Éditions Baudelaire

  • Garance est étudiante en philosophie à l'Université de la Réunion à Saint-Denis. Passionnée de philosophie, elle s'interroge sur sa vie, sur ce qui est important et essentiel à son existence. Elle cherche le bonheur mais ne sait où le trouver. Obnubilée par ses études et sa réussite professionnelle, elle met entre parenthèses sa quête de l'amour afin de ne pas perturber son but. Mais quand arrivent les vacances, elle réalise qu'il manque un élément essentiel à sa vie : aimer et être aimée. Cette idée finit par l'obséder.
    Sa rencontre avec Sarah va bouleverser sa vie et elle comprendra qu'il n'existe pas une seule forme d'amour. Toutes deux se lieront d'amitié. Elles auront besoin l'une de l'autre et cette amitié deviendra fusionnelle. Comment réagiront-elles lorsque le véritable amour fera son apparition ? Parviendront-elles à conserver leur amitié infinie ?
    L'auteure est née et a grandi sur l'île de la Réunion. Elle est mariée et a deux enfants. C'est lors de sa première année d'études à l'université qu'elle se lance dans l'écriture et termine son premier manuscrit, Une amitié infinie, en hommage à sa meilleure amie du lycée partie en métropole. Mais son livre reste pendant de nombreuses années au fond d'un tiroir. En 2020, pendant le confinement, elle dépoussière son premier roman, le retravaille avec l'aide de son mari, avant de se lancer dans sa publication.

  • Ce que faisait Théophile devant la Seine, je l'ai oublié après l'avoir su. Ce qui est sûr, c'est que je l'ai vu. Je l'ai vu avant qu'il ne rencontre cette femme.
    C'est durant cette nuit interminable et pleine de doutes que se joue leur amitié. Celle-ci devient insupportable parce qu'elle rompt la solitude de Théophile, cette solitude qui semblait le caractériser. Théophile et Madame E., Théophile ou Madame E. : c'est l'équation que devra résoudre, avec fracas, l'histoire de leur amitié.
    Paul Fort-Blouin est étudiant en khâgne au Lycée Condorcet à Paris. La ville qu'il habite et les relations qu'il y noue le poussent à écrire sur ce quotidien inspirant, entre travail et vie nocturne. Les multiples références qui jalonnent son roman avec distance et souvent ironie, lui ont été transmises durant son étude des humanités.

  • 1998, sur les routes de l'Inde. Au fil des échanges et des confidences, un homme et son chauffeur se lient d'amitié, au point que l'un demande à l'autre de retrouver l'amour de sa vie.
    Près de sept ans plus tard, par le plus grand des hasards, cette histoire rejaillit et est le déclencheur d'une aventure unique.

    Partez en voyage dans ce pays fascinant et laissez-vous entraîner par une histoire d'amour inspirée de faits réels, qui vous surprendra autant qu'elle vous charmera.



    Écrivain et conteur depuis toujours, Marc Aucouturier n'avait jamais publié ses histoires, mais se lance aujourd'hui sur l'insistance de ses proches.



    D'un esprit dynamique et sportif, toujours en activité après avoir été à la tête d'une petite entreprise depuis ses 25 ans, l'auteur a fait du voyage une de ses passions et y puise son inspiration pour son écriture.

  • Sept histoires, sept légendes... Ces tours ou leurs souvenirs
    hantent le pays d'Allevard et les mandements frontaliers, un
    joyau de verdure en Belledonne. Des légendes leur sont peu ou
    prou attachées, ici reprises, réécrites, largement romancées, voire
    partiellement réinventées. Le tout avec une poésie qui rend encore
    plus vivants les sentiments qui y sont exprimés.
    Car dans un monde imaginaire, tout est permis...
    Sauf ignorer le sept, le chiffre magique...

  • Vous pensez que vos hommes politiques sont des menteurs, des tricheurs, et des voleurs ? Vous vous trompez... Ils sont bien pires !
    Un thriller politique atypique, scénario inédit et souvent caustique autour d'une élection présidentielle française.
    Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé...







    Frédéric Baudouin a été successivement GO au club Med, commercial en publicité, directeur de filiale, directeur international, directeur général, et enfin PDG d'une grosse entreprise du textile médical.


    Ancien rugbyman, arbitre de rugby, président d'un club de rugby professionnel, président du Réseau Entreprendre Loire et champion de France de tarot, son parcours atypique se retrouve dans ses hobbies tout autant que dans son écriture.

