environnement végétal.
    Mais là n'était qu'une apparence. « Les Disparues du Lac de Menet » avaient ouvert le bal. Une suite n'était peut-être pas imaginable mais elle n'était pas sans raisons. Le bouleversement des terres avait provoqué celui des hommes qui avaient vécu le feu sous leurs pieds, qui, aujourd'hui, le vivaient encore.
    Trois petits avaient disparu, inexplicablement, un à chaque pont. Le commissaire avait tâtonné et, inexorablement se heurtait au silence dans cet univers où « tout le monde savait tout de tout le monde mais, dans ce cas, personne ne savait rien de rien !... »
    Une étude humaine autant qu'une enquête policière !...
    Un univers où chacun se retrouve à défaut de découvrir le coupable.

empty