  • Lolita

    Benjamin Noisiez

    L'amour nous pousse au-delà de nos limites, il nous fait parfois agir de façon absurde. Entre fascination et admiration, chaque relation amoureuse est unique. Dans mon cas, l'amour absolu prend la forme du visage angélique de l'élue de mon coeur. Plus les jours passent, plus je prends conscience que la femme que j'aime m'a tout appris, sauf à vivre sans elle.
    Né en 1984 à Douai, Benjamin Noisiez est un très bon élève. Il commence à travailler dans la grande distribution dès l'âge de 18 ans. Passionné par le football, la course à pied et l'écriture, il est désormais père d'un petit garçon. Dans son processus d'écriture, l'auteur s'inspire de la chanson française et plus particulièrement de Francis Cabrel et Michel Berger lorsqu'il est question d'exprimer ses sentiments. Issu d'une famille ouvrière, il accorde beaucoup d'importance à ses racines. Ses amis sont également très chers à son coeur, il les considère comme sa véritable famille. Il rédige Lolita après sa dernière déception amoureuse qu'il ne parvient pas encore à surmonter.


  • Le cheminement terrifiant de deux êtres qui s'aiment à la folie, dans le labyrinthe ténébreux et insondable de la maladie mentale...

    Un roman psychologique, mais avant tout un roman d'amour car la psychose évolue dans un environnement cruellement hermétique, inaccessible à la communication et à la compréhension. Seule une présence fidèle, attentive et dépourvue de jugement peut essayer d'apprivoiser les tourments de l'être aimé.

    Ce livre représente un exutoire à la folie mais aussi un témoignage d'une grande authenticité qui nous plonge dans le monde de l'irrationnel et de l'exclusion.

    Une aventure de la conscience d'une intensité émotionnelle bouleversante.


  • Un site archéologique minoen trois fois millénaire, celui d'AKROTIRI.
    Une femme tourmentée, écorchée par la vie, Marie-Charlotte.
    Le destin, fâcheux, n'a rien épargné à cette dernière.
    Après une enfance dorée, gage certain d'une vie heureuse, une addition de fatalités : mort brutale d'un père complice et adulé, désamour d'une mère futile, trahison d'un premier amant sans scrupule... feront de cette innocente adolescente une femme contrainte à la vengeance.
    Sa rencontre en mai 1968 avec François pourrait tout changer.
    Mais est-il encore temps pour Marie-Charlotte ?



    Né en 1946, Marc André VIDAL Fleury prend sa retraite en Provence, après une longue carrière chirurgicale à Lyon.

    Après avoir publié aux éditions Baudelaire, Mensonges opportuns en 2010, sélectionné au salon du premier Roman de Draveil, et Vrais Semblants en 2011, il nous livre ici avec Akrotiri : l'ultime trahison un nouveau roman fort en émotion.

  • Vies

    Angeline Morand

    « Mon ambition ne fut pas de vivre une vie agréable et tranquille. Non, j'avais d'autres projets. Mon ambition ne fut autre que celle de débusquer l'ignorance et les mensonges dont nous sommes si souvent l'artisan. Je souhaitais simplement vivre ma vie en profondeur - jamais n'avais-je imaginé qu'elle pouvait en porter d'autres en son antre. »


    Née en 1991 à Saint-Nazaire, Angéline a vécu près de 9 ans à Londres. Passionnée de Musique elle chante et participe à plusieurs projets musicaux. De retour en France elle décide de mener à terme son projet de livre.
    Elle enseigne aujourd'hui le Yoga et publie son premier ouvrage.


  • Des peluches qui parlent, une phobie sociale, des vacances forcées, des lettres cachées... L'auteure présente dans ces courtes nouvelles autant de récits de vies de femmes de tous âges, que d'atmosphères différentes.


    Peu importent le contexte ou les obstacles de leur parcours, elles iront jusqu'au bout, chacune avec sa personnalité, touchante, drôle, courageuse ou piquante.








    Claire Girard est née en 1972. Depuis 2010, elle fait du théâtre amateur en tant que comédienne et metteuse en scène. Ce n'est que récemment qu'elle a commencé à écrire des nouvelles ; elle se passionne depuis pour ce style littéraire. Ainsi, elle invente ses histoires comme on crée une recette de cuisine.


    Après avoir été publiée dans la revue du Nouveau Monde (un blog de science-fiction), elle remporte le prix régional du concours de nouvelles de Mably (Loire) en 2017.

  • Un matin semblable à tous les autres, ou presque, je ne le sais pas encore, c'est pour aujourd'hui.
    Je m'apprête à vivre l'une des journées les plus merveilleuses de la vie d'une femme, je vais être maman.
    Cette journée va pourtant tout bouleverser, plus de repaires, plus d'avenir, plus de passé.
    Me voilà projetée dans cet univers décalé sans y être préparée, sans même avoir conscience qu'il existait.
    J'ai peur !
    Que vais-je devenir ?
    Que va-t-elle devenir ?
    J'ai longtemps cherché comment construire le combat qu'il me fallait mener, pour toi ma fille, pour ton présent, pour mon passé, pour ton futur, pour ton identité.

  • Au gré de ses humeurs, l'auteur dépeint par petites touches les hommes et les paysages dans un voyage en poésie autour de la Bretagne. De Saint-Nazaire à Belle-Île-en-Mer, de l'Île d'Arz aux Monts d'Arrée, ce voyage transporte le lecteur des chemins creux des Côtes-d'Armor à la Loire-Atlantique, de Pont Aven aux embruns océaniques.
    Les légendes sont malmenées, les amis aussi, la larme trempe parfois la plume et on repart en bamboche aux tablées du Rheu, pendu au sein apaisant des plaisirs de bouche.
    La forme est souvent classique, mais les pieds se prennent parfois dans le tapis et s'écrivent à l'envers sans trop savoir « à quoi ça rime ».
    Né en 1959 à Saint-Nazaire, Jean-Michel Talbourdel grandit en pays gallo. Durant ses études secondaires à Redon, il fait ses premiers pas de militant et de danseur de fest-noz. En 1982, il devient infirmier puis cadre de santé avant de se consacrer à la formation en fin de carrière. Durant dix-neuf ans, il est adjoint au maire de Saint-Nazaire.
    En tant qu'amateur d'art, il parcourt la France et l'Europe (Londres, Berlin, Rotterdam, Amsterdam, Madrid, Barcelone, Lisbonne, Prague, Florence...), à l'affût des musées d'art contemporain, des festivals de théâtre, du jazz... Il peint à ses heures « perdues ».

  • De misérables chiffonniers tentent de survivre au pied de montagnes d'ordures ; l'équipage cosmopolite d'un navire poubelle se retrouve prisonnier d'un port en Extrême-Orient ; le P.-D.G. d'un grand groupe international tombe fou amoureux d'une fille rencontrée dans la rue... Mais, parmi tous ces personnages, le roman suit plus particulièrement le destin d'un adolescent, Rojwan Belabi. Ce garçon appartient à une communauté de Barbechas qui vivent à l'écart, au milieu des déchets, dans de misérables baraques où l'on meurt de froid en hiver. À la différence de la plupart des membres de cette communauté, il a pu suivre un enseignement scolaire grâce à l'ouverture d'une classe dans un dispensaire géré par une organisation non gouvernementale. Mais ce privilège, qui lui permettra d'échapper au sort des collecteurs de déchets, provoque en lui un déchirement à la fois identitaire et affectif. Parviendra-t-il à faire un choix entre son attachement pour les siens et son rêve de vivre dans la grande ville, dont il aperçoit au loin les lumières dans la nuit ?
    Un événement a particulièrement retenu l'attention de Jean-Marc Elie au cours de ces dernières années. Ce fut la crise internationale des déchets qui débuta en janvier 2018, avec la fermeture des ports chinois à ce type de marchandises. Il découvrit alors les zones de relégation où s'entassent les ordures de nos métropoles et les parias qui en vivent. Il eut envie d'approfondir ce sujet et de placer cette humanité-là au centre d'une histoire qui serait sans complaisance, mais aussi empreinte de respect et d'empathie.

  • Ce roman fiction fait suite à un premier essai philosophique intitulé Skopos - Notre futur : l'ordre ou le chaos. Ce nouvel ouvrage s'inscrit dans le contexte de la pandémie qui frappe l'espèce humaine. Les auteurs, armés de leur bagage scientifique, financier et philosophique, s'interrogent. Sommes-nous des bonobos masqués, ces proches cousins admirablement étudiés dans les réserves de Centreafrique ? Avons-nous une chance d'être enfin des hommes clairvoyants et lucides ? Que penser de ceux et celles qui nous gouvernent ?
    Ces questions parsèment ce roman, qui relate la rencontre entre deux personnages, Louis et Michel, et des entités venues d'un autre monde pacifique, doté d'un savoir incommensurable.
    Fort d'une solide expérience des investissements publics, Michel Delacollette s'interroge quant à la possible dissolution de l'éthique dans la gouvernance étatique. Il s'est tourné vers la philosophie pour y chercher d'éventuelles réponses.
    Imprégné par la recherche informatique des structures des langages et l'analyse des données, Louis Ledonne tente de décortiquer les nombreux paramètres inclus dans les sciences humaines et éléments constitutifs de la vie en société. Cette passion l'a incité à écrire plusieurs essais philosophiques.

  • Margaux passe le cap de la trentaine en quittant la vie pantouflarde qu'elle menait avec son ex-compagnon depuis dix ans. Désireuse de vivre sa vie de jeune femme et de faire de nouvelles connaissances, elle saute le pas de l'inscription sur des sites de rencontre et raconte ses expériences durant une année. Prise dans un florilège d'histoires singulières et loufoques, intriguée par un homme mystérieux qui se démarque des autres, Margaux va s'enrichir des enseignements de cette nouvelle vie de célibataire, avec émotion et humour.
    Ce livre se veut léger, drôle et accessible à un large panel de lecteurs qui se reconnaîtront sans doute dans ces nouvelles typologies de rencontres virtuelles. Avec simplicité et humour, l'autrice décrit dans cet ouvrage une situation que vivent de nombreux lecteurs : des histoires de rencontres virtuelles au travers desquelles beaucoup peuvent s'identifier. Rédigé simplement, sans artifice, sans descriptions superflues, ce roman peut être lu par toutes et tous. Derrière cette légèreté apparente, c'est bien la cause des femmes que l'autrice met en exergue : leur émancipation, leur liberté tant sexuelle qu'affective, ainsi que leur positionnement dans le monde de la drague virtuelle.
    Esthélie Swan - de son nom de plume - a la trentaine lorsqu'elle décide d'écrire ce roman. L'auteure est professionnellement engagée dans le secteur du droit ; l'écriture est pour elle une passion de longue date. Imprégnée de la cause féminine et interpellée par les histoires relatées par son entourage en matière de rencontres, Esthélie écrit cet ouvrage avec l'envie de faire sourire les lecteurs qui se reconnaîtront à travers les expériences de son héroïne.

  • Vous découvrirez en lisant ces six nouvelles l'une d'entre elles est en anglais , six personnages différents. Différents certes, mais reliés entre eux sans parfois même qu'ils ne le sachent ; comme nous le sommes tous, tous liés les uns aux autres, dans une même société d'humains.
    Vous pourrez ainsi suivre, sur fond de Coronavirus, la vie d'Isabelle, professeure investie ; de Stéphane, globe-trotteur solitaire ; de Pierre, artiste passionné ; de Domitille, aide-soignante à l'écoute des personnes âgées dont elle s'occupe ; d'Emmanuelle, étudiante et citoyenne éclairée ; ou encore de Francis, policier fuyant la société de 2028 dominée par la surveillance collective.
    Des nouvelles qui vont vous faire voyager au Sénégal, au Guatemala, en Californie, à Cuba, mais pas seulement. En plus d'un voyage dans l'espace et dans le temps, ces personnages vont aussi vous aider à voguer vers l'aspiration au bonheur. C'est ce que nous recherchons tous, n'est-ce pas ? Ces personnages, c'est vous. C'est moi. C'est nous, humains.
    Maman de trois garçons devenus de jeunes adultes autonomes et professeure d'anglais en lycée à Villeneuve-sur-Lot, Laurence Joubert-Defoort a trois passions : la peinture, les voyages et l'écriture. Mais voilà ; pour écrire, il faut du temps. Or, du temps, jusqu'à l'aube de ses cinquante ans, elle n'en avait pas ou très peu. En tout cas, pas assez pour être inspirée. La période de confinement du printemps 2020 a été pour elle une superbe libération créatrice et lui a permis de coucher sur le papier une kyrielle d'émotions enfouies qui attendaient le bon moment pour s'exprimer enfin. Le résultat ? Cette première série de nouvelles faisant le portrait de personnages divers et variés, reliés les uns aux autres. Des personnages pleins d'humanité qui voyagent, qui travaillent, qui aiment, comme nous tous...

  • Les ailes arrachées

    Djohar

    Imaginez : toute votre vie est basée sur une vision biaisée et un jour, le voile se lève et vous ouvrez les yeux sur la réalité. La panique vous envahit. Mais il vous faut l'apprivoiser rapidement pour continuer à vivre - ou à survivre.
    Cet ouvrage écrit à l'encre du sang et des larmes relate malgré tout une belle histoire, tragique et obsédante. Les ailes arrachées est un récit autobiographique. Il aurait pu être un parcours du combattant, mais on en retient davantage son histoire d'amour. Des tréfonds de l'enfance aux illusions perdues de l'adulte, l'auteure vous livre la croisade d'une survivante qui s'accroche encore, et en dépit de tout, à la vie.
    Née en 1976, Djohar a fait des études de musicologie. Depuis toujours, elle se passionne pour la poésie et la littérature. Elle est à présent enseignante. Les ailes arrachées est son premier roman.

  • Après avoir effectué une mission reportage très éprouvante en Grèce, Francesca, reporter photo, rentre chez elle à Menton retrouver sa famille au Domaine de Cavaillon. Mais un inconnu bouleverse sa tranquillité en voulant lui faire découvrir une vérité qui risque de changer sa vie et sa manière de la percevoir. Quelle est donc cette vérité ? Francesca est-elle prête à la découvrir, ou n'a-t-elle tout simplement pas le choix ? Sa famille est-elle complice de toute cette intrigue ? En qui peut-elle encore avoir confiance ?
    Elle le découvrira grâce à Damien, mais devra se battre pour ne pas perdre sa propre personnalité en chemin, ni les valeurs qu'elle a acquises au fil des années.
    Muriel Wendling a plusieurs passions : la peinture, la lecture et l'écriture. Cette dernière a toujours fait partie de sa vie, entre les poésies, les nouvelles mais également les histoires pour enfants qu'elle racontait à sa fille le soir avant de s'endormir. Elle s'est enfin décidée à écrire son premier livre qui retrace l'histoire de sa vie dans un roman avec légèreté, une belle sensibilité et un brin d'humour.

  • Iphaly

    Salomé Lefebvre

    Lorsque Céleste se réveille, il n'est pas chez lui. Il est piégé dans une salle obscure avec un vieil animalin et ignore ce qu'il s'est passé. Qui sont ces individus en blouse blanche qui les observent continuellement derrière une vitre ?
    Malaya a tout perdu lorsqu'elle arrive dans cette immense forêt. Elle ne connaissait pas les créatures qui, dans les montagnes, ont massacré son peuple avec des engins argentés. Seule rescapée de sa tribu, elle est livrée à une solitude et une douleur extrêmes.
    Soldat volontaire pour l'expédition sur Iphaly, Anna découvre que les plus grands dangers ne sont pas ceux auxquels elle s'attendait.
    Que retiendront-ils de leurs rencontres ?
    Passionnée de littérature et de fantasy depuis l'enfance, Salomé Lefebvre commence à écrire des fictions et des nouvelles au lycée. À travers le dessin, puis par les mots, elle décide de donner vie à ses personnages et commence à rédiger Iphaly qu'elle achève à 17 ans. Elle souhaite créer des univers capables de nourrir l'imaginaire des lecteurs et de les faire voyager dans un monde qu'ils ne connaissent pas encore. Aujourd'hui étudiante en hypokhâgne, elle continue d'écrire avec le désir de faire rêver ses lecteurs.

  • « Dans la maison de retraite "Sainte Marguerite", à Crémieu, en Nord Dauphiné, les nonnes encore présentes à cette époque-là, avaient bien de la peine à garder leur calme en face de cette vieille femme.
    Ses petits yeux vifs et méchants, son visage basané par le soleil et tout fripé par les années, montraient un caractère bien trempé.
    Mais sa petite stature et son dos un peu voûté la rendaient toute fragile.
    Tiens, croyez-le...
    À chaque instant, on avait l'impression qu'elle allait se casser.
    Tiens donc...
    Ce jour-là, dans un élan de lucidité, elle demanda, que dis-je, elle ordonna à une soeur qui passait près d'elle, de lui apporter de quoi écrire une lettre.
    Ce que soeur Dominique fit dans l'instant.
    On était le 13 Novembre 2005.
    Trois jours plus tard, elle passait de vie à trépas au grand soulagement de tous. Elle avait décidé que son coeur n'avait plus de raison de battre, puisqu'elle avait fait, maintenant, tout le mal qu'elle pouvait faire.
    Elle avait alors 87 ans révolus. »

  • « - Monsieur ! Monsieur !
    Le voyageur, encore somnolant, a un geste réflexe et saisit avec fermeté la main qui touche son épaule. - Détendez-vous Monsieur, c'est seulement le contrôle des billets.
    - Oui, bien sûr. Voici ma carte.
    Après un bref coup d'oeil au document :
    - Monsieur, vous êtes en civil et je ne pouvais pas deviner que vous étiez capitaine de gendarmerie, sauf, peut-être, à la manière dont vous m'avez saisi le bras, dit-il, en se massant le poignet.
    - Excusez-moi.
    Pendant qu'il reconstitue ainsi ses forces, debout devant les fenêtres de la voiture bar, face au paysage qui défile à 260 km/h il se dit que depuis son affectation à La Roche-sur-Foron, il y a à peine quelques mois, les évènements filent aussi à grande vitesse. Il pensait revenir chez lui dans une région tranquille, mais, insidieusement au début, et de plus en plus vite, le voici entraîné dans une escalade de faits divers, l'empoisonnement d'une chercheuse, l'incendie de son laboratoire et maintenant un assassinat prémédité. Tout cela dans un secteur qu'il a la charge de surveiller ! Comment sera-t-il accueilli dans un instant au ministère ? »
    Né à Bois-d'Amont (Jura), dans la première maison après la douane française, Paul Cretin-Maitenaz intègre en 1960 l'Institut National Agronomique de Paris. Devenu ingénieur agronome, il obtient ensuite un DESS de nutrition humaine à l'université de Dijon. Après Le sapin sentait le fuel (Éditions Baudelaire), dans ce nouveau roman, il initie le lecteur aux subtilités du monde du fromage qui peuvent devenir des enjeux stratégiques.

  • Vous avez cassé votre biscotte et vous avez envie de râler à ce propos ? Vous en avez assez de ne pas pouvoir vous plaindre en toute bonne conscience et sans état d'âme ? Si tel est le cas, ce livre est fait pour vous...
    Durant ses nombreux vols entre Paris et New York, l'auteure a ressenti un besoin vital de partager ses « biscottes cassées », à travers des saynètes satiriques mettant en scène deux personnages antinomiques : Zaza, the Drama Queen et Yoda, le Spirituel Optimiste.
    Le déclic l'ayant poussée à écrire ce recueil a été cette simple phrase : « Regarde le verre à moitié plein. » alors qu'elle n'avait envie que d'une chose ; se plaindre en paix. Cette plainte en arborescence est naturellement devenue le fil conducteur de ce récit. À bon râleur, salut !

  • Comment se protéger lorsque le passé ressurgit ? Peut-on accepter, voire pardonner ?
    Le jour où Éric appelle sa demi-soeur pour lui annoncer que leur mère est en mauvaise santé, ils sont deux inconnus l'un pour l'autre : Françoise a été retirée à sa mère alors qu'elle était enfant. Comment réagir face à la lente agonie de celle qui fut aussi son bourreau ? Où trouver les réponses aux questions lancinantes quand la mémoire fait défaut ?
    De migraine en migraine, Françoise avance accompagnée de son vieux chat et de ses tubes de peinture. Petit à petit, une famille de coeur se constitue autour d'elle. Parviendra-t-elle à retrouver ses racines ?
    Née à Rouen en 1971, Gisèle Loiseau travaille de nuit aux urgences neurologiques. Enfant, elle prend goût à la lecture au gré des voyages de ses parents, notamment en Afrique de l'Ouest et en Italie. Adolescente, elle découvre le plaisir d'écrire grâce à un concours de nouvelles organisé par son établissement scolaire. Inscrite par sa professeure de français, elle ressort lauréate. Artiste accomplie, elle peint et dessine. Désormais mariée et mère de deux enfants, elle réside en Normandie.
    La thérapie du Hérisson est son premier roman.
    Vous pouvez retrouver l'actualité de Gisèle Loiseau
    sur sa page Facebook, et lui écrire
    à giseleloiseau@outlook.com

  • Océane Darmon, jeune parisienne étudiante en médecine, rêve de poser ses bagages à Londres afin d'y étudier les sciences humaines dans l'une des plus grandes universités de la capitale britannique. Fortement attirée par la Grande-Bretagne, elle réussit à sauter le pas, au grand dam de son fiancé resté à Paris. En partance pour une nouvelle vie, une rencontre inattendue dans le train vient tout chambouler, pour le meilleur et pour le pire...




    Passionnée par la Grande-Bretagne et ce qui s'y rapporte depuis toujours, l'auteure livre aujourd'hui son premier récit, qu'elle a réécrit des centaines de fois avant d'oser le publier. Le besoin de mettre par écrit ce que la capitale britannique lui inspire est également le moyen de se plonger dans la vie d'une autre, le temps de quelques pages.

empty